Accueil IA et robotique En image_ La voiture autonome de Waymo obéit au doigt et à l’œil à la police

En image_ La voiture autonome de Waymo obéit au doigt et à l’œil à la police

par Edern Rio

La scène diffusée par Waymo a un petit air de film muet à la Charlie Chaplin, sans doute car elle est diffusée à une vitesse trois fois plus rapide que la normale. Source : Waymo/YouTube.

Waymo, la filiale de Google leader dans le domaine de la voiture autonome, vient de publier une vidéo où on découvre l’une de ses voitures obéir au doigt et à l’œil à… un agent de circulation. S’il est assez intéressant de voir côte à côte la vision machine et la scène réelle, cette vidéo qui vient démontrer la résolution d’un problème technique pour les robots-taxis pose au fond de nombreuses questions.

Un marché potentiellement gigantesque

Selon une étude de la banque d’investissement UBS, publiée en mai 2018, Waymo devrait dominer le secteur de la voiture autonome avec 60 % d’un marché estimé à 2 800 Mds$ en 2030. UBS estime que 12 % des voitures vendues à cette époque seront des taxis sans conducteur et que 26 millions de robots-taxis seront déjà en circulation.

Evidemment, tout cela pose de très nombreuses questions sur la place de la voiture autonome dans ce nouveau monde. Y aura-t-il encore lieu de posséder une voiture si des flottes de taxis autonomes sillonnent les villes ? Le modèle de la voiture individuelle résistera-t-il ? Les propriétaires feront-ils travailler leur robot quand ils ne se servent pas de leur véhicule (c’est-à-dire 95 % du temps) ? Qui sera responsable si une voiture autonome cause un accident, voire un décès ?

Ce n’est pas la première fois que le rapport forces de police/véhicules autonomes est évoqué. En décembre, une Tesla en mode autopilot, avec un chauffeur aussi ivre qu’endormi, avait défrayé la chronique. Pour l’arrêter, les policiers avaient dû lui donner la chasse et forcer la Tesla à se rabattre sur le bas-côté.

Cette nouvelle vidéo vient démontrer que les expérimentations avancent bon train et que nous pourrions bien voir très vite des voitures autonomes parcourir les routes. Elon Musk a d’ailleurs déclaré en pince-sans-rire aguerri aux effets de buzz médiatique que les Tesla pourraient passer dans un mode entièrement autonome d’ici fin 2019.

Les robots doivent-ils toujours obéir aux policiers ?

Il est une chose dont on peut être sûr en informatique, les systèmes peuvent être détournés.

Cependant, est-il vraiment souhaitable que les robots se plient systématiquement aux ordres de la police ?

Nous aurions naturellement tendance à opiner, mais au fond, penser les choses de manière aussi simple ouvre la porte à de nombreuses dérives. Imaginons des pirates de la route déguisés en policiers. Qu’est-ce qui prouvera aux robots que les policiers en sont vraiment ? Un badge émettant du Wi-Fi ? Mais alors si le policier se le fait voler ? Et si des pirates parviennent à imiter les codes d’identification ? Et si des terroristes veulent créer des accidents ? Bref, vous le voyez faire sortir le jugement humain de l’équation ne rend pas les choses plus simples. Il est une chose dont on peut être sûr en informatique, les systèmes peuvent être détournés.

Il est aisé de comprendre que les Etats exigent que les robots obéissent dans tous les cas aux forces de l’ordre. Pourtant, c’est clairement une liberté de plus abandonnée à la machine et ici à l’Etat qui pourrait – cela s’est déjà vu – ne pas respecter la loi qu’il est censé faire appliquer.

La route est encore longue d’une intégration harmonieuse des robots dans notre société.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire