Accueil Santé et BiotechCannabis médical Et si les recettes fiscales du cannabis étaient la clé de sa légalisation ?

Et si les recettes fiscales du cannabis étaient la clé de sa légalisation ?

par Ray Blanco
cannabis

Le COVID-19 est une crise nationale, mais pour les entreprises du cannabis, il se transforme en énorme opportunité !

Comme je vous l’ai déjà dit, le cannabis a été jugé comme un produit essentiel dans de nombreux États, ce qui veut dire que les entreprises du cannabis ont le droit de rester ouvertes alors que d’autres doivent fermer.

Mais ce n’est valable que dans les États où le cannabis a été légalisé pour son usage médical ou récréatif.

Les États où le cannabis n’est pas légalisé ne peuvent le juger comme un produit essentiel, bien entendu, dans la mesure où il n’y existe aucune entreprise légale dans ce secteur.

Mais alors que l’Amérique commence à rouvrir les activités dans la perspective de l’été, bon nombre de ces États lorgnent sur le cannabis, en le considérant comme un sauveur potentiel. Même si le pays est en train de redémarrer l’activité, le gouffre économique est profond, et il frappe durement le budget des États.

Les gouverneurs commencent à se dire qu’ils aimeraient bien avoir des entreprises dédiées au cannabis, légales et imposables, qui leur permettent d’atténuer l’impact du COVID-19.

Par exemple, Michelle Lujan Grisham, gouverneur du Nouveau Mexique, a déclaré : « Si seulement nous avions autorisé le cannabis à usage médical, cela représenterait 100 M$.

Ce sont des estimations antérieures au COVID-19, mais ces 100 M$ iraient dans le budget. Je le regrette beaucoup. »

Mme Grisham pense que les estimations antérieures au COVID-19 sont obsolètes, et il se pourrait bien qu’elle ait raison. Si le COVID-19 a produit quelque chose, c’est bien une envolée des ventes de cannabis. Alors les estimations dont elle dispose se situent peut-être dans la fourchette basse.

Cela se voit résolument dans les chiffres. Des millions d’Américains ont commencé à recevoir leurs chèques de stimulus aux alentours du 15 avril, ce qui a provoqué un pic des ventes de cannabis de 50 à 60%.

Et maintenant que les sociétés du cannabis cotées en bourse publient leurs résultats financiers du dernier trimestre, nous commençons à avoir un aperçu de l’impact du coronavirus sur les résultats.

Même si le coronavirus ne s’est pas fait ressentir, sur le plan économique, au cours des deux premiers mois de l’année, les choses ont commencé à changer en mars.

Cette situation permet au secteur du cannabis en plein essor de publier leurs plus gros chiffres d’affaires jamais réalisés : des entreprises telles que Curaleaf et Green Thumb ont l’une et l’autre réalisé un chiffre d’affaires dépassant les 100 M$.

Au niveau des États, les législateurs évoluent en faveur d’une légalisation du cannabis.

Récemment, l’assemblée législative de Louisiane a majoritairement voté en faveur de l’autorisation du cannabis médical pour toutes les maladies invalidantes, ainsi que des services de livraison.

Dans l’État de New York, les législateurs militent en faveur de la légalisation de cette plante.

Et dans le Minnesota, l’assemblée législative a autorisé la vente de fleurs de cannabis.

Je m’attends à voir d’autres États passer à l’action à mesure que nous nous rapprocherons de l’été. Et des États tels que le New Jersey devrait soumettre cette question au vote lors de de leurs prochaines élections (« Election Day »).

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire