Accueil Innovation et vie quotidienne La hausse a 5 ans !

La hausse a 5 ans !

par Cécile Chevré

Cher lecteur,
5 ans. Aujourd’hui, nous fêtons un anniversaire : celui du plus bas atteint par la plupart des marchés actions en mars 2009. Il y a 5 ans donc. Depuis, envers et contre tout — et surtout contre toute logique économique — ils n’en finissent pas de grimper. En mars 2009, le S&P 500 était à 683 points. Vendredi dernier, il a clôturé à 1 878 points, au plus haut, soit 175% de progression.
Et pour le CAC 40 ? Entre le plus bas atteint en mars 2009 à 2 534 points et les 4 406 points de ce matin, l’indice parisien a gagné près de 74%.
Aujourd’hui, dans la Quotidienne, je me pose une question cruciale : la crise existe-t-elle encore ? Car malgré les crises, les mauvaises chiffres, les doutes, les marchés poursuivent leur chemin et la plupart des analystes nous prédisent une nouvelle année de progression.
La crise serait-elle morte et enterrée ? Avons-nous vécu en 2007 la dernière crise financière de notre histoire ? Et si non, d’où viendra la prochaine ?
Voici les questions auxquelles j’essaie de répondre dans quelques instants.
Dans le reste de l’actualité, c’est la bataille sur le terrain de la téléphonie qui fait la une de l’actualité. Bouygues et Numericable cherchent à mettre la main sur SFR et le premier semble avoir remporté une manche décisive hier en proposant de revendre une partie de ses antennes relais (de son réseau mobile) à Free. L’objectif est de rassurer l’Autorité de la Concurrence qui s’inquiétait du retour à un marché de la téléphonie mobile ne comprenant que 3 opérateurs (Bouygues, Free, Orange). Dans le point vidéo de la Bourse au quotidien, Eric Lewin s’intéresse aux conséquences boursières de ces négociations…
Autre information que je n’ai pas pu ne pas noter : la révision à la baisse de sa croissance par le Japon, ce qui ne devrait étonner aucun d’entre vous.
Enfin, du côté des Etats-Unis, les chiffres des créations d’emplois en février se sont avérés un peu meilleurs qu’attendus, à 175 000 contre 163 000. Ne crions pas victoire pour autant car depuis plusieurs mois, ces mêmes créations sont au plus bas, signe d’une économie qui a du mal à se reprendre dans son ensemble. Et puis attendons la révision de ces chiffres — on sait quelles (mauvaises) surprises elles ont entraîné dernièrement.
Bonne lecture et à demain,
Cécile Chevré

Articles similaires

Laissez un commentaire