Accueil Nouvelles technologies Alibaba, le Marco Polo chinois à la conquête du monde

Alibaba, le Marco Polo chinois à la conquête du monde

par Cécile Chevré
savoir quand vendre une action

Depuis Facebook en 2012, aucune autre entrée en Bourse (IPO) n’avait autant fait parler d’elle ! Je veux bien sûr parler de l’arrivée fracassante du Chinois Alibaba (NYSE-BABA) sur le NYSE.

Le premier jour de cotation s’est conclu sur un fulgurant succès qui a vu le cours s’envoler de 38%. Introduit à 68 $, Alibaba cote maintenant plus de 90 $

Le premier jour de cotation s’est conclu sur un fulgurant succès qui a vu le cours s’envoler de 38%. Introduit à 68 $, Alibaba cote maintenant plus de 90 $. Tout comme Facebook en son temps, Alibaba a déclenché une véritable logorrhée de louanges chez les analystes certains y voyant une occasion de prendre une revanche sur les Bourses ou de rejouer un coup à la Google.

Il faut dire que l’introduction en Bourse de Google, à 85 $ en 2004, a laissé un goût amer à ceux qui n’avaient pas profité de l’occasion alors que le tentaculaire moteur de recherche cote maintenant plus de 580 $, soit près de 590% de hausse…

Alibaba, cela serait donc Google le retour. Vous comprenez un peu mieux l’enthousiasme des investisseurs…

Alibaba, la pieuvre de l’e-commerce chinois
Au fait, qu’est-ce qu’Alibaba ? Lancé en 1999 par un professeur d’anglais, Jack Ma, avec l’aide de quelques amis, Alibaba commence son ascension par un site d’e-commerce, Taobao. Dans les années suivantes, le groupe se diversifie… énormément.

Alibaba est un géant de l’Internet qui regroupe sous une même bannière des concurrents d’Amazon, d’eBay et de Paypal.

Aujourd’hui, Alibaba est un géant de l’Internet qui regroupe sous une même bannière des concurrents d’Amazon, d’eBay et de Paypal. Un groupe pieuvre de l’e-commerce

Mais ce qui donne des frissons d’excitation aux investisseurs, ce sont les chiffres du marché de l’Internet en général et de l’e-commerce en particulier dans l’empire du Milieu. L’année prochaine, 850 millions de Chinois devraient avoir accès à une connexion Internet. Un chiffre encore plus impressionnant quand on le compare avec le nombre d’internautes chinois cette année ("seulement" 620 millions) ou encore la population américaine (314 millions).

Les internautes chinois s’avèrent aussi extrêmement friands d’achats en ligne. En 2012, ils avaient dépensé l’équivalent de 190 milliards de dollars sur Internet. En 2016, ce seront 457 milliards de dollars qui devraient alimenter l’e-commerce chinois. Sur les 4 premiers mois de 2014, les ventes en ligne ont déjà bondi de 52%…

Selon certains analystes, ce seraient près de 80% des achats en ligne des Chinois qui passeraient par un des sites du groupe Alibaba

Le potentiel est énorme et Alibaba a la haute main sur ce trésor. Selon certains analystes, ce seraient près de 80% des achats en ligne des Chinois qui passeraient par un des sites du groupe Alibaba. Sa domination s’étend sur toutes les formes de commerce en ligne, que cela soit entre professionnels, entre professionnels et particuliers et entre particuliers entre eux…

En 2007, eBay est obligé de mettre fin à sa présence en Chine sous le coup de la concurrence du site fondé par Jack Ma, Taobao

Alibaba est jusqu’à présent à écraser toute concurrence… et même celle d’eBay. En 2007, eBay est obligé de mettre fin à sa présence en Chine sous le coup de la concurrence du site fondé par Jack Ma, Taobao.

Pourtant l’Américain avait investi très gros sur le marché chinois. Cependant, entre 2002 et 2007, la domination d’eBay sur l’e-commerce s’effondre littéralement passant de 80% à 7%. Depuis 2007, eBay a repris (un peu) de poil de la bête. En 2012, le groupe a signé un partenariat avec le site chinois Xiu.com. En attendant, Alibaba reste difficilement contournable dès que l’on évoque l’e-commerce en Chine.

