Accueil InvestirTendances Macro Donald Trump et sa guerre commerciale font douter les marchés

Donald Trump et sa guerre commerciale font douter les marchés

par Cécile Chevré

Ce n’est pas l’inflation qui a fait trébucher les marchés hier mais leur meilleur ennemi : Donald Trump.

Les chiffres de l’inflation américaine pour février (+0,2%) n’ont créé ni surprise ni inquiétude. Par contre, les marchés américains ont eu besoin de la séance d’hier pour digérer le renvoi du Secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, et l’interférence du président américain dans le rachat programmé du fabricant américain de micro-processeurs, Qualcomm, par son concurrent Broadcom.

Les tensions et divergences entre Trump et Tillerson n’étaient un secret pour personne. Tillerson – qui aurait appris son remerciement via un message Twitter de Trump – militait pour le maintien d’un accord et de discussions avec l’Iran. Trump a adopté une ligne plus dure… et l’a confirmé en nommant Mike Pompeo, ex-directeur de la CIA, au poste de Secrétaire d’Etat. Les deux hommes ont l’avantage d’avoir les mêmes opinions quant à l’accord sur le nucléaire iranien et sur la fermeté à adopter avec les alliés européens des Etats-Unis.

Quelles conséquences pour les marchés ? La perspective d’un conflit – qu’il soit avec l’Iran ou avec la Corée du Nord – n’est pas réellement de nature à les contrarier sur le long terme. Peut-être sont-ils simplement légèrement inquiets de voir s’imposer une “ligne dure”, aussi bien économique que diplomatique, à Washington après le départ de Gary Cohn et le limogeage de Tillerson.

Quant au blocage du rachat de Qualcomm par Broadcom, Donald Trump l’a justifié par les menaces qu’aurait fait peser cette opération sur la sécurité nationale américaine. Le président a en cela suivi les recommandations du comité américain sur les investissements étrangers, le CFIUS. Parmi les raisons invoquées, la concurrence entre Qualcomm et le chinois Huawei sur le terrain de la 5G.

Je vous disais récemment à quel point la nouvelle génération de norme de communication mobile était devenue un enjeu primordial pour les Etats. La Chine et les Etats-Unis se livrent une compétition féroce pour être les premiers à proposer un réseau 5G. Selon le CFIUS, Qualcomm sous la coupe de Broadcom aurait pu réduire ses investissements dans la 5G, laissant la voie libre aux puces développées par Huawei.

Il est vrai que le constructeur chinois a pris une petite longueur d’avance sur ses concurrents en présentant des puces 5G lors du Mobile World Congress de Barcelone, fin février.

Les Etats-Unis soupçonnent en outre Huawei d’utiliser son matériel afin d’espionner pour le compte de Pékin.

Quel est le lien entre Broadcom et Huawei ? Sur le papier, ils sont ténus. Le groupe, d’origine américaine, a bien installé pendant quelques années son siège social à Singapour mais l’a récemment rapatrié aux Etats-Unis pour faciliter son rachat de Qualcomm. Un siège social en Asie ne fait en outre pas d’une société un vassal de Pékin…

En sus, Huawei utilise des puces Broadcom – tout comme celles de Qualcomm – pour certains de ses produits. Mais là encore, rien de bien concluant.

La décision du CFIUS repose donc officiellement sur les craintes quant aux investissements de Qualcomm dans la 5G. Plus largement, cette décision est surtout une pièce supplémentaire dans le plan “America First” de Donald Trump. Depuis le début de son mandat, le CFIUS a bloqué une dizaine d’acquisitions d’entreprises américaines, majoritairement par des sociétés chinoises. Après les taxes sur l’aluminium et l’acier, la décision de Trump d’empêcher la fusion entre les deux fabricants de micro-processeurs est une bataille de plus dans sa guerre commerciale.

Hier, le Nasdaq a réagi à cette nouvelle en clôturant en baisse. Cependant, pour la plupart des observateurs, ce recul doit plus aux prises de bénéfices après les récents records de l’indice technologique américain qu’à la décision de Trump.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire