Accueil A la une Forts remous en Bourse suite à l’annonce de Google sur Stadia

Forts remous en Bourse suite à l’annonce de Google sur Stadia

par Edern Rio
https://www.youtube.com/watch?v=HikAuH40fHc

Voici un moment que nous vous en parlions. La révolution du cloud gaming est en marche. Et un nouveau mastodonte vient d’entrer dans l’arène. J’ai nommé Stadia, la plateforme de jeu en streaming de Google.

Si ce n’est encore qu’une simple annonce, la plateforme doit cependant être lancée dès 2019. Le tentaculaire Google prend ainsi position sur l’ensemble du secteur du cloud gaming. Et quand on sait ce que la firme de Mountain View a réalisé avec Android dans le secteur des smartphones (qui représente désormais 86 % des systèmes d’exploitation de smartphones) ou avec Chrome dans le monde des navigateurs (désormais 70 % des parts de marché), il y a vraiment de quoi se faire quelques cheveux blancs pour les fabricants de consoles traditionnelles, et autres concurrents.

Toute la force de frappe de Google au service de Stadia

Le principe du cloud gaming est simple comme tout : plutôt que de devoir posséder une console ou un ordinateur performant pour jouer, vous faites tourner les jeux sur des data centers dans le cloud.

Comme le clip de Google le met très bien en avant, plus besoin de mettre à jour son matériel, tout est à portée de clic dans un navigateur classique – Chrome de préférence. Tout ce dont vous aurez besoin pour jouer est un écran et une bonne connexion à Internet. Ce qui veut dire que vous pouvez reprendre votre partie n’importe où, n’importe quand.

Le cloud gaming évacue également toute la question de la distribution. Il n’est plus nécessaire de télécharger et d’installer le jeu.

Ce qui frappe dans la présentation de Google, c’est la puissance des intégrations.

La dimension sociale du gaming est très bien comprise. YouTube, notamment, intègrera des liens pour rejoindre des parties en direct. Or, c’est bien par des vidéos que les joueurs découvrent les jeux le plus souvent, sans parler du phénomène du e-sport et de cette tendance grandissante à regarder les autres jouer en streaming.

De même, Google a développé un joypad qui semble tout à fait performant. Il est même équipé d’un micro et d’un bouton Google Assistant.

Il dispose surtout d’un excellent capteur Wi-Fi et d’une connexion, la plus directe possible, vers les data centers de Stadia. Ce point est essentiel car c’est bien la latence qui est le plus souvent pointée du doigt dans le domaine du cloud gaming.

Il intègre également un bouton pour faire une capture d’écran en direct afin de pouvoir partager son expérience avec d’autres internautes. Ainsi qu’un bouton Google Assistant pour pouvoir chercher des solutions quand on est bloqué. Au final, Google veut proposer “l’expérience de jeu la plus connectée”.

joypad stadia

Le Stadia Controller, un joypad classique équipé d’un bouton Google Assistant et d’un micro.
Source : Google.

Dans l’ensemble le dispositif technique qui permet de jouer en direct est tout à fait convaincant, puisque les joueurs pourront accéder à une résolution 4K et un framerate de 60 fps (soit 60 images par seconde). La puissance de la carte graphique atteint les 10,7 téraflops, soit la puissance réunie de la PS4 de Sony et de la Xbox One X.

Si, comme d’habitude chez Google, la dimension technique semble être maîtrisée, reste à savoir quels jeux seront disponibles, et comment sera commercialisée la plateforme. Car, comme dans le domaine de télévision à la demande, ce sont les contenus exclusifs qui permettront de recruter des clients. Pour mémoire, Netflix a prévu un budget de 15 Mds$ en 2019 dans la production.

Ainsi, tout comme Microsoft, Google a également annoncé la création d’un studio de développement de jeux. C’est Jade Raymond qui en prendra la tête. Ancienne de chez Electronic Arts et Ubisoft, elle a été la productrice d’Assassin’s Creed, le plus gros hit vidéoludique de ces dix dernières années.

De forts remous en Bourse

L’annonce n’est pas passée inaperçue des milieux boursiers et la journée du 19 mars a été particulièrement agitée dans le secteur des techs. L’action Google (US02079K3059-GOOGL) bien sûr a connu une belle accélération franchissant de nouveau les 1 200 $ et repassant à ses niveaux d’octobre.

stadia google bourse

AMD (US0079031078 – AMD) a bondi de 12 %. En effet, ce sont ses cartes graphiques qui équiperont les data centers de Google dans le cadre de Stadia. Le constructeur a pour l’occasion développé des cartes entièrement dédiées et adaptées. Pour autant, Nvidia (US67066G1040  – NVDA), pourtant non citée par Google, mais dont on sait que le secteur du cloud gaming est essentiel, n’a pas reculé. Au contraire elle a également gagné 5 %.

Les producteurs de jeux Ubisoft (FR0000054470 – UBIP) et Take Two (US8740541094 – TTWO) ont également connu une belle poussée d’environ 3 %.

En revanche les fabricants de consoles ont connu une journée noire. Nintendo (JP3756600007 – 7974) a reculé de 3 % et Sony (JP3435000009 – 6758) de 4,5 %. Seul Microsoft (US5949181045 – MSFT), autre grand producteur de consoles, n’a pas semblé affecté. C’est que lui aussi travaille à monter sa plateforme de cloud gaming…

La startup Blade qui propose ce service devrait également sortir renforcée de cette annonce, puisque sa proposition de valeur est validée par les plus grands. Il lui faudra en revanche monter en puissance si elle veut pouvoir se faire une place à l’ombre des géants.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire