Accueil IA et robotique Comment Tesla va devenir un acteur de l’assurance auto

Comment Tesla va devenir un acteur de l’assurance auto

par Edern Rio
Tesla assurance auto

[Tesla se lance dans l’assurance automobile. Mais pas n’importe laquelle : une assurance gavée de datas. Bien évidemment, Intelligence Artificielle oblige, les données de conduite ont la part belle. Elles permettent de personnaliser le coût de la prestation, et même de l’ajuster en temps réel ! C’est là que Tesla tire vraiment son épingle du jeu. Résultat : son offre est particulièrement compétitive. C’est même la moins chère du marché, au Texas où elle est disponible. De quoi inquiéter bien des concurrents et peut-être, à terme, devenir le Google de l’automobile…]

Tesla se lance dans l’assurance automobile

Lors des derniers résultats trimestriels de Tesla, Elon Musk a déclaré que l’entreprise cherchait à devenir « un acteur majeur de l’assurance », précisant que cette activité pourrait un jour représenter 30 % à 40 % des revenus du constructeur automobile !

On retrouve bien là la pensée en biais de la Silicon Valley et sa capacité à détecter les marchés annexes de son innovation. En vérité, Tesla propose des contrats d’assurance depuis 2019, mais le service que l’entreprise vient de lancer au Texas est probablement ce qui va le plus loin dans le domaine de l’assurance comportementale en temps réel.

Une assurance auto gavée de données en temps réel

Sur sa page de présentation, Tesla annonce : « Nous pensons que le coût de votre assurance doit être basé sur la manière dont vous conduisez, pas sur la personne que vous êtes ». Il n’y aura donc pas de questions classiques comme votre âge ou votre sexe pour déterminer le prix de l’assurance.

Tout se base sur votre « safety score », déterminé en fonction de 5 critères principaux, calculé en temps réel à partir des capteurs de la Tesla :

  • les alertes de collision enregistrées par le véhicule ;
  • les freinages brusques ;
  • les virages « agressifs » ;
  • le respect des distances de sécurité ;
  • et, enfin, le débrayage forcé de l’Autopilot qui a lieu quand un conducteur n’est pas assez attentif en conduite semi-autonome.

On ne peut pas reprocher à Tesla de manquer de transparence. Tout est expliqué en détail sur cette page. Initialement, Tesla vous attribue un score de 90 et les variations de votre safety score détermineront mensuellement le coût de votre prime d’assurance auto. safety score assurance tesla

Voici un exemple rapporté par le site automobile-propre. On observe qu’une variation de quelques points, dans un sens comme dans l’autre, fait fortement varier le coût. En atteignant un score de 92, on économise 8 % du prix. En revanche, en descendant à 88, l’assurance coûte 7 % de plus.

Mais, si jamais l’automobiliste prudent atteint le score de 98, c’est une réduction de 31 % à laquelle il aura droit.

En captant en permanence les données de conduite, l’assurance de Tesla parvient à faire baisser les coûts de l’assurance pour les conducteurs.

L’assureur gavé de données a pu modéliser une IA, c’est-à-dire un modèle statistique avancé, qui peut calculer aisément les risques d’accident et ainsi déterminer le coût de votre assurance en temps réel. Le résultat : l’assurance de Tesla au Texas est particulièrement compétitive.

prix assurance auto tesla

Au Texas, l’assurance Tesla est la moins chère
Source :
https://www.valuepenguin.com/tesla-car-insurance

L’innovation redistribue toutes les cartes

Cela fait bien longtemps que Tesla n’est plus une valeur véhicule électrique. Ce qui justifie sa croissance en Bourse, c’est sa dimension véhicule autonome et IA.

A l’origine, Elon Musk voulait juste fabriquer des véhicules électriques haut de gamme, puis Tesla s’est lancée dans la conduite autonome. Et, aujourd’hui, il apparaît de plus en plus clair que Tesla pourrait devenir le Google de l’automobile.

Tesla pourrait devenir le Google de l’automobile

L’autonomie repose sur la collecte des données et leur traitement informatique. Tous ses véhicules sont donc d’immenses aspirateurs qui remontent en permanence de l’information à la maison-mère. Il faut bien se rendre compte que Tesla est le seul acteur automobile à disposer d’une importante flotte qui testent en conditions réelles la conduite autonome.

Cela permet aux développeurs d’améliorer l’IA de conduite autonome en permanence, mais a également d’autres usages… comme l’assurance. D’autant qu’il est bien plus simple de déterminer les risques d’accident que de faire rouler un véhicule en complète autonomie.

C’est un cycle classique de l’innovation : on cherche à faire quelque chose, souvent à résoudre un problème. Cette réussite initiale modifie l’existant et crée de nouveaux usages et avantages compétitifs.

Si on prend le cas de Google, par exemple. Ses deux fondateurs inventent en 1998 une nouvelle manière de chercher de l’information dans le grand Capharnaüm de l’Internet. Auparavant, il fallait se baser sur des annuaires et il était difficile de trouver l’information. En inventant le moteur de recherche, Google a totalement transformé notre rapport au web, qui nous apporte désormais des réponses à n’importe quelle question en un clic. Il est devenu de facto la porte d’entrée sur le web pour plus de 90 % des internautes. Pour autant Google ne gagnait pas d’argent avec cette invention révolutionnaire, mais ce service gratuit qu’il nous rend lui a permis de devenir la première régie publicitaire mondiale.

La même chose est en train de se passer avec Tesla.

application suivi safety score tesla

Le suivi de votre safety score se fait en temps réel. Au terme de chaque déplacement,
vous recevez une alerte qui vous informe du score que vous avez obtenu
Source : Tesla

Son travail pour parvenir à rendre ses véhicules autonomes lui permet de lancer aujourd’hui une offre d’assurance basée sur vos données de conduite captées en temps réel et sans intervention humaine (ou presque).

Cette assurance n’est aujourd’hui disponible que pour les conducteurs texans de Tesla, mais il ne fait aucun doute qu’il sera facile de la faire grandir au monde entier. Si les consommateurs se montrent désireux d’y souscrire ET que les Etats l’autorisent.

Cette nouvelle doit inquiéter bien des assureurs auto

Du côté des consommateurs, cela ne devrait pas poser de problèmes puisque le choix de l’assurance se fait sur un équilibrage prix/couverture. Et du côté de l’assureur, c’est un pur métier de la finance. (C’est un principe qui est déjà appliqué dans de nombreux autres secteurs, comme celui du prêt, où l’on calcule à la volée votre risque de défaut.)

A la fin, tout le monde est gagnant, l’assurance est la même pour un prix moindre. L’entreprise prend moins de risques et les bons conducteurs sont récompensés.

Cette nouvelle doit inquiéter bien des assureurs auto. Cette idée avait déjà germé dans l’esprit des assureurs classiques, mais aucun en France n’a vraiment réussi à déployer la solution. Souvent, les acteurs traditionnels n’ont pas la culture nécessaire pour déployer ce genre d’innovations de rupture, que ce soit en raison de blocage interne, de manque de compétence ou de vision du management. Voilà pourquoi Tesla a su faire mouche.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire