Accueil Energies et transports [Bourse] Une fenêtre de tir s’ouvre sur l’hydrogène

[Bourse] Une fenêtre de tir s’ouvre sur l’hydrogène

par Etienne Henri
investir hydrogène bourse

[Aux Etats-Unis comme en Europe, les investisseurs ont réalisé brutalement le potentiel de l’hydrogène. Et cela ne s’est pas fait sans excès. Or, qui dit excès, dit aussi retour de bâton… Ainsi, ces derniers jours, les valeurs du secteur ont méchamment corrigé. Tant mieux ! Cette correction est salutaire car elle fait passer un certain nombre d’actions en territoire abordable…]

Les valeurs “hydrogène” ont été prises d’une rare frénésie l’année dernière. +246 % en 2020 pour Ballard Power Systems, +669 % entre le 1er juillet et le 31 décembre 2020 pour Plug Power… et même +938 % entre le 1er octobre et la fin d’année pour FuelCell Energy.

Aux Etats-Unis comme sur le Vieux Continent, les investisseurs ont réalisé brutalement le potentiel de cette énergie propre. Il faut dire qu’entre ses usages industriels, le stockage d’électricité et la mobilité propre, les relais de croissance ne manquent pas.

Le pessimisme momentané des marchés est une bonne nouvelle

Comme pour tout secteur naissant, le marché joue son rôle de recherche du bon prix. C’est pour cette raison que nous pouvons voir le prix de certaines actions multiplié par 2, 5 ou même 10 en quelques mois à mesure que les investisseurs prennent conscience de la valeur réelle des entreprises en question.

Mais tout ceci ne se fait pas sans excès. Mi-février, je vous mettais en garde contre la possibilité d’une bulle. [Vous pouvez relire mon article ici…] Vous le savez, une croissance saine et durable est faite de hausses, certes, mais aussi de corrections et de plateaux. Les hausses sans interruption ne sont pas soutenables.

Or, ces derniers jours, les valeurs “hydrogène” ont brutalement corrigé : -37 % depuis janvier pour Plug Power (NYSE : PLUG), -28 % par rapport aux plus-hauts de février pour Ballard Power Systems (NYSE : BLDP) et même -40 % pour FuelCell Energy (NYSE : FCEL)… Comme vous pouvez le constater, les dégagements sont à l’image de la ferveur incroyable de l’année dernière.

Pour les investisseurs qui souhaitent profiter de la mégatendance de l’hydrogène propre, cette correction est salutaire car elle permet d’entrer à moindre coût sur des dossiers dont les fondamentaux n’ont pas changé en trois mois. Aujourd’hui, nous verrons pourquoi le pessimisme momentané des marchés est une bonne nouvelle. 

Quel bon prix pour les valeurs “hydrogène” ?

Si tous les actionnaires pouvaient disposer d’une boule de cristal, le prix des actions serait stable et représenterait, à tout instant, la juste somme des bénéfices à venir. Qui aurait envie de payer une action plus cher que ce qu’elle vaut véritablement ? Aucune personne saine d’esprit… De même, aucun investisseur n’est disposé à vendre une action en dessous de sa valeur réelle.

Dans un monde idéal, donc, seuls certains événements dans la vie des boursicoteurs – comme un besoin pressant de liquidité ou, au contraire, de l’argent à placer rapidement) – viendraient faire osciller le cours des titres autour de leur juste prix.

Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal, et le marché n’a aucun don de clairvoyance. Il doit pourtant évaluer à tout instant la “vraie valeur” des entreprises. Se pose donc naturellement la question de l’anticipation des bénéfices futurs, et donc des fondamentaux…

Je vous ai parlé de HRS, valeur “hydrogène” introduite en grande pompe à la Bourse de Paris. Sa valorisation a brièvement dépassé les 750 M€. Elle oscille désormais autour des 500 M€. L’entreprise a perdu en 48 heures près d’un tiers de sa capitalisation boursière. Cette volatilité est normale et saine car elle indique que les intervenants comparent leur vision du futur et les anticipations de gains de l’entreprise.

Le même phénomène est en train de se produire sur les big caps de l’hydrogène. Même s’il ne s’agit pas d’entreprises ayant fait leur IPO il y a quinze jours, des événements de volatilité réguliers sont inévitables et même bienvenus. Les grands noms du secteur ne pouvaient pas éternellement continuer sur leur hausse exponentielle sous peine d’atteindre des valorisations complètement délirantes.

Il est plus intéressant d’acheter les valeurs hydrogène aujourd’hui

Après une phase d’accumulation maniaque en 2020, certains spéculateurs débouclent donc leur position. Le reflux est, actuellement, encore lent et régulier, même si un sell-off n’est pas à exclure. Quelle que soit la dynamique de la correction, une chose est sûre : elle était nécessaire pour faire passer nombre d’actions en territoire abordable.

Il faut donc bien différencier les ventes spéculatives, comme celles qui ont lieu actuellement, des fondamentaux des entreprises observées qui, eux, n’ont pas changé. Bien au contraire, nous assistons en ce début d’année à un newsflow positif qui est de bon augure pour les prochains exercices.

Toutes choses égales par ailleurs, il est donc plus intéressant d’acheter les valeurs hydrogène aujourd’hui qu’au 1er janvier. Et, pour vous convaincre, de la décorrélation actuelle entre évolution boursière et fondamentaux, je reviendrai la semaine prochaine sur le sujet avec un exemple concret…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

1 commentaire

jacques POT 7 mars 2021 - 18 h 18 min

Ma petite entreprise en 1968 a travaillé sur la pile à combustible, les problèmes de fabrication ne sont pas simples !!
Je vais prendre des risques, sur l’hydrogène, je vais investir….

Reply

Laissez un commentaire