Accueil Santé et BiotechCannabis médical [Cannabis] Comment tuer un marché en plein essor

[Cannabis] Comment tuer un marché en plein essor

par Ray Blanco
chute marché cannabis

[Nous vivons une époque bizarre… Le cannabis est de plus en plus accepté, un peu partout dans le monde. Le marché est en plein essor mais, parallèlement, à certains endroits, il est en train de s’asphyxier. C’est le cas en Californie qui, pour lui venir en aide, vient de débloquer pas moins de 100 M$ de subventions ! Comme quoi il est tout à fait possible de tuer un marché à fort potentiel. Il suffit juste de l’accabler… de taxes et de réglementations…] 

A l’heure actuelle, le marché du cannabis est confronté à un problème. Et le cas de la sprinteuse Sha’Carri Richardson l’illustre de manière parfaite. Je m’explique. Et, pour ce faire, je vais vous raconter son histoire.

Aux Etats-Unis, en 2019, Sha’Carri Richardson s’est illustrée après avoir battu le record du 100 mètres lors des championnats NCAA d’athlétisme [NDLR : compétition opposant les meilleures équipes universitaires des Etats-Unis]. Elle n’avait que 19 ans. En avril 2021, à 21 ans, elle améliore encore son chrono (de trois centièmes), et devient ainsi la sixième femme la plus rapide du monde.

Sha’Carri Richardson s’est également qualifiée pour les Jeux Olympiques d’été. Mais, c’est là que les choses se gâtent pour elle et sa carrière… Elle n’a jamais pu aller à Tokyo et franchir en beauté la ligne d’arrivée. Elle a tout bonnement été exclue de la compétition. La raison ? Un test positif au THC, la principale substance active du cannabis

Pour la petite histoire, Sha’Carri Richardson a indiqué qu’elle avait consommé du cannabis pour l’aider à gérer le récent décès de sa mère. Face à la détresse de la championne, la fédération d’athlétisme américaine a fait preuve de compassion. Certains membres du Congrès ont même réagi, et rédigé une lettre adressée aux agences anti-dopage (des Etats-Unis et du monde) leur demandant de revenir sur leur décision. Cela n’a pas été suffisant…

Et le président Biden, qui n’est pas un grand réformateur du cannabis, a parfaitement résumé la situation. Les « règles sont les règles » a-t-il déclaré, mais « la question de savoir si elles doivent être maintenues est un autre problème… »

Absolument, Joe. Voilà tout est dit. Nous vivons une époque bizarre… Le cannabis est de plus en plus accepté, chaque jour. Mais, dans le même temps, cette substance demeure illégale dans de nombreux endroits.

La légalisation du cannabis se propage

Tout a commencé à changer au Canada, et les Etats-Unis empruntent désormais la même voie… Bientôt, viendra certainement le tour du Mexique. En effet, les législateurs du pays évoluent lentement vers une réforme de leurs lois sur le cannabis.

Sans lois réglementant le cannabis, il n’y a pas de recettes fiscales

Apparemment, la Cour suprême mexicaine a perdu patience en décrétant – par 8 voix contre 3 – que la prohibition était inconstitutionnelle. A présent, la situation est chaotique, dans la mesure où le Mexique n’a mis en place aucune mesure de réglementation du cannabis légal. Mais, avec une population de plus de 100 millions de personnes, on dirait bien qu’un nouveau marché du cannabis va inévitablement s’ouvrir dans cette région.

Sans lois réglementant le cannabis, il n’y a pas de recettes fiscales non plus.

Alors je suis prêt à parier que les législateurs mexicains vont se dépêcher de mettre en place certaines mesures, même si elles sont simplement provisoires, en attendant l’adoption d’une version finale de la loi sur le cannabis.

Les recettes fiscales sont l’une des raisons expliquant pourquoi les Etats d’Amérique légalisent les uns après les autres le cannabis. Selon l’une des célèbres déclarations de Reagan, ancien président des Etats-Unis :

« La façon dont les Etats considèrent l’économie pourrait se résumer en quelques phrases succinctes : si ça bouge, taxez-le. Si ça continue à bouger, réglementez-le. Si ça s’arrête de bouger, subventionnez-le. »

Et c’est exactement ce qui est en train de se passer en Californie où, apparemment, on a tellement cafouillé avec le cadre réglementaire et fiscal, que l’Etat se tourne désormais vers les subventions !

Je ne plaisante pas.

Tuer un marché en plein essor, l’exemple californien

L’Etat offre 100 M$ de subventions pour soutenir sa filière cannabis. En Californie le secteur est clairement à bout de souffle, ce qui prouve bien que l’on peut réussir à tuer un marché en plein essor en l’accablant de taxes et de réglementations.

Au troisième trimestre 2020, la Californie a récupéré 159 M$ de droits d’accise sur le cannabis, 41 M$ de taxes sur les cultures et 306,7 M$ de taxes sur les ventes. A ce rythme, l’Etat engrange 1,2 Md$ par an. Et ce, sans même compter les autres taxes perçues sur les activités économiques liées au cannabis.

En outre, le paysage réglementaire est un cauchemar, apparemment. Il est très difficile et coûteux d’obtenir une licence permanente dans cet Etat. Des taxes élevées et une forte réglementation signifient entraînent mécaniquement une hausse des prix du cannabis. Ce qui met l’Etat dans l’embarras.

Le cannabis légal est si cher que, même au bout de cinq ans de légalisation, beaucoup de monde continue de s’approvisionner sur le marché noir.

Le cannabis légal est si cher que beaucoup de monde continue de s’approvisionner sur le marché noir

Si l’on facilite la culture du cannabis légal, en Californie, et que l’on baisse son coût, cela pourrait définitivement tuer le marché noir, ce qui veut dire qu’en réduisant la réglementation et en abaissant les taxes, les recettes fiscales générées seraient encore plus élevées que celles que l’Etat perçoit en ce moment…

Or, c’est exactement ce que les économistes proposent pour d’autres taxes, à l’image de la Courbe de Laffer, créée par l’économiste Arthur Laffer, partisan de l’Economie de l’offre. Cette courbe prétend démontrer le taux d’imposition théorique qui génère les recettes les plus élevée. Si le taux augmente au-delà d’un certain point, il génère moins de recettes.

Mais la Californie souhaite subventionner… J’ai une meilleure idée, personnellement : pourquoi ne pas réduire simplement les réglementations et faire baisser les taxes ?

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire