Accueil BlockchainBitcoin et cryptomonnaies Cryptos face à la crise ukrainienne, nouvelle planche de salut économique ?

Cryptos face à la crise ukrainienne, nouvelle planche de salut économique ?

par Ray Blanco
cryptos russie ukraine

[Le conflit russo-ukrainien est particulièrement complexe. Et le théâtre des opérations militaires n’est bien sûr pas que terrestre. L’offensive russe n’impacte pas que l’Ukraine et les fronts « chauds » sont multiples. Depuis que les sanctions économiques pleuvent sur la Russie, les cryptomonnaies sont au centre de toutes les attentions. Elles sont plus stratégiques que jamais (et pas que le Bitcoin)… Les cryptos sont-elles devenues le nouveau nerf de la guerre ? Etat des lieux.]

En 2021, le Bitcoin et les autres cryptomonnaies se sont comportés comme des actifs on ne peut plus classiques.

Leurs cours fluctuaient en corrélation avec des indices comme le S&P 500 ou le Nasdaq. Et ce, tant et si bien que beaucoup d’analystes se sont mis à considérer les cryptomonnaies comme des actions technologiques à risque.

Le marché des acheteurs de cryptos commence à changer

Jusqu’à aujourd’hui…

Alors que le marché est toujours orienté à la baisse et que la volatilité est très forte avec un coup en avant, un coup en arrière, les cryptomonnaies, elles, s’inscrivent dans une tout autre tendance.

Revenons, par exemple, sur ce qu’il s’est passé le 1er mars dernier :

  • le Bitcoin est allé chercher les 44 700 $, soit une hausse de plus de 15 % en une semaine ;
  • l’Ethereum, également en plein bull run, a brièvement dépassé les 3 000 $, soit une hausse de 10 % dans la semaine.

En parallèle, le Nasdaq est resté plat, avec des journées de hausse et de baisse. Voilà pourquoi nos experts parlent désormais de découplage. Bien sûr, tout ce ceci se joue sur du court terme. Néanmoins, cela nous indique tout de même que le marché des acheteurs de bitcoins commence à changer.

Les cryptos au cœur de la crise ukrainienne

Le facteur évident à pointer du doigt ici est la crise en Ukraine et surtout les sanctions économiques à l’encontre des Russes. Et ce, même s’il est encore difficile de déterminer à l’heure actuelle quelles seront les implications à long terme pour les marchés cryptos.

Anonymous a publiquement déclaré la cyberguerre à la Russie

Sans rentrer dans des considérations trop géopolitiques, gardons bien en tête que le conflit russo-ukrainien est particulièrement complexe. Et le théâtre des opérations militaires n’est bien évidemment pas que terrestre. L’offensive russe n’impacte pas que l’Ukraine et les fronts « chauds » sont multiples.

Sur Internet, par exemple, les cyberattaques font rage. Le collectif Anonymous a d’ailleurs publiquement déclaré la cyberguerre à la Russie. Joignant rapidement le geste à la parole, certaines chaînes de télévision russes ont été piratées.

Les cryptomonnaies sont également au centre de toutes les attentions. N’oublions pas qu’elles ont fait partie des premiers actifs à avoir été affectés lors des premières tensions. Et ce, avant même qu’il soit question d’invasion. Depuis, les sanctions économiques pleuvent sur la Russie. Et c’est précisément ce qui rend les cryptos plus stratégiques que jamais.

Swift : une simple messagerie interbancaire ?

Sept banques russes, par exemple, n’ont plus accès au système de paiement international Swift. Qu’est-ce que le système Swift, exactement ? Pour faire simple, je vais reprendre la définition de mon collègue James Altucher qui le compare volontiers à Twitter :

« Swift, qui signifie Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, offre des services de messagerie sécurisée à plus de 11 000 banques dans plus de 200 pays. Swift ne réalise pas les paiements : le système envoie simplement des ordres de paiement qui doivent être réglés par les comptes correspondants (au sein des banques participantes). Transposé aux réseaux sociaux, Swift est une sorte de Twitter, mais réservé aux banques. Des messages sécurisés sont envoyés et réceptionnés, et il n’y a pas grand-chose de plus. »

Sortir la Russie de Swift est loin d’être une sanction anodine

Une simple « messagerie » certes mais qui peut tout de même affecter l’économie russe de bien des manières. Sortir la Russie de Swift est loin d’être une sanction anodine. Les conséquences peuvent être graves, comme cela a déjà été le cas pour l’Iran en 2012. Et James de rajouter : « Les banques [russes] vont devoir opérer hors connexion, et dans le noir. Ne plus avoir le droit de se servir d’un système financier tel que Swift s’apparente à une grenade économique qui vous explose dans les mains. Même si vous survivez, vous subissez des dommages graves et durables. »

Ces sanctions vont-elles pénaliser la Russie ? Bien entendu. Voilà pourquoi on constate, actuellement, une ruée russe sur les cryptomonnaies. Et c’est ce qui explique, en partie, pourquoi certaines d’entre elles sont en hausse alors que les marchés, eux, piquent du nez.

Ruée sur les cryptos !

On le sait, depuis l’officialisation des sanctions financières, le rouble (la monnaie russe) est en chute libre. Parallèlement, les achats de devises alternatives (en rouble donc), eux, sont en très forte hausse.

Que certains y voient une manière, pour la Russie, de contourner les sanctions occidentales à son égard, qu’il s’agisse d’un nouveau refuge pour oligarques ou, plus prosaïquement, un moyen pour le peuple russe de protéger ce qui lui reste de bas de laine face à la chute vertigineuse de son pouvoir d’achat, les faits sont là. Certaines monnaies décentralisées battent des records.

Les cryptomonnaies sont-elles devenues le nouveau nerf de la guerre ?

Pour l’heure aucune disposition occidentale n’a encore été prise, mais cela ne saurait tarder. Tous les regards convergent sur le phénomène et Bruno Le Maire de déclarer : « Nous prenons des mesures, notamment sur les cryptomonnaies et les crypto-actifs, qui ne doivent pas être utilisés pour contourner les sanctions financières décidées par les 27 pays de l’UE. »

Dans l’intervalle, la Russie, qui planchait sur un rouble numérique – annonçant de premiers essais concluants mi-février –, cherchera certainement à accélérer le projet. Et ce ne serait-ce que pour sauvegarder un semblant de souveraineté monétaire dans le contexte d’isolement économique que nous connaissons. Alors ? Les cryptomonnaies sont-elles devenues le nouveau nerf de la guerre ? Nous suivons tout cela de près, et nous ne manquerons pas de vous tenir informé.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

1 commentaire

Lionel 5 mars 2022 - 18 h 46 min

Analyse très intéressante.

Reply

Laissez un commentaire

×

Powered by WhatsApp Chat

× Comment puis-je vous aidez ?