L’année dernière, Alibaba a ainsi pu afficher un chiffre d’affaires en progression de 62% à 8 milliards de dollars. Et celui-ci devrait encore augmenter de 50% cette année.

Voilà donc ce qui suscite tant d’émotion chez les investisseurs : un énorme marché et une société bien implantée voire dominante. Google, bis repetita.

Les plus de 25 milliards de dollars levés grâce à cet IPO sont censés soutenir le développement d’Alibaba à l’étranger

Alibaba à la conquête du monde
Et ce d’autant plus que les plus de 25 milliards de dollars levés grâce à cet IPO sont censés soutenir le développement d’Alibaba à l’étranger. Déjà le service AliExpress permet de livrer à travers le monde des produits proposés par des vendeurs chinois.

Mais le grand tournant a eu lieu un peu plus tôt cette année. En juin dernier, Alibaba a lancé un site d’e-commerce destiné au marché américain, 11Main.com. Pour mettre toutes les chances de son côté, Alibaba a fait l’acquisition de 3 sites d’e-commerce américains ces dernières années.

Le site, accessible uniquement sur invitation pour le moment, devrait essentiellement se concentrer sur des produits à forte valeur ajoutée ou de luxe, ainsi que les produits de petits créateurs en train de se faire un nom.

D’après les premiers utilisateurs, plus qu’un concurrent direct d’Amazon, 11Main.com reprend le modèle développé par exemple par Etsy.com. Les créateurs/vendeurs s’y créent une boutique en ligne et gèrent eux-mêmes leurs commandes et envois. 11Main.com prend quant à lui une commission sur les ventes (autour de 3%).

L’Europe n’échappe bien évidemment pas à l’appétit d’Alibaba. Présent depuis plusieurs années sur le Vieux Continent, le groupe travaille sa stratégie marketing pour se faire connaître du public européen et surtout pour s’imposer comme un intermédiaire de confiance.

Ces derniers mois, Alibaba s’est diversifié en prenant des participations plus ou moins importantes dans d’autres sociétés liées à l’Internet chinois, à savoir les équivalents de Twitter, de Dailymotion, mais aussi dans un groupe de télévision et de radio et même dans… un club de football.

Vers la diversification
Les ambitions du Chinois, et de son maintenant très célèbre fondateur Jack Ma, ne s’arrêtent pas. Ces derniers mois, Alibaba s’est diversifié en prenant des participations plus ou moins importantes dans d’autres sociétés liées à l’Internet chinois, à savoir les équivalents de Twitter, de Dailymotion, mais aussi dans un groupe de télévision et de radio et même dans… un club de football.

Autre investissement récent du groupe de Jack Ma, la logistique. Alibaba a créé en 2013 son propre réseau de distribution, Cainiao, et a annoncé en juin 2014 avoir signé un partenariat avec la poste chinoise. L’investissement dans la logistique est lourd financièrement – il devrait représenter 100 milliards de yuans d’ici 2022 (environ 12 milliards d’euros) – mais pourrait s’avérer un avantage décisif pour Alibaba dans les années à venir.

En assurant une distribution sur tout le territoire – et au vu de l’ampleur du territoire chinois, c’est une gageure !—, le groupe de Jack Ma prend un plusieurs mètres d’avances sur ses principaux concurrents.

Pourtant, certains commentateurs n’ont pu s’empêcher d’exprimer un indéniable scepticisme devant ce qui s’annonçait comme l’IPO de l’année. Peut-être ont-ils été échaudés par les introductions de Facebook ou de Twitter dont les cours avaient rapidement chuté pour ne retrouver leur niveau d’introduction qu’un an après leur IPO ? Possible…

Avant de vous précipiter sur Alibaba prenez le temps les arguments des sceptiques… dans une toute prochaine Quotidienne.

Articles similaires

Laissez un commentaire