Accueil Energies et transportsCourse à l'espace Exploration lunaire : la Chine prend de l’avance

Exploration lunaire : la Chine prend de l’avance

par Edern Rio

Le rover chinois de la mission Chang’e 4.

 

Samedi dernier, la Chine a lancé la mission Chang’e 4. Une première mondiale puisque son objectif est de rejoindre la face cachée de la Lune et d’y déposer un petit rover d’exploration. L’alunissage, prévu pour la fin de l’année, doit s’effectuer dans le cratère Von Kármán, près du pôle sud de la Lune.

L’objectif de cette mission robotique est notamment de ramener des échantillons du sol lunaire, ce qui n’a pas été fait depuis les missions Appolo arrêtées en 1974. Elle emporte également des larves et des graines pour étudier leur développement à la surface de la Lune.

Malgré son nom fort poétique, la face cachée de la Lune est loin de nous être totalement inconnue. Plusieurs sondes en orbite lunaire ont permis de cartographier entièrement la surface de l’astre. La première sonde qui a pu l’observer était russe et se nommait Luna 3. C’était en 1959.

Nous vous parlions il y a peu des grandes ambitions de la NASA pour la Lune, mais c’est une véritable course à la Lune qui s’engage entre les grandes puissances puisque la Chine, la Russie, le Japon, l’Inde et même la Corée du Sud prévoient soit d’envoyer des sondes en orbite, soit de rovers d’exploration dans les cinq prochaines années.

Surtout, la Chine et les Etats-Unis projettent d’installer un village lunaire à l’horizon 2030… tout comme l’Agence spatiale européenne. Décidément, si l’histoire ne se répète pas, il est évident qu’elle bégaie tant cette situation rappelle l’épique course entre les deux blocs dans les années 60.

Alors que les Américains viennent de poser un rover sur Mars, il ne faut pas minimiser la prouesse technique d’un alunissage sur la face cachée de notre satellite naturel.

En effet, aucune communication ne peut être établie de l’autre côté de la Lune. La navigation et l’alunissage doivent donc être entièrement autonomes. C’est pourquoi, en préfiguration de cette mission, l’Agence spatiale chinoise a mis en orbite un satellite de communication qui relaiera les données envoyées par Chang’e 4, sans quoi l’Administration spatiale nationale chinoise eut été entièrement aveugle.

zone alunissage

La zone d’alunissage prévu pour la mission Chang’e 4. Crédits : CNSA.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire