Accueil Energies et transports Attendez-vous à des OPA dans le secteur des renouvelables

Attendez-vous à des OPA dans le secteur des renouvelables

par Etienne Henri
EnR Total énergies renouvelables

[En 2020, dans l’Union européenne, les énergies renouvelables (EnR) ont détrôné les sources fossiles en matière de production électrique. Une première ! Autre signe que l’essor de la transition énergétique devient inéluctable, Total, dorénavant TotalEnergies, rachète à tour de bras dans le secteur des EnR. Et, compte tenu de ses ambitions, ce n’est qu’un début…]

Un cap symbolique a été franchi dans un silence médiatique assourdissant, tant nous étions focalisés sur les questions sanitaires. En 2020, la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité en Europe a dépassé celle des combustibles fossiles. Selon une étude publiée par Ember, le Vieux Continent a produit l’année dernière 38 % de son électricité à base de sources renouvelables, contre 37 % au moyen de sources primaires fossiles (gaz, pétrole, charbon).

Chute historique d’un côté, hausse historique de l’autre : l’effet ciseaux a fait le reste et explique la progression de la part de marché des EnR

La même tendance se retrouve en France, terreau du nucléaire où l’implantation de nouvelles capacités de production intermittente n’est pas nécessairement une évidence. Selon un rapport conjoint publié par le Syndicat des énergies renouvelables (SNR), RTE et Enedis, “les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 26,9 % à la couverture de la consommation d’électricité de France métropolitaine au cours de l’année 2020”. 

La progression est significative puisqu’elle est de près de quatre points par rapport à 2019, année durant laquelle les EnR n’étaient à l’origine que de 23,1 % de notre électricité, et ces chiffres doivent encore être considérés à l’aune de la situation sanitaire.

Comme vous le savez, notre activité économique a brutalement chuté au cours des douze derniers mois. Ceci s’est, bien évidemment, ressenti sur notre utilisation d’énergie et en particulier d’électricité. De fait, la consommation d’électricité a subi l’année dernière une baisse historique de -3,5 % par rapport à 2019 – après correction des variations météorologiques – pour se stabiliser à 460 TWh.

La production totale a elle aussi subi une baisse colossale puisqu’elle s’est contractée de -7 % (à 500 TWh), un niveau qui n’avait plus été vu depuis plus de vingt ans.

C’est dans ce tableau apocalyptique pour les énergéticiens que le parcours à contre-courant des EnR prend toute sa signification. Tandis que l’activité des centrales électriques classiques était en berne, les sources renouvelables se sont payé le luxe d’augmenter leur production. Cette dernière a dépassé les 120 TWh, soit une hausse de plus de 10 % par rapport à 2019.

Chute historique d’un côté, hausse historique de l’autre : l’effet ciseaux a fait le reste et explique la progression de la part de marché des EnR.

En parallèle, la puissance totale du parc renouvelable a continué de croître pour atteindre les 55,9 GW (+2 GW sur l’année). L’éolien a représenté 54 % des nouvelles capacités installées et le solaire 40 %.

Total bascule vers les renouvelables

Tout récemment, nous apprenions que Total s’est engagé sur un quasi-doublement de sa production d’électricité propre aux Etats-Unis. En ajoutant plus de 2 GW de centrales à ses installations existantes, le pétrolier (qui ne méritera bientôt plus cette appellation) va porter à plus de 4 GW la puissance de son parc de renouvelables aux Etats-Unis.

Pour y parvenir, le groupe a procédé au rachat de capacités de production détenues par SunChase Power et MAP RE/ES (une société d’investissement dans l’énergie). Malgré l’ampleur de la transaction, il ne s’agira certainement pas d’un coup d’éclat isolé : les objectifs de Total pour les prochaines années sont encore plus ambitieux.

Objectif 0 carbone en 2050

Le groupe a confirmé, en début d’année, son projet de devenir “zéro carbone” d’ici à 2050. Pour y parvenir, il prévoit de se construire un portefeuille d’énergies renouvelables représentant 40 % de son chiffre d’affaires à cette date. A titre de comparaison, l’énergéticien dispose aujourd’hui d’une capacité de production électrique de 12 GW, dont près de 7 GW sont assurés par des sources renouvelables. Ce ratio de 58 %, qui le place déjà parmi les bons élèves de la transition énergétique, va encore augmenter puisque l’objectif annoncé est d’atteindre les 35 GW de production verte, et ce d’ici à 2025.

Il s’agit d’un transfert de richesse sans précédent des poches des vieux énergéticiens vers les jeunes pousses du secteur.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire