Accueil A la une Faillites en cascade chez les mineurs de bitcoins

Faillites en cascade chez les mineurs de bitcoins

par Arthur Toce

Le halving du Bitcoin a eu lieu voici quelques semaines. Il a doublé la difficulté du “minage” et provoqué… une cascade de faillites. Forcément, puisqu’il faut fournir plus d’efforts pour obtenir le même nombre de bitcoins, seule source de rémunération des mineurs…

Ma vision pour l’avenir du Bitcoin est simple

Ainsi, la semaine dernière, c’est le mineur canadien HyperBlock qui annonçait la cessation de ses activités. Il lui devenait de plus en plus difficile d’assurer le train de production normal de l’entreprise.

Energy Keepers, le fournisseur d’électricité d’HyperBlock, avait rompu son contrat d’acheminent de peur que l’entreprise ne dégage plus suffisamment de rentabilité pour payer ses coûts énergétiques.

Le centre de minage d’HyperBlock, situé à Missoula (Montana), consommait un tiers de l’énergie produite dans le comté. Il est donc bien probable que son fournisseur d’électricité se retrouve lui aussi dans l’embarras.

3 manières de réduire le coût du minage de bitcoins

N’y allons pas par quatre chemins, il n’existe que trois manières de rétablir la rentabilité des mineurs et, pour l’instant, la résolution de ce problème ressemble à la quadrature du cercle.

La baisse du prix de l’électricité. Dans beaucoup de pays, les prix sont trop hauts pour permettre une activité rentable. La société EliteFixtures avait produit en 2018 une étude sur le coût électrique par pays. Ce coût variait énormément. Et nous ne parlons ici que de la facture d’électricité. En Allemagne, elle s’élevait à 14 725 $ pour 1 bitcoin, alors qu’elle descendait à 2 177 $ en Biélorussie. En France, cela coûtait 7 930 $ et au Canada (Ontario) 3 965 $.

Ces chiffres datent de 2018. Or, vu que la difficulté a été multipliée par deux, voire un peu plus, il faudrait que le prix de l’électricité descende de plus de 50 % pour permettre la même rentabilité. Même si la pandémie de COVID-19 a secoué le marché de l’électricité, les prix sont loin d’avoir perdu 50 %.

Une forte hausse du prix du Bitcoin. Nous en sommes également assez loin, même si le halving a poussé les prix à la hausse et que le cours du Bitcoin oscille entre 8 000 $ et 10 000 $ depuis début mai.

Investir dans du nouveau matériel BEAUCOUP plus efficace. Dans le domaine du minage, suivant le cours du BTC, le matériel s’amortit sur six à vingt-quatre mois. Même si beaucoup d’acteurs ont sauté sur les derniers modèles, la faiblesse du cours du Bitcoin et des autres crypto-actifs a empêché la maximisation du rendement des vieux appareils. La rupture abrupte engendrée par le halving ne permet pas d’optimiser l’équipement.

Un réseau ralenti

Le graphe du hash rate montre bien, que, malgré la remontée du cours vers les 10 000 $, l’arrivé du halving a coupé net sa progression, exactement comme l’avait fait le pull back du cours vers les 3 000 $ fin 2019.

faiblesse du hash rate btc

Cette faiblesse du hash rate n’est pas sans conséquence puisqu’il aboutira à une création de bitcoins plus faibles. Un hash rate faible est mauvais pour le réseau vu qu’il allonge la durée des transactions et réduit la sécurité.

Ma vision pour l’avenir du Bitcoin est simple :

  • soit il s’effondrera technologiquement par une chute durable du hash rate – la difficulté du réseau à traiter de nombreuses transactions a toujours été un de ses talons d’Achille ;
  • soit le cours double, voire plus, pour redonner de la rentabilité à l’activité de minage.

Sachant que certains bitcoins sont définitivement perdus, la rareté de l’actif augmente encore. Vu l’engouement pour le Bitcoin et l’hyperinflation de la création monétaire des banques centrales, j’aurais tendance à pencher pour la deuxième solution.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire