Accueil Nouvelles technologies +250% en un an ! Est-il encore temps de tirer profit de l’envolée du plomb ?

+250% en un an ! Est-il encore temps de tirer profit de l’envolée du plomb ?

par Isabelle Mouilleseaux

Le plomb s’envole vers des sommets jamais atteints. Il est passé de 1 000 $ mi-2006 à 3 500 $ aujourd’hui, soit un gain de plus de 250% en 1 an — et de plus de 400% si on prend les trois dernières années…

Où va le plomb ?! Va-t-il continuer sur sa trajectoire ? Est-il encore temps de se positionner pour en profiter ? Sommes-nous allés trop loin ? Va-t-il se retourner ? Je vais vous donner mon opinion sur toutes ces questions.

Vous êtes preneur ? Alors retroussons-nous les manches et allons-y !

D’une façon générale, le processus d’analyse est simple quand on parle de matières premières. Il y a la demande, l’offre et les stocks. Les fondamentaux vous donnent 80% du prix. Les 20% qui restent sont le fruit de la spéculation intense. Cette partie est plus difficile à cerner pour la bonne et simple raison qu’elle est versatile et violente.

La demande occidentale ? Encéphalogramme plat
La demande qui émane des Etats-Unis, d’Europe et du Japon est stable depuis une dizaine d’années. Donc s’il devait y avoir un surcroît de demande, il ne viendra pas de là.

Je pense même que la demande américaine devrait être moins soutenue dans les mois à venir. Les Etats-Unis se sont mis trop de problèmes à dos pour échapper à un ralentissement économique. Même chose pour l’Europe. La demande pourrait ralentir du fait de l’euro fort, de la hausse probable des taux — entre autres.

Les piliers de la consommation : l’Inde et la Chine. Attention fragile !
Reste l’Inde et la Chine. C’est de là que viendra le surcroît de demande. Elle devrait même s’afficher en hausse de près de 4 à 5% en 2007 – 2008 (après avoir atteint plus de 6% en 2006). Mais il existe un risque important…

L’élasticité de la demande chinoise au prix : tout viendra de là…
Si vous regardez ce qui s’est passé ces derniers mois sur les marchés matières premières, vous vous rendrez vite compte d’une chose : la demande chinoise est ultra-élastique au prix. Le dernier à en avoir fait les frais est le nickel.

En clair, si le prix devient excessif, les Chinois réagiront fortement et s’adapteront rapidement aux nouvelles données du marché. Ils ont une capacité extraordinaire d’adaptation. Ils s’arrangeront pour faire des économies "matière", trouveront des solutions alternatives, et la demande refluera. Or le prix du plomb ne commence-t-il pas à être déraisonnable ? Le risque d’une "adaptation à la chinoise" devient de plus en plus net. Et si la demande chinoise flanche, le marché du plomb est cuit !

Prenez l’exemple du nickel : les 2/3 de la production de nickel passent dans la production d’acier inoxydable. Eh bien les Chinois se sont massivement lancés dans l’acier inoxydable "sans nickel", pour ne pas se prendre l’envolée des cours du nickel en pleine face — trouvant des substituts comme le titane, le molybdène ou le chrome. Et le nickel s’est retourné…

Conclusion : la demande ne sera tirée que par l’Extrême-Orient. Avec un risque important de décélération de cette demande si les prix devenaient trop élevés.

Passons à l’offre.

L’offre va croître : merci au zinc et à l’argent
Première chose à savoir : le plomb est un "sous produit" des mines d’argent et de zinc. On ne creuse ni ne pioche pour le plomb. On creuse pour l’argent et le zinc ; et en parallèle, on extrait du plomb. C’est la cerise sur le gâteau, rarement la finalité.

De nouvelles mines dans les starting blocks
Or avec la hausse du prix du zinc et de l’argent ces dernières années, inutile de vous dire que cela en a motivé plus d’un. Le temps de mettre en place le projet, trouver les fonds, réaliser les investissements, ouvrir les mines, lancer l’exploitation… quelques années passent. Ainsi, jusqu’à 2006, la production de plomb stagnait. Cela va changer. De nouvelles mines sont dans leurs starting blocks et la production de plomb devrait augmenter dès 2007, et encore beaucoup plus en 2008.

Le recyclage explose
Vu le prix du métal, inutile de vous dire que le recyclage du plomb prend son envol. Les volumes de plomb recyclés vont croître significativement (au moins de 5% en 2007 et 2008), venant s’ajouter au plomb "primaire", nouvellement extrait. L’offre s’accroît d’autant plus vite.

Résumons-nous : l’offre va s’accroître. La demande risque d’avoir du mal à se maintenir. Qu’en pensez-vous ? Plutôt moyen pour le prix de notre plomb à moyen long terme, non ?

A court terme : 4 éléments de soutien fort au prix du plomb

1 – La fermeture de la mine Magellan 
A court terme, et tant que les problèmes de pollution au plomb en Australie ne seront pas traités, le marché restera tendu. Mais attention :  la mine de Magellan rouvrira bien un jour. Probablement vers la fin de l’année. Et là, l’offre affluera à nouveau massivement vers le marché chinois en surchauffe. La pression sur le prix du plomb sera partiellement levée. Patience…

2 – La spéculation
Les fondamentaux ces dernières semaines étaient clairement porteurs pour le plomb. Mais le mouvement a été très largement amplifié sur les marchés par les spéculateurs, comme ce fut le cas pour le nickel. Cette tendance peut se poursuivre encore quelques semaines. 

Mais attention : les spéculateurs risquent de pousser le prix à des niveaux déconnectés de la réalité industrielle. Si le prix "marchés financiers" et le prix "économiquement compatible avec la réalité industrielle" se déconnectent, le retournement du plomb est assuré. C’est ce qui s’est passé pour le nickel. Tout n’est ensuite qu’une question de temps.

3 – Les Chinois sous pression fiscale 
Je vous l’ai dit mardi, les Chinois sont en train de réduire leur production de plomb raffiné, pris en étau entre des prix du plomb primaire en hausse et des taxes accrues à l’exportation. Leurs marges fondent… Et ce risque de baisse de production existera tant que le prix du plomb restera élevé. Là aussi, une question de temps…

4 – La saisonnalité de la demande
Dernier point : c’est à l’automne que la demande de plomb pour les batteries de voitures s’intensifie. Tout simplement pour répondre à la hausse saisonnière de la demande automobile occidentale, qui suit quelques mois après. Il faut compter sur cet élément de soutien temporaire.

Je résume ma pensée :

1 – En 2007-2008 l’offre va augmenter significativement.

2 – Parallèlement, la demande des Occidentaux va faiblir. La Chine sera le seul moteur de la demande avec l’Inde, dans une moindre mesure. Or étant donné la très forte élasticité de la demande chinoise au prix, et le cours extrêmement élevé du plomb, je pense que la demande chinoise va fléchir.

On en arrive donc à une demande qui pourrait être in fine moins forte que l’offre.

3 – Le marché pourrait être encore légèrement déficitaire en 2007, et très certainement excédentaire dès 2008.

Qu’advient-il quand l’offre est supérieure à la demande ? Voici mon avis : dans les 6-18 mois à venir, le prix du plomb ne peut que fléchir. Je le vois revenir en 2008 à ses niveaux de 2006, autour de 1 500 $ la tonne contre 3 500 $ actuellement.

4 – Enfin, à court terme (d’ici à l’automne) il est possible que les prix se maintiennent à des cours élevés, voire grimpent encore un peu. Pour cause de Magellan, spéculation, saisonnalité de la demande, et pression fiscale chinoise.

L’impact de tout cela pour vous et votre argent ?
1 – Si vous avez suivi les conseils de Simone Wapler et êtes positionné sur le plomb depuis 3 mois : prenez partiellement vos bénéfices autour des 3 500 $ la tonne.

80% en quelques semaines, c’est toujours plaisant… Conservez le solde de vos positions encore un peu pour l’instant, au cas où le plomb toucherait les 4 000 $.

2 – Si vous n’êtes pas sur le marché, je pense qu’il est trop tard pour y rentrer, le potentiel de hausse étant à ce jour inférieur au potentiel de baisse. Ce n’est que partie remise. Il y a tant d’opportunités sur les matières premières…

3 – Dernière solution : se positionner à moyen long terme pour jouer la baisse. Mais ça, c’est réservé aux plus avertis des investisseurs, à moins que vous ne soyez très bien conseillé et encadré. Reste toutefois la question du timing.

J’attendrais encore un peu avant de me positionner, car le plomb peut encore grimper (attention aux barrières désactivantes sur les certificats !).

Que nous dit le cours  ?
Toute l’histoire commence au 1er semestre 2004. A cette époque, le plomb terminait tout juste sa consolidation et touchait un point bas à… 693 $ la tonne. Il y a tout juste 3 ans de cela. 693 $ !

Ensuite, rien… Rien ne se passe de très excitant pendant presque 2 ans. Le cours stagne plus ou moins.

Il faut attendre mi-2006 pour voir franchement le marché s’éveiller. Et à partir de là, les choses vont s’enclencher très vite : un mouvement crescendo pour les mélomanes, "pseudo-exponentiel" pour les matheux !

De 693 $, il passe à 1 000 $ la tonne mi-2006. Et un an plus tard, le voilà qui caracole à 3 500 $. Un gain de plus de 250% en 1 an ! 400% en 3 ans !

Prochain objectif ?
Ces derniers temps, le plomb franchit seuil de résistance sur seuil de résistance à la vitesse de l’éclair. 2 970 $, 3 100 $, 3 500 $…  ! Il est pris dans un canal haussier impressionnant de solidité. Il grimpe inexorablement comme une mécanique parfaitement huilée.

Mieux : il vient de franchir à la hausse la ligne supérieure du canal haussier dans lequel il était jusque là bien sagement enfermé. D’où une configuration haussière très positive graphiquement.

Prochain objectif : 4 000 $ – 4 400 $ la tonne. Ensuite, il devra souffler… Affaire à suivre…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires