Accueil Santé et BiotechADN & génétique Carnet rose : bienvenue au premier embryon humain-chimpanzé !

Carnet rose : bienvenue au premier embryon humain-chimpanzé !

par Vanessa Popineau
hybride homme animal

On aurait pu penser que les Japonais auraient la primeur de l’initiative… Mais, finalement, non, ils ont été pris de vitesse. Ainsi le premier hybride homme-animal n’est pas nippon mais chinois (ou presque mais je vais y revenir). Un croisement homme-chimpanzé conçu grâce à un savant mélange de cellules souches humaines et d’embryon simiesque.

Un embryon viable

Réalisée en Chine, mais par une équipe de chercheurs occidentaux de l’Université catholique de Murcia (Espagne) et du Salk Institute for Biological Studies (Etats-Unis), c’est le quotidien espagnol El País qui a divulgué l’expérience début août.

Menée par l’Espagnol Juan Carlos Izpisúa Belmonte, l’objectif avancé est le même que celui qui avait motivé le Japon à autoriser ce genre d’hybridations sur son territoire une poignée de jours auparavant : explorer les possibilités de cultiver des organes transplantables à l’homme dans des organismes animaux.

Après avoir essuyé quelques échecs sur des embryons porcins (1 500 tout de même), les chercheurs ont eu plus de succès avec ceux d’un animal génétiquement plus proche de nous, le singe. Eh oui l’homme est un grand singe parmi d’autres. Et ce n’est pas Darwin qui nous dira le contraire… En est donc sorti un embryon tout à fait viable.

Cela étant, après avoir été étudiés sous toutes les coutures deux semaines durant, éthique oblige, les sujets ont été détruits. Donc, si je rapporte cela au développement embryonnaire humain, juste avant que le tube neural ne se développe (la version primitive du système nerveux central).

Pourquoi la Chine ?

Malgré tout, une fois encore, les questions d’ordre déontologique ne manquent pas. Je ne vais pas revenir dessus car ce n’est pas le propos.

En revanche, à ce stade, ma première préoccupation est bien celle-ci : pourquoi cette équipe américano-espagnole s’est-elle exilée en Chine pour mener à bien cette petite expérience de manipulation génétique ? Je pense que la réponse est évidente : probablement pour bénéficier d’un climat plus clément d’un point de vue légal, politique, religieux et j’en passe…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire