Accueil Nouvelles technologies Egypte : juste un risque économique de court terme

Egypte : juste un risque économique de court terme

par redaction

En 2010, l’Egypte était considérée comme l’un des pays émergents les plus porteurs. Sa croissance économique, sa population jeune et les flux d’investissements captés par ce pays laissaient augurer des opportunités d’investissement attrayantes pour les multinationales, mais aussi pour les particuliers qui ont misé sur la Bourse du Caire.

Mais l’aspiration du peuple à changer de régime politique est d’une force considérable. Les manifestations et les affrontements qui sévissent en plein centre-ville du Caire, et plus précisément place de la Libération (Midan El Tahrir en arabe), proche de nombreux bâtiments gouvernementaux et à 10 minutes à pied du Centre Culturel Français, ont fait basculer l’Egypte dans l’incertitude.

Quand le pays retrouvera t-il son calme ? Mubarak va-t-il céder à la pression populaire ?

La mégalopole du Caire qui compte plus de 20 millions d’habitants est littéralement rythmée par les combats et les protestations, alors qu’habituellement elle tourne à plein régime.

Sur le plan économique, les conséquences se font déjà ressentir. La Bourse du Caire est fermée depuis plus d’une semaine, après avoir accusé une perte totale d’environ 20% (12 milliards de dollars), selon des chiffres officiels. Elle ne devrait rouvrir que lundi prochain…

Des groupes étrangers ont quitté le pays, notamment le cimentier Lafarge et le Crédit Agricole.

Certes, le tourisme et le canal de Suez, principaux contributeurs de devises du pays, ne sont pas touchés pour le moment, mais les répercussions sur ces deux mannes financières pourraient se faire ressentir, si la situation empire.

Les coupures des réseaux de télécommunications (téléphone, Internet) pendant cinq jours auraient coûté près de 90 millions de dollars, d’après les premières estimations de l’OCDE.

Après Moody’s lundi et Standard & Poors mardi, Fitch a annoncé aujourd’hui la dégradation d’un cran de la note de long terme du pays, à BB, tout en la plaçant sous surveillance négative, ce qui n’exclut pas une nouvelle dégradation dans les trois prochains mois.

« En supposant que les troubles en Egypte ne prennent pas un caractère structurel, l’important potentiel économique du pays demeure cependant intact », a affirmé ING IM dans une note diffusée le 2 février.

En bon contrarien, il sera possible de jouer le rebond de la Bourse égyptienne avec un ETF (tracker).


Photo : Ryan Q – Flickr

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire