Accueil A la une Appli de backtracking : est-ce que Big Brother nous observe ?

Appli de backtracking : est-ce que Big Brother nous observe ?

par Ray Blanco
big brother coronavirus

“Est-ce que le gouvernement a le droit d’utiliser vos données de géolocalisation pour appliquer des mesures visant à empêcher la propagation de la pandémie ?”

Voici le commentaire d’un de nos lecteurs :

“Je pense que c’est très bien que le gouvernement se serve des données de géolocalisation des téléphones portables pour les gens potentiellement contaminés par le COVID-19.

Cependant, que se passera-t-il, après récupération de ces données ? Est-ce que les agents fédéraux vont débarquer et capturer les victimes puis les transporter dans des sites de quarantaine ? Est-ce qu’on va retracer les pas des contaminés et tout désinfecter ? Est-ce que les données vont être vendues à des cabinets d’avocats pour intenter des procès contre les contaminés qui n’ont pas obéi aux ordres de confinement ? Voilà pourquoi je suis sceptique à l’égard des intentions motivant la récupération de ces données, dès le départ.

Les gens sont assez sensés pour se placer eux-mêmes en quarantaine ou bien consulter d’eux-mêmes un médecin, et ces questions devraient être protégées par le secret médical.”

Globalement, les réponses que j’ai reçues se préoccupaient toutes de l’utilisation que le gouvernement ferait de ces données.

Nous connaissons tous l’expression “Big Brother“.

Heureusement pour nous, un futur à la 1984 est loin de la réalité, en ce moment.

Lundi, Google et Apple ont invité plusieurs médias technologiques et d’information à participer à une conférence téléphonique, afin de répondre aux inquiétudes que cela pourrait susciter.

Et les réponses communiquées sont limpides… 

Qui fait l’objet de la traçabilité ?

Apple et Google ont déclaré qu’ils ne pouvaient vous “suivre” que si vous y consentiez (“opt-in”).

Vous pouvez choisir de transférer vos données, anonymement, par Bluetooth. Et cela vous indiquera, ainsi qu’à d’autres téléphones, si oui ou non vous avez été en contact étroit avec d’autres utilisateurs testés positifs au COVID-19.

Ils ne vont pas se mettre à pister tous les iPhones et Android en circulation.

Tout est sur la base du volontariat, et anonyme.

Est-ce que ma géolocalisation est “traçable”, si je consens ?
Et comment l’anonymat est-il respecté ?

Ce processus ne se sert pas des données de géolocalisation.

Alors vous êtes moins “traçable” qu’avec toutes les caméras de télésurveillance qui vous entourent.

Considérez votre téléphone comme un radar, et ceux des autres comme des points qui clignotent sur un écran.

Votre téléphone vous notifiera si vous avez été exposé à d’autres utilisateurs atteints de COVID-19, et on vous invitera à télécharger une application des autorités de santé publique.

On ne vous révèlera pas qui est atteint de COVID-19, pour des questions d’anonymat. Vous serez simplement informé du risque potentiel.

Que vont-ils faire des données ?

Google et Apple ont déclaré tous les deux qu’ils n’utiliseraient les données que dans le but d’empêcher la propagation du COVID-19. Ils ont déclaré qu’ensuite le système serait démantelé.

Ils ont déclaré de manière explicite que les données ne seraient pas utilisées à des fins publicitaires ou autres usages sans rapport avec la pandémie.

Et ils ont déclaré que seules des organisations gouvernementales auraient accès au système.

Les données peuvent-elles être piratées ?

Ces données sont particulièrement convoitées par les hackers (“pirates informatiques”).

Mais il y a beaucoup d’avantages, si vous décidez de participer à ce système. Il ne suit pas la géolocalisation, est totalement anonyme et – élément très important – décentralisé.

Comment savoir si les alertes sont réelles ?

Google et Apple vont transmettre toutes les alertes via des organismes de santé publique, afin de garantir qu’aucune alerte ne soit lancée sur la base de fausses déclarations de contamination au COVID-19.

Les personnes diagnostiquées positives au COVID-19 recevront un code à usage unique qu’elles saisiront pour déclencher l’alerte. Cela prévient toute fausse alerte et permet d’établir un système correct. 

Est-ce que je dois participer ?

Au bout du compte, la décision de participer (“opt-in”) ou non vous appartient.

la décision de participer vous appartient.

Aucun service public, aucune institution privée, ne va utiliser ces données contre vous. Si c’était le cas, nous aurions de sérieux problèmes.

En ce moment, nous sommes loin du scénario de type 1984 invoqué par certains médias.

Si vous sortez et circulez en permanence – si vous travaillez dans le secteur de la santé ou que vous prenez soin d’une personne de votre entourage confinée chez elle – vous devriez envisager de vous inscrire.

Surtout si vous vous occupez d’une personne âgée, car il ne faut pas que vous l’exposiez au virus. Mais vous devez également juger si vous faites confiance à Apple et Google, et évaluer l’importance que vous accordez à votre vie privée.

Au bout du compte, la décision vous appartient. Et personne ne peut vous dire ce que vous devez faire, ni le gouvernement, ni Google, ni moi.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire