Accueil A la une Chine : l’hyper-croissance est finie

Chine : l’hyper-croissance est finie

par Arthur Toce

Comme je vous l’expliquais hier, après trente ans de croissance débridée, la Chine doit aujourd’hui faire face à de nombreux effets pervers. Alors que les espoirs d’une croissance à deux chiffre s’éclipsent peu à peu, la face cachée de cette croissance apparaît de plus en plus clairement.

Pour autant, si elle se donnait les bons moyens, des axes d’amélioration sont possibles (ou pas). C’est ce que je vous propose de voir aujourd’hui.

Un gap de développement encore important

Vous avez sans doute entendu parler des succès de la Chine face au taux de pauvreté. 700 millions de personnes seraient sorties de la pauvreté en 40 ans. Ces chiffres représentent une victoire éclatante pour l’empire du Milieu et la justification principale de sa légitimité pour le Parti communiste chinois.

Le taux de pauvreté chinois est ainsi passé de 97,5 % en 1978 à 3,1 % en 2017 (derniers chiffres connus). Par comparaison, ce taux est de 16,7 % en France et de 13,5 % aux Etats-Unis… Merveille des chiffres, on découvre donc une Chine moins pauvre que la France ou les Etats-Unis ! Relativisons cependant un peu ce calcul. Il s’agit ici du taux de pauvreté relative, c’est-à-dire calculé en fonction du revenu médian du pays.

La banque mondiale a fixé trois seuils pour estimer la pauvreté dans le monde :

  • vivre avec moins 1,90 $ par jour est défini comme l’extrême pauvreté partout dans le monde ;
  • la pauvreté est définie comme un revenu inférieur à 3,20 $ dans la tranche basse des pays à revenus moyens ;
  • dans la tranche haute des pays à revenus moyens, la barre est fixée à 5,50 $.

C’est bien dans ce dernier groupe qu’il faut classer la Chine. Si l’on se base sur ce mode de calcul, c’est encore 27 % de la population chinoise qui vit sous le seuil de pauvreté. A titre de comparaison, la France est à 0,2% et les Etats-Unis à 2 %.

Pourcentage de la population chinoise avec des revenus inférieurs à 5,5 $ par jour (seuil de pauvreté). Source : Banque mondiale.

Un autre indicateur très important pour juger du développement d’un pays, ce sont les disparités de PIB par habitant entre les différentes régions.

En France, par exemple, un habitant de Mayotte produit environ 13 100 $, contre 69 430 $ pour un Francilien. Il existe plusieurs raisons à ce genre de disparités. Le tissu économique n’est pas le même, etc.

En Chine, c’est pareil, il y a des disparités régionales. Mais, alors qu’on peut noter un delta maximum de 5 entre Mayotte et l’Ile-de-France, et que le rapport est de 1 pour 2 entre le Mississippi (Etat le plus pauvre des Etats-Unis avec 37 994 $ de richesse produite par habitant) et le Connecticut (Etat le plus riche avec 74 500 $ de richesse produite par habitant), la Chine, elle, affiche un delta de 18 entre Gansu (4 735 $) et Macao (82 300 $). Il existe également d’importantes différences entre Chine rurale et Chine côtière – notamment en raison du niveau d’éducation.

Cela vous montre l’écart, encore énorme, que la Chine doit combler. Le pays reste bien loin d’une classe moyenne généralisée, même si des progrès réels ont été faits par le pays.

La Chine n’est plus un pays émergent

Pour juger du niveau de développement d’un pays, d’autres indicateurs existent. C’est le cas notamment du taux de mortalité infantile. En Chine, ce taux est de 0,4 % en zone côtière et 0,9 % en zone rurale. Les enfants ont donc deux fois plus de chances de mourir s’ils naissent à la campagne.

En Chine, le système de soin s’étant tout de même amélioré, l’écart entre le taux de mortalité en zone rurale, qui était deux fois plus élevé qu’en zone côtière, s’est réduit. Mais c’était sans compter avec l’aggravation de la pollution atmosphérique qui fauche un million de Chinois chaque année – soit un manque à gagner annuel de 33 Mds€ !

Mais ce n’est pas tout… Regardez la pyramide des âges ci-dessous :

A cause de la politique de l’enfant unique, la population chinoise est déjà en train de vieillir. Et pas qu’un peu : elle marche à vitesse grand V dans les pas du Japon ou de l’Allemagne ! Et quel est le principal problème d’un pays vieillissant ? La main-d’œuvre a tendance à se réduire. Ce qui est un problème majeur dans une économie de “production”…

En fait, ce que j’essaye de vous faire comprendre, c’est que la Chine n’a plus du tout le même profil que celui qu’elle nous a présenté ces trente dernières années. Enterré est le pays émergent à la croissance insolente. Bienvenue dans une économie développée qui rencontre les mêmes problématiques que nous.

Ce qui est d’ailleurs confirmé par l’indice d’intensité du crédit. Celui-ci mesure le besoin en capital pour la création de croissance. Ce qu’on voit, c’est que, depuis 2008, la Chine a besoin de 2,5 unités de crédit pour créer une unité de PIB. C’est environ deux fois plus que sur la décennie précédente.

On comprend donc que, pour produire de la nouvelle croissance, il faudra plus de capital. Exactement comme chez nous.

 

La Chine à un tournant

Est-ce à dire que les trente plus belles années de la Chine sont derrière elle ? Alors, que lui réservent les trente à venir ? Le pays négocie actuellement son passage d’une économie de production à une économie de consommation de pays développé « classique ». Et cela ne va pas être sans mal.

Pour tout vous dire, voici les deux scénarios qui me semblent les plus probables : soit elle implose sous l’effet de ses tensions internes, soit elle entre dans une longue période de stagnation – au moins jusqu’au prochain cycle…

Il en existe évidemment un troisième qui éclaire d’un jour nouveau ce que représente la technologie, et particulièrement l’IA, aux yeux des Chinois. Si la Chine parvient à devenir le leader technologique qu’elle voudrait et pourrait être, elle pourrait enclencher un nouveau cycle de croissance, quitte à devenir la société orwellienne à laquelle elle ressemble de plus en plus.

La Chine est à une nouvelle étape. Les standards y sont plus hauts et, globalement, la marche est plus haute ! L’avenir nous dira si elle parviendra à passer cette marche et repartira pour un cycle de croissance insolente ou si, comme moi quand je rentre du bar, elle finira par se prendre les pieds dans le tapis.

 

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire