Accueil A la une La fin des montagnes russes pour Tesla ?

La fin des montagnes russes pour Tesla ?

par Edern Rio
Tesla model 3

La semaine dernière nous apprenions que, pour la première fois de son histoire, Tesla avait connu un trimestre rentable, engrangeant la jolie somme de 312 M$. Serait-ce la fin des montagnes russes pour la seule société cotée d’Elon Musk ?

Tesla et l’enfer de la production

C’est donc la première fois que l’entreprise dégage réellement des bénéfices. Depuis l’annonce de la Model 3 en 2016, Tesla était plutôt occupé à bruler du cash, beaucoup de cash. Sa dette s’élèverait actuellement à un peu moins de 14 Mds$.

Pour s’imposer sur le marché et sortir de sa niche des véhicules électriques de luxe, Tesla a misé très gros sur la Model 3.

Pour s’imposer sur le marché et sortir de sa niche des véhicules électriques de luxe, Tesla a misé très gros sur la Model 3, qui devait être vendue à 35 000 $ et être ainsi accessible au plus grand nombre.

Comme prévu, ce fut le début d’un emballement sans précédent. En avril 2017, Tesla annonçait avoir plus de 325 000 véhicules en précommande. En juillet 2017, elle claironnait mettre en place une ligne de production automatisée qui lui permettrait d’atteindre les 5 000 véhicules par semaine d’ici la fin de l’année et les 10 000 par semaine fin 2018.

Les cours explosaient, passant de 180 $ fin 2016 à 385 $ au plus haut de l’été 2017.

Et ce fut le début de l’enfer pour Elon Musk et l’entreprise qui découvrirent les exigences d’une ligne de production massive et toutes les difficultés qui vont avec.

Ce n’est que récemment que le rythme des 5 000 unités par semaine a été atteint si on en croit les chiffres de l’entreprise puisque 55 800 véhicules auraient été livrés au 3e trimestre 2018, soit 4 650 voitures produites par semaine.

L’affaire a fait un tel bruit que Bloomberg a créé un tracker indépendant dédié au suivi de la production de Model 3 et que le FBI enquêterait actuellement pour savoir si les chiffres de production n’ont pas été surévalués pour faire monter artificiellement les cours de l’action.

Toujours optimiste, Elon Musk a indiqué que l’enfer de la production était derrière eux, mais que le nouvel enfer était celui de la livraison ! Il n’est pas aisé de devenir un grand constructeur automobile.

Des 520 000 réservations engrangées (et payées), 83 000 auraient donc désormais été produites, plus de 65 000 auraient été remboursées. Il resterait donc plus de 300 000 commandes à satisfaire…

 

La fin des montagnes russes pour TSLA ?

Rares sont les entreprises dont le cours varie aussi vite et aussi fort. Jetez un coup d’œil aux deux dernières années du constructeur de voitures électriques alternatif. Son cours donne le vertige, voire des haut-le-cœur.

graphe bourse Tesla

Alors Tesla va-t-elle retrouver un cours d’action un peu plus apaisé ?

Vous me permettrez d’en douter. D’abord, les marchés sont actuellement très agités et ce n’est pas la bonne nouvelle de la semaine dernière qui va changer la donne. Tesla est très endettée, ce qui est normal au vu de sa maturité et de son ambition. Cela n’en demeure pas moins dangereux pour la firme qui pourrait tout simplement faire faillite.

Tesla veut vendre entre 500 000 et un million de Model 3 par an.

Les analystes financiers sont extrêmement divisés sur l’avenir de l’entreprise, même après son récent tour de force.

En outre, Elon Musk a fait une déclaration tout à fait étonnante lors de la présentation des résultats. En substance, il a déclaré : “Je pense que nous pouvons vraiment demeurer dans le positif pour l’ensemble des trimestres à venir.”

Même pour un béotien comme moi, Elon me semble mentir comme un arracheur de dents.

Si Tesla veut atteindre ses objectifs, elle va devoir construire plus d’usines et c’est le genre d’investissement qui coûte très cher. Je vous rappelle que Tesla veut vendre entre 500 000 et un million de Model 3 par an. Nous l’avons vu plus haut, ce n’est pas une tâche facile.

Pour atteindre cet objectif, il va falloir réduire le prix de vente de son “entrée de gamme” aux environs de 35 000 $. C’est l’objectif, mais il n’est pas encore atteint et la Model 3 est en vérité vendue aujourd’hui aux environs de 49 000 $.

Le plus sûr moyen est d’attaquer de nouveaux marchés, ainsi la firme a annoncé que la Model 3 serait disponible en Europe en 2019. Il va donc falloir que Tesla tienne sur la durée et continue d’investir massivement dans la production.

Il semble donc qu’Elon Musk soit loin d’avoir perdu son habitude : promettre monts et merveilles et se heurter au mur de la réalité.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire