Accueil Santé et BiotechBiotechnologie & pharma 10 big pharmas s’associent dans l’IA

10 big pharmas s’associent dans l’IA

par Edern Rio
ia recherche in silico

La recherche pharmaceutique est au cœur du business des big pharmas. C’est par l’invention de nouveaux traitements, et leur exploitation, qu’elles atteignent des marges phénoménales.

En revanche, ce processus est long et coûteux, souvent plus de 15 ans pour parvenir à un médicament. Dans ce secteur, si les appelés sont nombreux, les élus, eux, se comptent sur les doigts d’une main… et encore. La plupart des recherches font bien trop souvent naufrage. Tant et si bien que ce sont désormais des startups, les biotechs, qui assurent la majorité de ces recherches avant de se voir ensuite rachetées.

La recherche in silico boostée à l’IA

Dans ce domaine aussi, l’intelligence artificielle peut faire des merveilles. Il est désormais possible de modéliser des maladies et de faire travailler des IA pour trouver l’effet des molécules sur celles-ci par simulation informatique. On parle de tests in silico, par opposition aux recherches in vitro (en laboratoire dans des tubes à essai) et in vivo (sur le vivant).

L’enjeu de cette nouvelle manière de découvrir des médicaments ? Réduire d’un tiers le temps de recherche de nouveaux traitements et l’amener à 10 ans, voire moins ! Les risques d’échecs sont également largement diminués, ce qui ne peut pas faire de mal dans un secteur aussi difficile.

Evidemment, ce n’est pas si simple. Bon nombre d’entreprises, dont certaines de taille très importante, s’y sont cassé les dents. Les big datas médicales sont particulièrement complexes à explorer, sans parler des problèmes pour se les procurer puisqu’elles sont dispersées entre d’innombrables laboratoires.

MELLODY pharmaceutique

Et c’est pourquoi l’annonce du lancement du consortium MELLODY (pour Machine Learning Ledger Orchestration for Drug Discovery) est un événement important. L’objectif est d’entraîner une IA commune dans les chimiothèques de dix grandes entreprises pharmaceutiques, dont Servier, Novartis, Amgen, Merck ou encore AstraZeneca et GSK. Le projet est coordonné par Janssen Pharmaceutica NV, une filiale de Johnson & Johnson, et remis à la startup Owkin spécialisée dans ce domaine.

Il est extraordinaire d’être parvenu à convaincre ces entreprises de fournir leurs données. Une prouesse en grande partie due aux garanties offertes par Owkin avec sa technologie de stockage de données Substra basée sur la Blockchain. Cette dernière a déjà servi avec succès pour récupérer des données sensibles d’hôpitaux et les partager sans qu’elles ne soient divulguées aux différents partenaires.

C’est également Owkin qui est chargée d’entraîner l’IA sur ces données partagées. Une fois le logiciel développé, chaque membre du consortium pourra en bénéficier pour travailler de son côté. Le porteur du projet est le consortium européen Innovative Medicines Initiative.

Une manière fort intelligente de faire progresser la recherche, tout en préservant les intérêts de chacun. L’objectif est de finaliser le programme en juin 2022.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire