Accueil BlockchainBitcoin et cryptomonnaies Crypto-yuan : Shenzhen offre 1,26 M€ à ses habitants

Crypto-yuan : Shenzhen offre 1,26 M€ à ses habitants

par Etienne Henri
crypto-yuan chine

Le crypto-yuan, qui sera certainement la première crypto-monnaie d’Etat à être massivement utilisée, s’approche un peu plus de sa démocratisation.

Pékin entend démocratiser l’usage du crypto-yuan

Après les premiers tests qui ont eu lieu cette année à Shenzhen, Xiong’an, Chengdu et Suzhou, les pouvoirs publics profitent de la fin d’année pour faire monter en puissance le dispositif.

Le week-end dernier, la ville de Shenzhen (dont l’agglomération possède tout de même plus d’habitants que l’Ile-de-France) a d’organisé un événement un peu particulier : une distribution gratuite d’argent numérique.

Sous la forme d’une tombola, pas moins de 10 millions de crypto-yuans (1,26 M€) ont été distribués aux heureux gagnants. Ces derniers peuvent les utiliser dans plus de 3 300 magasins de la ville pour leurs achats du quotidien.

Seule obligation : s’inscrire au programme et se créer un portefeuille numérique de cryptomonnaies. Cette opération marque la volonté de Pékin de démocratiser l’usage du crypto-yuan dans les villes les plus technophiles du pays – et préfigure de ce qui attend les citoyens des pays occidentaux.

La carotte avant le bâton ?

La distribution d’argent organisée par la ville de Shenzhen ne doit pas être vue sous le seul prisme de la générosité étatique.

En matière de commerce comme de politique, la gratuité est toujours de façade. Dans le cas de cette loterie, l’objectif affiché est double.

Une stratégie qui rappelle celle suivie par PayPal à ses débuts

Il s’agit tout d’abord, alors que la ville de Shenzhen a subi de plein fouet le ralentissement du commerce international du fait de l’épidémie de COVID-19, de relancer la consommation locale pour éviter la récession. Dans un second temps, l’objectif est d’obtenir l’inscription au programme de crypto-yuan de 50 000 citoyens qui joueront le rôle de précurseurs et permettront le développement de la cryptomonnaie.

Cette stratégie de distribution d’une “carotte monétaire” n’est pas sans rappeler celle suivie par PayPal (NASDAQ : PYPL) à ses débuts. Afin de s’assurer de disposer d’une masse critique d’utilisateurs, la firme de Peter Thiel avait offert lors de sa création 10 $ à chaque nouvel utilisateur. Payer directement un utilisateur pour utiliser un produit peut sembler suicidaire, mais c’est cette stratégie audacieuse qui a permis à la plateforme de paiement en ligne de connaître le succès et de dominer, en quelques années seulement, les paiements sur Internet.

En procédant à la distribution gratuite d’argent, les pouvoirs publics s’assurent d’obtenir un socle d’utilisateurs bienveillants. Qui dirait non à un chèque cadeau de 25 € offert sans contrepartie ?

En demandant à plus de 3 300 commerces d’accepter ces crypto-yuans fraîchement émis, la ville de Shenzhen s’assure également que la monnaie virtuelle pourra facilement être utilisée pour obtenir des biens et des services tangibles. Pas question que le crypto-yuan connaisse le même sort que les monnaies locales françaises dont l’usage reste cantonné aux achats anecdotiques. Il faut que cette nouvelle monnaie s’intègre dans les actes commerciaux du quotidien.

Pour rendre ces crypto-yuans désirables aux yeux des petits comme des grands, des distributeurs automatiques ont également été modifiés pour accepter le paiement en monnaie numérique : une manière de pousser les parents à l’achat tout en habituant les jeunes générations aux paiements dématérialisés.

séduire avec les cryptos

Faire plaisir à un enfant : une belle occasion de se mettre aux cryptomonnaies. Crédit: Shutterstock

Cette stratégie de séduction, si indolore qu’elle soit pour les citoyens, n’en reste pas moins un cheval de Troie dont le but est de déployer le plus rapidement possible l’usage de la cryptomonnaie d’Etat. Il ne fait aucun doute que, si les citoyens ne répondaient pas présents, l’usage pourrait dans un second temps être imposé.

C’est exactement ce phénomène qui a eu lieu en France avec l’obligation d’utiliser les moyens de paiements numériques pour les dépenses quotidiennes (achats de plus de 1 000 €, paiement des salaires, des impôts, etc.). Il n’y a aucune raison que les crypto-monnaies ne puissent pas, elles aussi, voir leur usage imposé par les pouvoirs publics.

Les cryptomonnaies d’Etat : un anti-Bitcoin par excellence 

Les cryptomonnaies étatiques n’ont, malgré leur nom, rien à voir avec le Bitcoin. Alors que ce dernier est né d’une idéologie libérale qui prône l’usage d’une monnaie décentralisée et non soumise au bon vouloir des dirigeants, ses équivalents officiels n’ont pas ces avantages.

Malgré l’utilisation de la technologie blockchain pour stocker les données, ils ne sont ni décentralisés (les pouvoirs publics conservant généralement la main sur la base de données), ni anonymes (pour lutter contre la corruption/le blanchiment d’agent/le terrorisme, ou toute autre belle raison).

Que l’on parle du crypto-yuan actuel ou du futur crypto-dollar auquel la Fed s’intéresse de plus en plus, ces devises restent dépendantes des pouvoirs centraux.

Les cryptomonnaies étatiques n’ont rien à voir avec le Bitcoin

S’ils tenteront, dans un premier temps, d’inciter les citoyens à abandonner les monnaies-papier au profit des crypto-devises, ils ne manqueront pas si besoin de leur forcer la main et de rendre leur usage sinon obligatoire, du moins incontournable.

Quelle mouche a piqué les Etats pour qu’ils deviennent, du jour au lendemain, les plus fervents adeptes des cryptomonnaies qu’ils combattaient avec véhémence jusqu’ici ?

Est-il possible, pour l’investisseur particulier, de profiter de cette révolution monétaire annoncée ? C’est ce que je vous propose de voir juste ici.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire