Accueil InvestirTendances Macro Et si la Fed stoppait net le bear market ?

Et si la Fed stoppait net le bear market ?

par Arthur Toce
bear market Fed inflation

[La situation actuelle est préoccupante. Le spectre de la remontée des taux directeurs de la Fed et les poussées inflationnistes inquiètent les marchés. Le contexte géopolitique n’aide pas. Bref, les investisseurs sont dans une situation délicate. Pourtant, ce qui a plongé le marché dans le rouge pourrait bien le renvoyer dans le vert… C’est le marché obligataire qui nous le dit !]

Depuis plus de six mois, ceux qui investissent dans l’avenir sont dans une situations délicate. On ne peut pas dire le contraire, ils souffrent énormément. Et même les valeurs de croissance bien établies du NASDAQ-100 présentent de forts reculs : -15 % déjà et des milliards de capitalisation envolés depuis le début de l’année.

Pourtant, ce qui a plongé le marché dans le rouge pourrait bien le renvoyer dans le vert. (Ce serait un pied de nez à tous les marchands de fin du monde qui me ferait bien rire.) Je vais vous expliquer pourquoi.

Le consensus sur l’évolution des taux de la Fed a changé

D’abord, le sentiment des analystes sur l’évolution des taux des bons du Trésor américain (T-Bonds) est en train de se déplacer doucement – mais sûrement – vers une politique monétaire bien plus accommodante que ce qui était entrevu jusqu’ici.

En effet, la grande majorité (84 %) pense désormais que, cette année, la hausse des taux initiée par la Fed devrait se maintenir entre 25 et 50 points de base, sachant qu’une augmentation de 25 a déjà eu lieu.

Ils ne sont donc plus que 16 % à penser qu’elle sera supérieure à 50 points. Et le 14 février dernier ils étaient encore 61 %. C’est un sacré revirement !

Chicago Mercantile Exchange

Source : Chicago Mercantile Exchange

Si jamais la Fed annonçait que la hausse de ses taux directeurs devait marquer une pause – pour les raisons géopolitiques que nous connaissons –, je peux vous l’affirmer, c’est le short squeeze assuré. Il serait titanesque. Le marché repartirait à la hausse comme jamais.

Voici donc le premier indice d’un potentiel retour vers un bull market.

La réalité du rendement du capital

D’un point de vue macro-économique, il est important de bien comprendre ce que font ces taux directeurs des banques centrales.

Ceux qui achètent de l’obligataire aujourd’hui considèrent que les marchés vont baisser

Il y a deux solutions pour le capital, soit il s’investit dans des produits de rendement (l’obligataire), soit dans de l’investissement productif (les entreprises et leurs actions).

Or, nous sommes dans une situation bizarre et rare : les taux réels des bons du Trésor sont très largement négatifs (de l’ordre de -7 %). Qu’est-ce que cela signifie ? Eh bien que l’investissement productif et risqué est encouragé.

A l’heure actuelle, si :

  • vous achetez des bons du Trésor français à 2 ans ;
  • que vous pensez que la BCE fera ce qu’elle a annoncé, à savoir 4 hausses de taux (100 points) cette année ;
  • que l’inflation sera à hauteur de ce qui est prévu ;
  • alors vous choisissez de perdre 15 % de votre capital sur les 2 ans !

Cela signifie donc que vous optez pour une perte assurée alors que vous pourriez investir dans des entreprises avec plus de risque, certes, mais aussi avec un potentiel de rendement tout autre.

Pour le dire autrement : ceux qui achètent de l’obligataire aujourd’hui considèrent que les marchés vont baisser de plus de 15 % à horizon 2 ans.

Une inversion de la tendance ?

taux obligataire France 2 ans

Le France à 2 ans, une remontée du rendement, réelle mais toujours négative (source : Investing)

En début de semaine, nous avons assister à un recul de l’obligataire qui indique que le capital se désengage. Ainsi, il est tout à fait permis de penser que les acteurs de l’obligataire parient sur une pause dans la hausse des taux directeurs de la Fed et, avec elle, un ralentissement de l’inflation.

Le capital sort de l’obligataire !

Et, de manière générale, on le sait, le marché obligataire, qui est le plus gros, a souvent raison… C’est d’ailleurs un indicateur avancé du marché actions.

Bien sûr, on n’est jamais sûr de rien mais cela n’empêche pas pour autant de poser l’hypothèse : le marché actions pourrait rebondir fortement, et les ours baissiers repartir aussi sec à la niche. A suivre.

Articles similaires

1 commentaire

G 23 février 2022 - 20 h 38 min

BONSOIR
J AI VOULU ETRE ABONNE AU LIVRE 1000 POUR CENT IMPOSSIBLE
MERCI
GENEVIEVE

Reply

Laissez un commentaire