Accueil A la une Aviation : quand la Chine éclipsera l’Occident

Aviation : quand la Chine éclipsera l’Occident

par Etienne Henri
avenir aviation asie

Tandis que Boeing se bat toujours pour éteindre l’incendie médiatique provoqué par les crashs de ses B737 MAX, son concurrent européen Airbus vole de succès en succès.

Le mois dernier, l’avionneur a annoncé la signature d’une méga-commande avec la Chine. Le contrat, signé en grande pompe en présence de Xi Jinping et Emmanuel Macron, porte sur la fourniture de 300 appareils. Selon l’Elysée, son montant total devrait avoisiner les 30 Mds€.

Quand la Chine éclipse l’Occident

Ce contrat-cadre, qui porte sur la réservation de 290 appareils de type A320 et de 10 A350XWB, est d’une ampleur hors norme.

Pour réaliser son gigantisme, il suffit de le comparer avec la dernière commande passée par Lufthansa. Il y a quelques semaines, la compagnie allemande, qui est par ailleurs le premier opérateur d’avions Airbus au monde, réservait… 20 appareils.

L’Asie représente désormais plus d’un tiers du carnet de commandes mondial d’Airbus.

Les commandes des compagnies européennes, qui faisaient autrefois les choux gras des constructeurs occidentaux, deviennent progressivement négligeables face à celles des compagnies asiatiques. 

Selon les chiffres internes d’Airbus, l’avionneur dispose aujourd’hui de 1 212 appareils commandés et en attente de livraison en Europe et de 974 aux Etats-Unis. A titre de comparaison, les commandes de la zone Asie représentent plus de 1 800 appareils – et ce sans tenir compte du contrat signé le mois dernier avec la Chine.

L’Asie représente désormais plus d’un tiers du carnet de commandes mondial d’Airbus et est de très loin la première zone d’activité (+53 % par rapport à l’Europe, +90 % par rapport à l’Amérique du Nord).

Répartition carnet de commandes Airbus

Répartition du carnet de commandes d’Airbus selon les régions.
Données: Airbus, mars 2019 

Une tendance qui devrait encore s’accélérer

Selon les dernières estimations fournies par Airbus, les commandes en provenance de Chine devraient approcher les 7 500 unités durant les vingt prochaines années. L’empire du Milieu devrait représenter près de 20 % de la demande mondiale en appareils neufs durant cette période. Les pays limitrophes, où la croissance économique est également bien supérieure à celle du Vieux Continent, ne devraient pas être en reste et conforter un peu plus le rôle de l’Asie dans le marché de l’aéronautique.

Si, proximité géographique oblige, nous nous focalisons dans ces colonnes sur notre fleuron national, sachez que la tendance est mondiale.

Il y a quelques jours, nous évoquions le carnet de commandes de Boeing, et plus particulièrement celui de son 737 MAX. Cet avion est particulièrement prisé des compagnies aériennes en phase d’expansion de flotte du fait de sa flexibilité.

Les cinq compagnies ayant commandé le plus d’appareils sont : Southwest Airlines (280 appareils), Flydubai (251 appareils), Lion Air (201 appareils), VietJet Air (200 appareils) et United Airlines (137 appareils).

Comme vous le voyez, les compagnies américaines ne représentent même pas 40 % des commandes de ce top 5. Ce chiffre est par ailleurs très biaisé par la présence de Southwest Airlines, qui a fondé tout son business model autour du Boeing 737.

Même en tenant compte de cette particularité historique, le carnet de commandes du B737 MAX reste composé à plus de 37 % par des compagnies opérant depuis l’Asie.

Boeing n’échappe donc pas, à l’instar d’Airbus, au décalage de son marché vers l’Asie.

Quelles conséquences pour vos investissements ? 

Ces nouvelles commandes asiatiques sont, dans l’immédiat, du pain bénit pour les avionneurs.

L’aviation civile se porte bien, comme le montre l’évolution du carnet de commandes d’Airbus sur les six dernières années :

backlog airbus

Le backlog d’Airbus est en hausse continue depuis plusieurs années déjà.
Source : Airbus 

Airbus indique à ses actionnaires que ce type d’affaires pourrait bien être signé tous les ans, durant vingt ans !

Boeing, de son côté, fait état de 5 826 commandes en attente (dont 4 668 B737).

Un contrat portant sur 300 appareils représente donc une augmentation significative d’activité, pour Airbus comme pour Boeing. En annonçant que la Chine devrait commander 7 500 appareils d’ici à 2038, Airbus indique à ses actionnaires que ce type d’affaires pourrait bien être signé tous les ans, durant vingt ans !

A première vue, les constructeurs occidentaux semblent sur une trajectoire inexorable de hausse de leurs ventes. Faut-il donc faire le trade de la décennie, investir dans ces deux avionneurs et oublier ses actions jusqu’en 2040 ?

Pas si sûr : si l’Asie représente un relais de croissance inouï pour nos constructeurs, elle pourrait aussi faire naître la concurrence qui les terrassera – et c’est ce que nous verrons dès demain.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire