Accueil A la une Comment exploiter le véritable fonctionnement de Wall-Street

Comment exploiter le véritable fonctionnement de Wall-Street

par Ray Blanco
wall street

C’est le grand secret que beaucoup de monde ne veut pas que vous connaissiez. Mais je vais vous le révéler. L’analyse d’entreprises cotées fait partie des services que Wall Street fournit à ses clients.

C’est le grand secret que beaucoup de monde ne veut pas que vous connaissiez.

Ces analyses ne sont pas gratuites. Les firmes de Wall Street gagnent de l’argent lorsque leurs clients suivent leurs conseils. Elles pratiquent un système de commissions indirectes appelé “soft dollars”.

Cela signifie que si un client veut acheter pour 10 M$ d’une action recommandée à l’achat, la firme est payée au pourcentage. Ce pourcentage peut varier, mais pour simplifier les choses, imaginez que cette commission soit de 5 %. La société exécute l’ordre du client et empoche 500 000 $. Tout va bien.

A présent, prenons une société technologique innovante. Imaginez qu’un client veuille investir dans une société bien plus petite que celles que recommande cette firme de Wall Street. Un trade de 1 M$ serait énorme pour une micro cap. Mais la commission serait infime, comparée à ce trade. Et selon le système décrit ci-dessus, la commission de 5 % ne rapporterait que 50 000 $.

Alors comme vous pouvez le constater, Wall Street préfère recommander l’achat de grandes sociétés car la commission est bien plus élevée.

Cela nous offre l’opportunité d’exploiter cette absence d’information. De grandes sociétés telles que Coca-Cola peuvent être couvertes en permanence par au moins douze analystes. Le métier à plein temps de ces analystes consiste à analyser la moindre petite chose concernant Coca-Cola.

A votre avis, l’investisseur particulier peut-il avoir une chance de savoir quelque chose que ces analystes à plein temps ignorent ? Peut-être. Mais c’est peu probable.

Exploiter l’angle mort de Wall Street

Les petites valeurs technologiques n’ont pas cette couverture. Au contraire. Il est rare que quelqu’un en parle. Et voilà pourquoi elles représentent une excellente niche sur laquelle investir.

Il existe une autre raison pour laquelle vous entendez rarement parler de ces entreprises : elles ont tendance à défier les idées répandues à Wall Street.

Dans la tour d’ivoire de l’establishment règne une théorie communément acceptée. Je dirais que cette théorie défie le bon sens, mais que beaucoup de monde s’y accroche. C’est que l’on appelle la théorie de l’efficience des marchés.

Et selon cette théorie, le cours actuel d’une action reflète toutes les informations disponibles. Selon elle aussi, un investisseur ne peut en aucun cas profiter seul du fait qu’il connaît mieux l’entreprise que le marché dans son ensemble.

Je pense que c’est faux. Tout comme le pensent certains investisseurs célèbres dont vous avez certainement entendu parler, et notamment Warren Buffett. Buffett et beaucoup d’autres pensent que les marchés sont inefficients – à savoir qu’il existe des dissociations entre le cours que vous observez et la valeur réelle de la société.

Investir dans les petites valeurs technologiques

Les plus petites valeurs technologiques vous offrent le plus de chances de réaliser d’énormes gains.

Généralement, ce sont les plus petites valeurs technologiques qui vous offrent le plus de chances de réaliser d’énormes gains, mais uniquement si vous savez où regarder et à quel moment agir…

Mais, si leur profil laisse entrevoir à l’investisseur d’incroyables opportunités de gains – de celles susceptibles de bouleverser votre existence –, encore faut-il avoir un peu de méthode.

Investir est une activité risquée… et les valeurs technologiques innovantes font peut-être partie des actions les plus risquées de la cote.

Dans ce secteur, vous devez garder à l’esprit ces trois caractéristiques clés :

  1. le cours d’une petite valeur innovante peut-être parfois très bas. Je vous parle ici d’un cours inférieur à 10 $. Certaines actions sont encore moins chères ;
  2. ces sociétés peuvent avoir un volume de transactions limité. Cela veut dire que le nombre d’actions échangées chaque jour peut être assez faible. Par conséquent, il peut arriver que des ordres ne soient pas toujours traités au cours envisagé…
  3. ces actions peuvent être volatiles. Je parle des mouvements journaliers. Une bonne nouvelle concernant une société peut faire grimper son cours de plus de 10 %. Ou bien quelqu’un peut passer un ordre volumineux, et provoquer la même chose. L’inverse est également vrai. Les nouvelles négatives, ou de volumineux ordres de vente, peuvent faire baisser le prix.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire