Accueil Innovation et vie quotidienne 2014 nous réserve-t-il une nouvelle crise sur les marchés des devises ?

2014 nous réserve-t-il une nouvelle crise sur les marchés des devises ?

par admin

Depuis plus de 60 ans, le dollar américain est, incontestablement, la première monnaie de réserve mondiale. Selon les statistiques du FMI, 61,9% de celles-ci sont libellés en devise américaine. D’après la BRI, il s’échange tous les jours près de 4 650 milliards de dollars sur les marchés. Cependant, le développement économique, les finances publiques, la dette gouvernementale, la dette extérieure, la balance des paiements des Etats-Unis et autres ne justifient plus vraiment cette position, et les marchés commencent à se poser des questions.

Le pétrole brut et ses produits dérivés sont facturés en dollar. Les pays de l’OPEP investissent leurs pétrodollars principalement en bons du Trésor, ce qui soutient le dollar et le financement de la dette publique américaine.

C’est la même chose avec les excédents commerciaux de la Chine. Les réserves de change de l’empire du Milieu atteignent à peu près 3 660 milliards de dollars, dont 1 300 milliards sont investis en obligations américaines. Le Japon, le deuxième plus grand créancier, en détient pour 1 100 milliards. Mais, devant cette inflation de dettes, les créanciers étrangers cherchent, de plus en plus, à réduire leur dépendance vis-à-vis du dollar : on les comprend ! Mais ce comportement menace la stabilité aux Etats-Unis et pèse sur le dollar.

Mais, finalement, quelle autre monnaie pourrait, tout au moins partiellement, remplacer le billet vert.

L’EURO ? Les pays du sud de la Zone euro ne rassurent pas avec une dette publique élevée, le chômage chronique et l’instabilité politique. Selon la Commission européenne, le déficit budgétaire de la Zone euro doit tomber de 3,1% en 2014 à 2,4% en 2015, et le niveau de la dette stagner à 95,4% du PIB, bien que de grosses différences persistent entre les pays membres. En Allemagne, le ratio diminuera de 5,5% à 74,1% tandis qu’en Espagne et en France il atteindra, respectivement, 104,3% et 96%.

Cela ne fait pas de l’euro une alternative crédible.

Le YEN peut-être ? Au Japon, le ratio dette/PIB s’élève maintenant à 250%, le plus élevé au monde. Les obligations japonaises sont uniquement détenues par les résidents. Le gouvernement veut absolument encourager l’inflation et la Banque du Japon n’a plus qu’une indépendance de façade. Population vieillissante, niveau de la dette absurdement élevé et absence de croissance font du yen une impossible alternative.

La Chine est désormais la deuxième plus importante économie du monde. Mais le YUAN ne représente que 2,2% des montants quotidiens en devises échangés sur les marchés mondiaux. Le gouvernement s’oppose toujours à une évaluation par le marché d’un yuan qui demeure non convertible.

Il y a d’autres monnaies qui pourraient être plus attrayantes que le dollar. Entre autres, les devises de Singapour, de la Suisse, de la Scandinavie, mais ces monnaies ont un marché trop étroit pour être des monnaies de réserve mondiale. Le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et même le Royaume-Uni ont les mêmes problèmes que les Etats-Unis et sont aussi des marchés trop étroits. L’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud et la Russie sont beaucoup trop instables.

Un panier de monnaies de réserve a l’inconvénient d’agréger tous les problèmes ci-dessus mentionnés.

L’OR pourrait-il devenir l’unité de compte mondiale ? Historiquement, il a déjà rempli ce rôle pendant plusieurs millénaires. Cependant, compte tenu de sa répartition très inégale dans le monde, on ne peut pas prévoir que cela se produira à court terme.

Conclusion : le dollar ne perdra pas sa prédominance du jour au lendemain, mais au fil du temps. On ne peut pas prévoir le rôle que jouera l’euro dans 10 ans. Actuellement, il n’y a pas d’alternative au dollar, faute de monnaie ayant un marché assez large. L’intérêt des investisseurs pour les métaux précieux est retombé, mais l’or et l’argent ne peuvent et ne doivent pas être ignorés pour ceux d’entre vous qui investissent sur le long terme.
[Le jour où le système monétaire international s’effondrera…
Ce jour est plus proche que jamais. Qu’adviendra-t-il du dollar et de l’euro ? Que deviendront vos économies ? Comment protéger votre patrimoine des risques de dévaluation ?

Tout ce que vous devez savoir est dans ce message spécial — n’attendez pas pour en savoir plus…]

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

1 commentaire

Manuel Baptista 22 novembre 2013 - 15 h 32 min

Je pense qu’il est enviseageable d’avoir dans l’avenir un certain nombre de devises partiellement convertibles en or, qui formeraient un panier de référence, ce qui stabiliserait les échanges commerciaux internationaux. La convertibilité serait seulement de banque centrale à banque centrale: c’est à dire une banque centrale d’un pays pourrait échanger contre de l’or, l´une de ces divises de référence du panier.
Autrement, nous aurons une instabilité systémique chronique qui coutera énormement à tous, la spéculation sur les devises est un facteur somme toute négatif dans les échanges commerciaux.

Reply

Laissez un commentaire