Accueil Internet & CommunicationsInfrastructures & Hardware Apple M1 : fin de règne pour Intel

Apple M1 : fin de règne pour Intel

par Ray Blanco
apple M1 intel

[Lorsqu’Apple a fait la présentation de ses derniers Macbook, certains éléments ont brillé par leur absence : les processeurs Intel, remplacés par la M1. Cette nouvelle puce maison n’est pas seulement à la hauteur de la performance de ses anciennes consoeurs, elle la pulvérise. Ça sent la fin de règne pour Intel…] 

En cette fin 2020, une fois n’est pas coutume, Apple (NASDAQ : APPL) vient encore de nous dévoiler un nouveau produit. Cela en fait trois cette année. C’est très inhabituel. En temps normal, toutes les nouveautés de la marque à la pomme sont annoncées lors d’un seul et même “Apple Event”.

MacBook sont dorénavant munis de la puce M1

Mais, à bien des égards, la toute dernière présentation en date d’Apple pourrait s’avérer être la plus importante de toutes…

Lorsque la société a présenté ses tout derniers modèles de MacBook (Air et Pro), certains éléments ont brillé par leur absence : les processeurs Intel (NASDAQ : INTC)

Un nouveau processeur dans les Mac

Apple est liée à la technologie Intel depuis quatorze ans : cela remonte à l’époque où la société a opéré une transition des architectures PowerPC vers les architectures x86. Les nouveaux MacBook sont dorénavant munis de la puce M1, un nouveau processeur (“CPU”) totalement “maison”.

Et cette puce est assez exceptionnelle : la M1 intègre ce qu’Apple considère comme les cœurs de processeur les plus rapides du monde. Elle intègre quatre cœurs haute performance et quatre cœurs d’efficience, soit un total de huit cœurs. Et, en plus, elle embarque un processeur graphique (GPU) huit cœurs, une mémoire cache et un Neural Engine seize cœurs.

Apple affirme que le nouveau MacBook Air affiche des performances CPU et graphiques respectivement 3,5 fois et 6 fois supérieures à celles du modèle antérieur. Cette puce est si rapide que le nouveau MacBook Air surperforme le précédent modèle phare, le MacBook Pro (qui utilise encore la technologie Intel) – même si le Pro intègre certaines des meilleures puces d’Intel. Et le nouveau Pro surpasse de 280 % la performance du vieux modèle.

D’autres fabricants de puces font la course pour rattraper TSMC

De plus, les nouveaux MacBook possèdent une efficacité énergétique, dans la mesure où, au maximum de leur performance, ils consomment une fraction de l’énergie consommée par leurs prédécesseurs Intel. Apple affirme que la durée de vie de la batterie va doubler.

Et tout cela sur une puce fabriquée par Taiwan Semiconductor (TSMC), mesurant 120 millimètres carrés seulement – un bout de silicium plus petit que ce que l’on pourrait constater avec une puce Intel de puissance similaire. La puce M1 d’Apple emmagasine 16 millions de discrets éléments électroniques sur un petit disque (“wafer”) mesurant 11 mm².

Cet énorme bond en avant n’a été possible que grâce à ASML Holding (NASDAQ : ASML), le seul fournisseur au monde d’outils de lithographie EUV (“extrême ultraviolet”), une technologie de fabrication de puces intégrant des éléments faisant 5 nm de large.

Actuellement, d’autres fabricants de puces font la course pour rattraper TSMC. Pour le dire autrement, le carnet de commandes d’ASML se remplit…

De son côté, TSMC a annoncé son intention d’ouvrir en Arizona un nouveau site de production de puces qui va coûter plusieurs milliards de dollars. L’usine sera partiellement financée par le fabricant taïwanais et l’Etat d’Arizona. Le gouvernement américain prendra le reste à sa charge, trop impatient de rapatrier aux Etats-Unis les capacités de production des semi-conducteurs de base.

Est-ce le début de la fin de l’architecture x86 ?

Il y a dix ans, j’ai émis des spéculations concernant l’avenir d’Intel… A l’époque, le marché du smartphone était en plein essor, et les CPU énergivores d’Intel ont été carrément laissés de côté.

Les CPU d’ARM Holdings, qui affichaient de l’efficacité énergétique, étaient présents dans presque 100 % des téléphones portables du monde. Parallèlement, la performance des puces ARM s’améliorait régulièrement.

La technologie d’ARM allait-elle marcher un jour sur les platebandes traditionnelles d’Intel, dans le domaine des PC et des ordinateurs portables ? A l’époque, j’ai dit que cela finirait par arriver.

Intel pense à externaliser sa production de puces

Et cette puce M1 d’Apple, basée sur la technologie d’ARM, annonce que ce moment est arrivé. Elle n’est pas seulement à la hauteur de la performance d’Intel : elle la pulvérise. Je prédis que d’autres entreprises, en dehors d’Apple, vont se mettre à développer leurs propres puces haute performance ARM.

Se pourrait-il qu’une vaste substitution soit en chemin, et Intel pourra-t-elle survivre ?

Pour l’heure, l’entreprise, qui se débat avec sa propre technologie de fabrication, semble jeter l’éponge. La société semble prête à externaliser sa production de puces…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire