Accueil A la une Chine vs Etats-Unis : qui gagne la course technologique ?

Chine vs Etats-Unis : qui gagne la course technologique ?

par Ray Blanco
Guerre technologique chine usa

Dans la guerre économique que se livrent les Etats-Unis et la Chine, le front commercial bénéficie de la plus grosse couverture médiatique. Mais au fond c’est dans le domaine technologique que se livre la bataille la plus impitoyable.

Washington cherche à maintenir son avance sur Pékin. Pékin cherche à détrôner Washington. Qui gagnera ? Cela reste encore à voir. Mais, cette concurrence technologique acharnée contribue à booster la croissance dans de nombreux domaines de pointe. Un coup d’accélérateur tel que nous n’en avions pas vu depuis… la Guerre froide.

Informatique quantique : la Chine devance les Etats-Unis

Je viens de le dire, la Chine veut rattraper les Etats-Unis sur les technologies existantes… Mais, surtout, elle veut dépasser les Etats-Unis dans les prochains domaines technologiques de pointe. Cela inclut les ordinateurs quantiques.

Une technologie éminemment stratégique tant ses applications futures seront nombreuses. D’abord, elle rendra obsolètes tous les cryptages existants. Ensuite, capable de modéliser des molécules avec une précision extrême, elle pourrait permettre de nouvelles découvertes – qu’il s’agisse de nouveaux matériaux pour l’industrie ou de nouveaux traitements médicaux, entre autres.

De fait, la Chine investit massivement dans ce domaine. En octobre 2017, le pays a donc annoncé qu’il souhaitait investir 10 Mds$ pour créer un nouveau centre de recherches quantiques en 2020 à Hefei, dans la province d’Anhui. Les entreprises chinoises investissent aussi dans la recherche : Alibaba investira 15 Mds$ dans l’informatique quantique et l’intelligence artificielle sur la même période.

La Chine a fait des progrès spectaculaires dans ce domaine, et a créé un ordinateur quantique “capable de faire de l’ombre à tous les autres”. Plus récemment, le pays a réussi à établir des communications sécurisées par l’informatique quantique à longue distance à l’aide de son satellite Micius, ce qui pourrait permettre d’établir des communications impossibles à pirater.

Pour autant, en janvier, j’ai pu voir une maquette du Q System One d’IBM, que l’entreprise appelle “le premier système d’informatique quantique universel pleinement intégré, conçu pour une utilisation commerciale et scientifique”. L’entreprise a produit plusieurs ordinateurs quantiques, certains sont disponibles aux partenaires par le biais d’applications sur le cloud, d’autres sont destinés à la recherche. La puissance des ordinateurs d’IBM a doublé chaque année depuis 2017 et elle a annoncé avoir atteint un volume quantique de 16.

Mais, du côté chinois, la recherche s’accélère et les brevets liés à l’informatique quantique s’accumulent.

Chine informatique quantique

Une course au coude à coude dans le domaine des superordinateurs

En novembre dernier, et pour la première fois depuis 2012, les Etats-Unis ont repris la tête du TOP 500 des superordinateurs, avec Summit, devenu numéro un dans le monde – la Chine étant passée devant au cours des dernières années avec des machines telles que Sunway TaihuLight et Tianhe-2.

Mais, même ainsi, la liste contient 206 machines chinoises, contre 124 américaines seulement – le pire score obtenu par les Etats-Unis depuis la création de cette liste il y a 25 ans…

top500 quantique

Part des différents pays dans le top 500 des superordinateurs

Intelligence artificielle : “quiconque deviendra leader dans ce domaine gouvernera le monde”

Pendant que les Etats-Unis et la Chine s’écharpent pour savoir qui gouvernera le monde, cherchant chacun à se positionner en futur leader sur ces technologies émergentes, un nouveau front est en train de s’ouvrir dans la guerre technologique…

Autre terrain technologique d’importance pour la Chine : l’intelligence artificielle. Le président chinois, Xi Jinping, s’est fixé l’objectif de 150 Mds$ d’investissements pour faire de son pays le numéro un mondial en matière d’IA d’ici 2030. Malgré leur avance, les Etats-Unis accusent un léger retard. Particulièrement en matière d’investissements : en 2017, 48 % des fonds pour les startups de l’IA ont été investis en Chine, contre seulement 38 % aux États-Unis.

Mais rien n’est encore joué. Pour l’heure, le berceau de la Silicon Valley est toujours leader en matière d’IA. Préserver cette avance est aujourd’hui une priorité. En février dernier, le président Trump a en effet signé un décret présidentiel faisant de la recherche sur l’IA une priorité, la “American IA Initiative”. Selon ce décret, “un leadership durable dans le domaine de l’IA est d’une importance cruciale pour préserver la sécurité économique et nationale des Etats-Unis et pour influencer l’évolution mondiale de l’IA en cohérence avec les valeurs, les politiques et les priorités de notre pays.”

Donald Trump et Xi Jinping ne sont d’ailleurs pas les seuls leaders mondiaux à avoir saisi l’importance de ce nouveau domaine technologique. Le président russe, Vladimir Poutine, a également dit que “quiconque deviendra leader dans ce domaine gouvernera le monde.”

Pendant que les Etats-Unis et la Chine s’écharpent pour savoir qui gouvernera le monde, cherchant chacun à se positionner en futur leader sur ces technologies émergentes, un nouveau front est en train de s’ouvrir dans la guerre technologique… Ce dernier mérite que l’on s’y attarde. C’est pourquoi, je vous propose de le traiter prochainement dans un article à part.

 

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire