Accueil A la une Apple prépare la fin de l’ordinateur personnel

Apple prépare la fin de l’ordinateur personnel

par Etienne Henri
produits Apple

Sans fanfare, ni trompettes, Apple place ses pions pour faire disparaître l’ordinateur personnel.

La firme californienne, qui a popularisé le personal computer (PC – ordinateur personnel en anglais) en inventant l’interface graphique dans les années 1980 et qui doit sa survie à la commercialisation de l’iMac à la fin des années 1990, prévoit un futur où les particuliers n’en utiliseront plus.

Le mouvement a été lancé lorsque l’entreprise a abandonné le nom d’Apple Computer Inc. en 2007. Alors que l’iPhone venait d’être lancé et faisait figure d’ovni dans le paysage de la téléphonie mobile, Apple anticipait – avec raison – que les smartphones auraient un succès planétaire et que les ventes de l’iPhone éclipseraient totalement les ventes de Macintosh.

La suite de l’histoire est connue : l’iPhone est désormais le principal moteur de la croissance d’Apple et le résultat net de la branche téléphonie est supérieur à celui de l’ensemble des autres activités cumulées.

revenus apple produitsPart des différents produits d’Apple dans ses revenus.
L’iPhone représente au moins 50% depuis 2012.

Depuis 2007, la gamme d’appareils mobiles s’est étoffée pour inclure le bien connu iPad, qui a encore un peu plus brouillé la frontière entre appareil mobile et ordinateur personnel.

Qui a tué l’ordinateur de bureau ?

A l’échelle de la planète, il se vend désormais deux fois plus d’ordinateurs portables que d’ordinateurs fixes.

Aujourd’hui, rares sont les foyers qui, s’équipant en informatique, optent pour un ordinateur de bureau. Le choix naturel des consommateurs n’ayant pas de besoins spécifiques est de se tourner vers un ordinateur portable, et ce même si ce dernier n’a pas vocation à beaucoup voyager.

A l’échelle de la planète, il se vend désormais deux fois plus d’ordinateurs portables que d’ordinateurs fixes, et ce chiffre englobe les ventes aux entreprises, dernières grandes consommatrices d’ordinateurs de bureau pour les postes de travail.

Quel changement par rapport aux années 2000 durant lesquelles les ordinateurs portables étaient réservés aux hommes d’affaires et particuliers fortunés !

Ces machines, chères, fragiles, peu puissantes et disposant d’une faible autonomie, n’ont pu connaître les faveurs du grand public que lorsque leurs processeurs sont arrivés au niveau de ceux équipant les ordinateurs de bureau.

C’est l’arrivée au milieu des années 2000 des processeurs Core d’Intel qui a permis de commercialiser des machines portables dotées d’une autonomie de près d’une demi-journée, proposant des performances équivalentes à celles des ordinateurs de bureau à un prix raisonnable.

Il ne vous a certainement pas échappé que les performances des ordinateurs personnels sont désormais stagnantes. Aussi, la topologie de ce marché n’a pas réellement varié depuis 10 ans : la part des ordinateurs de bureau s’érode simplement au fil du temps, dans un marché de l’informatique personnelle en décroissance depuis 2011.

ventes PC depuis 2010

Evolution des ventes d’ordinateurs personnels depuis 2010 :
ordinateurs de bureau, portables, tablettes.

La nouvelle informatique personnelle tient dans la poche

Le pari d’Apple est de parvenir à faire de ses iPads et de ses iPhones les remplaçants des ordinateurs personnels. L’écosystème applicatif est en place, les habitudes des consommateurs sont déjà là… il ne manque plus qu’une dernière impulsion pour que ces produits puissent remplacer définitivement les machines traditionnelles : des capacités suffisantes pour assurer des fonctions de production de contenu.

Jusqu’ici, les iPhones et iPads étaient tout à fait adaptés à la consommation de contenu comme le surf sur le web ou la consultation de vidéos.

Les capacités limitées des processeurs équipant ces machines rendaient pénibles toutes les tâches complexes. Montage vidéo, retouche photo, édition de documents : toutes ces activités traditionnellement effectuées sur l’ordinateur domestique étaient laborieuses sur les appareils mobiles.

Or, depuis 10 ans, Apple a travaillé d’arrache-pied à l’amélioration des performances des processeurs équipant iPhones et iPads.

Les derniers chiffres sont sans appel : les processeurs qui équipent les derniers iPhones sont désormais au niveau de performance de ceux des ordinateurs portables professionnels d’Apple !

apple iMac iPhone

De ces deux appareils mobiles, le plus puissant n’est pas celui que l’on croit…
Crédit : Apple Inc.

Tout est prêt pour le tout-mobile

L’iPhone XS, équipé du nouveau processeur mobile A12 Bionic, présente des performances similaires à celles du dernier Macbook Pro équipé du processeur Intel Core i7.

Il s’agit d’un véritable séisme dans le monde de la micro-électronique, habitué à une stricte hiérarchie des performances des puces selon leur domaine d’activité.

Apple a désormais toutes les cartes en main pour basculer, si elle le souhaite, l’ensemble de son offre vers les processeurs Bionic dont elle possède les droits exclusifs.

Il est intéressant de noter qu’Apple ne communique d’ailleurs plus sur les augmentations de performance de ses processeurs, alors qu’elles sont plus impressionnantes que jamais…

Quelles conséquences pour le marché de la micro-électronique ?

Alors que les ventes d’appareils mobiles (smartphones + tablettes) dépassent depuis longtemps celles des ordinateurs personnels, Apple a dans sa manche une avance technologique unique.

Les processeurs Intel sont toujours englués dans leur stagnation de performance, et les problèmes de gravure rencontrés par le fondeur ne vont pas améliorer la situation.

Le retard des processeurs équipant les téléphones Android semble désormais trop grand pour être facilement rattrapé. L’écart en termes de puissance de calcul par watt consommé, mesure-phare de la performance d’un processeur mobile, atteint désormais un facteur 10 ente les processeurs équipant les téléphones Apple et ceux de Samsung.

Souvenons-nous de la transition du marché de l’ordinateur fixe vers les machines portables. AMD, qui tenait une place de choix parmi les fondeurs, a vu son activité laminée faute de pouvoir proposer des processeurs capables de concurrencer les Core d’Intel. Entre 2006 et 2009, le cours de l’action est passé de plus de 40 $ à moins de 2 $, soit une chute de 95%…

graphe bourse AMD

Evolution du cours de l’action AMD suite à l’arrivée des processeurs Intel Core.

Si Apple transpose sa domination technologique du marché des smartphones vers celui de l’informatique en général en déclinant ses puces Bionic à différents types d’appareils, le leadership d’Intel subira le même sort que celui d’AMD lors de l’arrivée des processeurs Core.

L’iPhone, poule aux œufs d’or d’Apple depuis 10 ans, pourrait bien être à l’origine du prochain relais de croissance de la firme de Cupertino.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire