Accueil BlockchainBitcoin et cryptomonnaies La Chine livre bataille contre la crypto-criminalité (à sa façon)

La Chine livre bataille contre la crypto-criminalité (à sa façon)

par Ray Blanco
bitcoin cryptomonnaies interdiction chine

[La Chine multiplie les attaques contre le Bitcoin, l’Ethereum et autres cryptomonnaies. Le dernier coup – fatal ? – vient peut-être de leur être porté… Désormais, toutes les activités qui leur sont liées sont considérées comme illégales dans l’empire du Milieu. L’idée ? Juguler la prolifération des activités crypto-criminelles. Mais aussi contrôler l’impact des monnaies virtuelles sur l’écologie. Bien sûr, en Bourse, c’est le bain de sang…]

Nous en avons déjà parlé, la posture adoptée actuellement par la Chine vis-à-vis des cryptomonnaies en général, et du Bitcoin en particulier, est complexe. Et, juste au moment où les informations concernant Evergrande commencent à disparaître de la Une des journaux, l’empire du Milieu fait à nouveau parler de lui…

La Banque populaire de Chine (PBoC) vient de décréter illégales toutes les activités concernant les cryptomonnaies.

CNBC résume la situation ainsi :

« Les services proposant le trading, l’appariement d’ordres, ou des dérivés de monnaies virtuelles, sont formellement interdits, a déclaré la PBoC, et les plateformes d’échanges à l’étranger sont également illégales. »

Ce nouveau tour de vis n’est pas vraiment surprenant. Surtout pour qui garde à l’esprit qu’il ne s’agit pas là du premier affrontement survenant entre la Chine et les cryptomonnaies…

Chine : chronologie d’une crypto-répression

La Chine multiplie les attaques contre le Bitcoin

Pour bien comprendre de quoi il retourne, un petit retour en arrière s’impose. En 2019 déjà, le gouvernement chinois avait décrété illégal le trading de cryptomonnaies. (Pourtant, à l’époque, les échanges sur les plateformes étrangères ont largement continué…)

Début 2020, dans un contexte où les responsables du gouvernement promettaient d’accroître la pression sur ce secteur, d’autres interdictions visant à réglementer les cryptomonnaies sont intervenues.

Au mois de mai, les autorités chinoises ont annoncé aux acheteurs qu’ils n’auraient aucune protection s’ils continuaient à échanger des bitcoins et d’autres monnaies en ligne. Ensuite, en juin, la Chine a demandé aux institutions financières de cesser de faciliter les transactions et a formellement interdit le minage de bitcoins.

Et, à présent, cette dernière décision. Le gouvernement chinois ne semble clairement pas voir d’un très bon œil le fait que les cryptomonnaies puissent s’emparer, sur son territoire, d’un trop grand nombre d’utilisateurs.

Haro sur la crypto-criminalité

Encore une fois, la Chine, et Arthur vous en a déjà parlé ici, cherche à garder le contrôle de son système économico-financier. Ce nouveau tour de vis s’inscrit dans cette optique.

Il émane de régulateurs qui se plaignent que le Bitcoin, l’Ethereum – entre autres cryptomonnaies – perturbent le système financier. En effet, si les partisans des cryptomonnaies font valoir que les monnaies numériques offrent l’anonymat et la flexibilité, pour d’autres, elles favoriseraient le blanchiment d’argent et d’autres activités criminelles.

Et, de ce point de vue, les autorités chinoises craignent qu’elles n’affaiblissent le contrôle qu’exerce le Parti communiste sur le système financier, et qu’elles permettent de dissimuler des activités criminelles. La preuve par l’exemple, en juin dernier, Pékin a procédé à plus d’un millier d’arrestations. Les personnes concernées sont toutes soupçonnées d’avoir eu recours aux cryptomonnaies pour blanchir de l’argent issu d’activités illégales…

Mais, si la Chine s’inquiète des risques de fraudes que les cryptomonnaies peuvent permettre, elle semble également très concernée par leur impact écologique.

Objectif zéro carbone ?

Il y a environ deux ans, le pays représentait les trois quarts de l’électricité utilisée pour le minage de cryptomonnaies, selon l’Indice CBEC (Cambridge Bitcoin Electricity Consumption) qui suit les coûts énergétiques du Bitcoin.

Juste avant la dernière mesure de répression du mois de mai, la consommation d’électricité dédiée au minage, en Chine, était retombée à 46 %. Cela représentait tout de même deux fois le volume des Etats-Unis où elle représente moins de 17 % et qui arrivent en deuxième position.

C’est beaucoup. Et, malgré ce qu’on pourrait croire, Pékin se soucie du climat. Le Parti s’est d’ailleurs engagé à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2060. Et il prend de plus en plus de mesures dans cette direction. L’interdiction de minage en fait partie.

Cela dit, dans NewTech Insider Europe, mon collègue Arthur Toce souligne tout de même que « les acteurs de l’énergie chinois militent pour que la Chine reste une zone de minage des cryptomonnaies. La raison est simple : ils veulent voir comment des sites de minage couplés à des énergies intermittentes peuvent s’équilibrer. » Car, oui, il existe des mineurs à la fibre écologique.

Et donc de poursuivre : « Ces mineurs jouent la carte de l’écologie en utilisant de l’énergie dite ‘perdue’. En effet, avec les énergies intermittentes, il arrive régulièrement qu’une trop grande quantité d’électricité soit produite et non stockée. C’est sur ces sites que ces mineurs s’installent… » Et la région du ‘Nei Mongol’, est très riche en projets éoliens et solaires… Affaire à suivre donc.

Les cryptos accusent le coup

Le Bitcoin et d’autres cryptomonnaies ont sombré

Cela étant dit, en Bourse, les crypto-haussiers n’ont pas du tout apprécié le nouveau tour de vis de Pékin. Et, tout naturellement, le Bitcoin et d’autres cryptomonnaies ont sombré à la suite de cette annonce.

Le Bitcoin a chuté en dessous des 42 000 $. L’Ethereum a même, à un certain moment, rendu jusqu’à 10 % de sa valeur. A présent, la plupart des principales cryptomonnaies semblent se situer aux alentours de leurs plus-bas de septembre…

Il sera donc intéressant maintenant d’observer de quelle manière ces mesures répressives vont encore affecter le marché mondial des cryptomonnaies. Comme toujours, nous ferons tout pour vous tenir au courant…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire