Accueil BlockchainBitcoin et cryptomonnaies Gardez un oeil sur ces deux soutiens du Bitcoin

Gardez un oeil sur ces deux soutiens du Bitcoin

par Cécile Chevré
SegWit et Lightning Network font flamber le Bitcoin bitcoin ou bitcoin cash cours bitcoin 2017 crypto monnaie comment ça marche

Le Bitcoin vient de renouer avec les 8 000 $ après avoir chuté sous les 6 000 $. Est-ce la fin de la correction baissière des cryptomonnaies ? J’aimerais pouvoir vous donner une réponse ferme, mais les cryptos nous ont enseigné une vertu ces derniers mois : la patience. La patience, et un certain détachement pour survivre aux embardées violentes, haussières comme baissières, de leurs cours.

Cependant, le marché des cryptos vient de nous envoyer deux signaux positifs qui nous font dire que Bitcoin et consorts encore beaucoup à prouver, et à offrir aux cryptos-investisseurs.

Comme l’expliquait très bien Florian Darras il y a quelques jours dans La Quotidienne, la tendance franchement haussière reprendra quand les investisseurs professionnels investiront massivement dans les cryptos. La mise en place progressive de ferments de réglementation et de régulation devrait d’ailleurs les encourager à se jeter dans le bain des cryptos.

Quand les fonds s’intéressent aux cryptos

Or l’intérêt des investisseurs professionnels pour les cryptomonnaies ne cesse de grandir.

Vous connaissez George Soros ? Outre être devenu la bête noire du premier ministre hongrois Viktor Orban, Soros, investisseur-spéculateur, a conquis ses titres de gloire en faisant “sauter la Banque d’Angleterre” en 1992, c’est-à-dire en menant une très fructueuse attaque spéculative sur la livre sterling.

En janvier dernier, Soros déclarait que les cryptos étaient une bulle. C’est bien possible… mais cela ne l’empêche pas d’y investir massivement maintenant que les prix ont sérieusement corrigé. Son fonds familial – qui dispose d’une puissance de frappe de 26 milliards de dollars – vient d’annoncer qu’il allait trader les cryptos. Une annonce qui a d’ailleurs fait bondir de plus de 40% le Bitcoin.

Cette annonce doit cependant être prise avec quelques pincettes. Comme le rappelait Mathieu Lebrun dans La Bourse au Quotidien, Soros s’est fait connaître pour ses talents pour “shorter” des actifs, ce qui revient à parier sur leur baisse :

Lors du forum économique mondial qui se tenait fin janvier à Davos, George Soros n’y avait pas été avec le dos de la cuillère en parlant de bulle sur les cryptos. Aujourd’hui, il paraîtrait qu’il serait en train de se préparer à les trader : “le dirigeant du Soros Fund Management, Adam Fisher, aurait reçu il y a quelques mois le feu vert pour commencer à négocier des cryptomonnaies.”
Les trader… ok… Mais aujourd’hui, qui vous dit qu’il va les trader à l’achat ?

Car le moins que l’on puisse dire, c’est que le passé de “VADeur” de l’homme parle pour lui. On se souvient tous qu’au début des années 90, il avait fait sauter la banque d’Angleterre en vendant à découvert la livre sterling. Ainsi, il avait empoché au passage plus de 1 Md$ ! Et avec l’arrivée des contrats futures sur Bitcoin, spéculer à la baisse est possible…

A ce jour, pour ce qui est des cryptomonnaies et du Bitcoin, sauf à connaître personnellement Adam Fisher (le bras droit de Soros), impossible évidemment de savoir le sens de ses anticipations. Ce qui est toutefois certain, c’est qu’étant donné la taille de son family office (quelque 26 Mds$), voilà le genre de “baleine” à ne pas négliger.

Heureusement pour les cryptos, Soros n’a pas le seul à les avoir à l’oeil. Deux grandes familles – les Rockefeller et les Rothschild. Le fonds de capital-risque des Rockefeller, Venrock, vient de s’associer avec Coinfund, un fonds d’investissement américain spécialisé dans les cryptos.

Nous sommes à la recherche d’un partenaire avec cette équipe et nous sommes à la recherche d’un partenaire dans le monde dans la crypto-économie et des projets reposant sur les cryptos“, a déclaré un des partenaires de Venrock à Fortune.

Quant aux Rothschild, depuis juillet dernier, la Rothschild Investment Corporation achète des cryptos, en particulier via le fonds Bitcoin Investment Trust (GBTC), qui est coté en Bourse depuis 2015. A fin juillet 2017, les investissements de la Rothschild Investment Corporation étaient, selon les informations de la SEC, l’autorité américaine de surveillance des marchés, encore modestes (l’équivalent de 210 000 $, une paille pour ce genre de fonds) mais cet engagement illustre bien l’intérêt croissant des grandes familles et des investisseurs professionnels pour les cryptos.

Amélioration en vue sur les blockchains

L’autre signal positif, ce sont les améliorations qui se précisent des deux principales blockchains, l’Ethereum et celle du Bitcoin. Cela fait des mois que le milieu des cryptos bruisse de rumeurs et de projets à propos de ces améliorations qui sont censées pallier les principaux défauts de ces blockchains, à savoir la vitesse de validation des transactions.

C’est un problème récurrent qui a déjà conduit à de très discutées et controversées modification de la blockchain Bitcoin, les fameux hard forks dont nous vous avons beaucoup parlé l’année dernière.

Dans le cas du Bitcoin, et malgré les hard fork, la vitesse de validation des transactions était devenue, fin 2017, particulièrement problématique. Le délai se comptait en heures, voire en jours, et les frais de transactions ont explosé en parallèle (plusieurs dizaines d’euros ou de dollars par transaction en bitcoins).

En effet, les transactions ne sont pas validées par ordre chronologique de passage d’ordre, mais selon un système de “récompense” – les frais de transaction – qui incite le réseau à valider en premier les ordres assortis de frais de transaction les plus élevés.

La blockchain Bitcoin est tout simplement victime de son succès : l’explosion du nombre d’utilisateurs et de celui de transactions a ralenti le processus de validation décentralisé mais a aussi considérablement alourdi la blockchain elle-même.

La chute des cours du Bitcoin et le (relatif) désintérêt pour les cryptos ont paradoxalement permis un certain retour à la normale : les frais de transactions ont chuté tandis que la vitesse de transaction accélérait.

Cependant, dans le cas du Bitcoin comme de l’Ethereum, ces questions restent centrales. Pour le Bitcoin, une partie de la communauté soutient donc le projet Lightning Network. Pour résumer, ce projet, lancé en 2014, se propose de faire passer une partie des transactions, regroupées en paquets, via des réseaux secondaires dit en “layer” (couche) par rapport à la blockchain principale. Seul le résultat final de ces transactions serait inscrit dans celle-ci.

Le Lightning Network n’est pas exempt de défauts mais il permettrait, sur le papier, d’augmenter très sensiblement le nombre de transactions permises par la blockchain Bitcoin, et ainsi de résoudre en partie un de ses principaux défauts.

En début de semaine, la start-up Lightning Labs lançait officiellement la version bêta de son logiciel, le LND, destiné à implémenter le Lightning Network sur la blockchain. Les plus curieux, ou aventureux, des utilisateurs du Bitcoin peuvent donc expérimenter les transactions via la version de Lightning Labs du Lightning Network, réduisant temps de validation et frais associés.

Gros atout du projet de Lightning Labs, il retenu l’attention de grands noms des techs. Parmi ses investisseurs, on compte Jack Dorsey, le fondateur de Twitter et co-fondateur de Square, la société de paiement électronique, mais aussi le créateur du Litecoin, Charlie Lee, l’ex-COO de PayPal David Sacks (qui est impliqué dans la startup BitGo), etc.

Plasma, un projet différent dans sa conception mais similaire dans ses objectifs, devrait quant à lui faire exploser les capacités de la blockchain Ethereum. Selon les dernières nouvelles publiées, l’équipe derrière le projet avance plus vite que prévu.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Un grand coup d’accélérateur pourrait donc être à prévoir, aussi bien sur les blockchains Ethereum que Bitcoin… Et donc une accélération des cours sur l’Ether et le Bitcoin ? C’est fort possible.

L’engagement des fonds d’investissement dans les cryptos est aussi une très bonne nouvelle. L’intérêt des grandes banques d’affaires, en particulier américaines, est lui aussi de plus en plus visible. Les cryptos attirent, et c’est bon pour elles.

En parallèle, le secteur des cryptos s’organise pour pallier les difficultés et les défauts des blockchains mais aussi proposer des solutions concrètes non seulement aux entreprises mais aussi aux particuliers qui souhaitent utiliser la blockchain et/ou les cryptos. Là encore un préalable indispensable à leur adoption plus large… et une flambée de leurs cours.
[NDLR : PROJET X – Inédit en France. Vous aviez l’intention d’acheter des bitcoins ? STOP ! Ne faites rien avant d’avoir vu cette stratégie inédite en France, élaborée par notre tout nouveau spécialiste des cryptomonnaies : cliquez vite ici pour tout savoir.]

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire