Accueil Investir IPO d’Exclusive Networks : une occasion à ne pas manquer

IPO d’Exclusive Networks : une occasion à ne pas manquer

par Etienne Henri
Cybersécurité IPO Exclusive Networks

[Vous cherchez des valeurs de croissance ? Vous souhaitez investir dans la cybersécurité ? Cela tombe bien, la multiplication des cyberattaques (malheureusement) booste le secteur comme jamais. Si c’est une bonne nouvelle pour l’investisseur particulier qui souhaite y exposer son portefeuille, il reste un tout petit détail à régler : ces valeurs se font rares sur la place parisienne (Euronext)… A part Wallix, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Heureusement, cela pourrait bien changer avec l’IPO d’Exclusive Networks… Une vraie pépite du genre !]

Exclusive Networks préparerait une levée de fonds de plus de 260 M€

La cybersécurité est un secteur dont la croissance ne se dément (malheureusement) pas. Pourtant, force est de le reconnaître, il n’est pas dignement représenté sur la place parisienne… De fait, à défaut de pure players dignes de ce nom, la plupart des investisseurs doivent se contenter d’investir dans des blue chips dont la sécurité informatique ne représente qu’une petite part de l’activité. Côté PME, il y a bien Wallix… Mais, malgré une valorisation stratosphérique (plus de 8 ans de CA) le dossier est bien trop sulfureux. Pour rappel, l’entreprise perd de l’argent année après année…

Mais les choses pourraient bien changer avec l’arrivée sur Euronext d’Exclusive Networks. Selon un document préliminaire déposé à l’AMF, le spécialiste mondial de la cybersécurité préparerait une levée de fonds de plus de 260 M€. Un dossier d’une telle ampleur pourrait répondre à la demande pressante des investisseurs parfois frustrés de ne pas pouvoir être exposés de façon efficace à cette thématique.

La qualité de l’entreprise et ses perspectives favorables feront certainement le reste. Et, si l’opération se concrétise, elle pourrait être l’une des IPO (introduction en Bourse) les plus brûlantes de cette fin d’année.

Exclusive Networks, une pépite méconnue

Exclusive Networks est un spécialiste mondial des technologies innovantes en matière de cybersécurité. Il joue le rôle de distributeur de technologies de sécurisation de réseaux informatiques, permettant aux concepteurs de systèmes de protection de les diffuser aux intégrateurs de systèmes qui les offrent – par la suite – aux industriels.

Du fait de la complexité de son modèle d’affaires, Exclusive Networks ne fait pas la Une des publications économiques… mais l’entreprise fait partie des petites mains de l’ombre qui jouent, dans l’indifférence médiatique, un rôle pourtant crucial dans le secteur de la cybersécurité.

Son activité est en croissance continue, et d’une ampleur qui détonne avec la discrétion de l’entreprise. En 2020, Exclusive Networks a eu un chiffre d’affaires de 2,9 Mds€, alors qu’elle avait franchi les 2 Mds€ en 2018. Soit une augmentation de +45 % sur deux ans. L’EBITDA s’est monté à 95 M€ (contre 81 M€ en 2019, soit +17 % sur un an), et le résultat net globalement à l’équilibre (30 M€ en 2018, -16 M€ en 2019,
3 M€ en 2020).

Avec la multiplication des cyberattaques, et la nécessaire amélioration de la sécurité des systèmes informatiques, l’activité d’Exclusive Networks devrait encore croître fortement dans les prochaines années.

Une problématique de plus en plus cruciale

Début septembre a eu lieu à Lille le Forum international de la cybersécurité (FIC). Cette grand-messe a été l’occasion de faire le point sur l’état de cette nouvelle « industrie du crime » qu’est la cybercriminalité et de voir les pouvoirs publics préciser leur stratégie face à ce fléau.

La cybercriminalité continue son industrialisation

Le premier constat est que la cybercriminalité a continué son industrialisation. Si les pirates ont toujours su s’appuyer sur des connaissances technologiques hors du commun, ils innovent désormais sur la partie commerciale de leur activité.

Ces derniers mois, nous avons vu fleurir les attaques identiques, s’appuyant sur les mêmes logiciels malveillants, lesquels sont plus faciles à acheter que jamais sur le darknet. Le logiciel REvil, par exemple, a été utilisé plusieurs fois cette année. Le fabricant d’ordinateurs Acer, le fournisseur d’Apple, Quanta Computer, pas moins de quatre filiales asiatiques d’Axa, Kaseya et sans doute de nombreux inconnus furent victimes de ce rançongiciel particulièrement efficace.

Comme les grands éditeurs logiciels, les pirates offrent désormais leurs outils sous forme de SaaS (Software as a Service), ce qui permet aux commanditaires de commander des attaques comme des prestations, avec un coût connu à l’avance et un retour sur investissement prévisible.

Face à cette industrialisation de l’offre, qui risque fort de faire naître de nouvelles vocations et de pousser de plus en plus d’acteurs, étatiques comme industriels, à commanditer des attaques, les gouvernements prennent désormais les choses en main. Le secrétaire d’Etat au numérique Cédric O a donc annoncé un nouveau plan de financement pour aider à l’innovation dans le secteur, faciliter la collaboration des professionnels de la cybersécurité, et faire naître de nouvelles licornes françaises.

A la clé : un potentiel triplement du chiffre d’affaires des entreprises françaises de la cybersécurité et un doublement de leurs effectifs.

Un marché en ébullition

Le timing du projet d’IPO ne doit rien au hasard. Au printemps, Darktrace rejoignait outre-Manche le London Stock Exchange. La firme anglaise de cybersécurité a connu un parcours boursier des plus alléchants : depuis le début de sa cotation en avril, le cours de l’action a augmenté de +173 %.

darktrace graphe bourse

L’engouement pour Darktrace, au Royaume-Uni, est de bon augure pour Exclusive Networks
Infographie : Investing.com

Au début de l’été, c’est l’Américain SentinelOne qui prenait le chemin de la Bourse avec une arrivée au Nyse. Ici encore, la progression du titre a de quoi faire rêver les investisseurs. Entre la fin du mois de juin et le début du mois de septembre, l’action s’est envolée de 96 %.

Cet engouement montre que les marchés n’hésitent pas à payer – et même fort cher – les valeurs de la cybersécurité. Exclusive Networks aurait par conséquent tort de se priver de surfer sur la vague, et pourra viser une valorisation à la hauteur de son potentiel.

Les marchés n’hésitent pas à payer fort cher les valeurs de la cybersécurité

Avec une croissance annuelle de 18 % (CAGR), qui devrait se stabiliser à +9 % par an jusqu’en 2026, l’entreprise peut se permettre de se présenter comme une valeur de croissance. En outre, sa capacité à protéger sa rentabilité en fera un dossier de choix pour les investisseurs allergiques aux startups structurellement déficitaires dont le seul modèle est de fonctionner à perte avec l’argent des actionnaires en espérant se faire racheter avant d’être à cours de cash.

Selon le document soumis à l’AMF, Exclusive Networks emploiera ses 260 M€ pour aider à la croissance des fournisseurs existants, dans les zones géographiques actuelles et nouvelles, à recruter de nouveaux fournisseurs et opérer des acquisitions ciblées. Dans un secteur en croissance, cette stratégie pourrait s’avérer particulièrement lucrative…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire