Accueil Enjeux [French Tech] Les cleantechs doublent la mise, l’hydrogène en tête

[French Tech] Les cleantechs doublent la mise, l’hydrogène en tête

par Etienne Henri
cleantech french tech

[C’est à peine croyable. En 2021 les startups françaises de la transition énergétique ont séduit les investisseurs comme jamais. Et 2020 était déjà considérée comme exceptionnelle… En doublant la mise, les pépites du secteur confirment que leur activité n’est plus simplement une affaire de greenwashing mais bien un business à part entière. Ainsi, Back Market, Neone et Lhyfe (hydrogène) entrent de plain-pied dans la cour des grands !]

Et si les entreprises écoresponsables n’étaient plus une simple lubie de citoyens engagés, mais bien un vecteur reconnu de croissance ? Les derniers chiffres de la French Tech sont formels : l’année passée, ces entreprises ont séduit comme jamais les investisseurs.

L’investissement dans les cleantechs a dépassé les 2,3Mds€ en 2021

Battant tous les records, l’investissement dans les cleantechs a dépassé les 2,3 Mds€ en 2021. Pour les analystes, il s’agit d’une progression inattendue. Les chiffres à peine tombés, Sophie Paturle-Guesnerot, la présidente de la commission climat de France Invest, confiait dans Les Echos que ce montant était un palier « que nous ne prévoyions pas d’atteindre aussi vite ».

Il faut dire qu’en 2020, qui était déjà considérée comme un grand cru en figurant dans le top 3 des années les plus profitables, les startups de la transition énergétique et écologique n’avaient levé qu’un peu plus de 1 Md€. En doublant la mise, les pépites du secteur confirment que leur activité n’est plus simplement affaire de greenwashing et de subventions publiques, mais intéressent de plus en plus les actionnaires en quête de rendement. Petit tour d’horizon…

La consécration de l’économie circulaire

Le plus éminent représentant de la greentech française est sans conteste Back Market. Le spécialiste de la vente sur Internet de produits reconditionnés s’est illustré en effectuant deux tours de table qui ont porté ses levées de fonds à 725 M€.

Le dernier tour, bouclé auprès de Sprints Capital, Eurazeo, Aglaé Ventures, General Atlantic et Generation Investment Management, a permis à la valorisation de l’entreprise de dépasser les 5,1 Mds$. Back Market continue ainsi sa route vers le tant convoité statut de décacorne (entreprise valorisée plus de 10 Mds$).

Back Market continue ainsi sa route vers le tant convoité statut de décacorne

Il faut dire que la trajectoire de l’entreprise a de quoi faire rêver les plus célèbres des places de marché. Fin 2021, Back Market comptait plus de 6 millions de clients, alors qu’ils n’étaient que 1,5 million en juillet 2019. Est-ce parce que la conscience écologique des Français est toujours plus forte, ou parce que la hausse quasi-continue des téléphones haut de gamme exclut toujours plus de consommateurs des catalogues de produits neufs ? Difficile de déceler dans les seuls chiffres les raisons fondamentales de cette croissance. Toujours est-il qu’avec une progression de 400 % de la base de clientèle en deux ans, la hausse de l’activité de Back Market écrase totalement celle d’Amazon.

Back Market souhaite d’ailleurs s’écarter progressivement du simple rôle de revendeur en ligne et compte « également poursuivre le développement d’une véritable expertise industrielle au profit des vendeurs partenaires comme le sourcing d’appareils et de pièces de rechange, les protocoles de test, la R&D… » L’entreprise pourrait ainsi devenir un acteur majeur de la chaîne de valeur du reconditionnement d’appareils électroniques, sur un marché estimé à 80 Mds$.

La décarbonation entre dans la cour des grands

Le secteur de l’économie circulaire n’est pas le seul à obtenir les faveurs des investisseurs. La production d’énergie décarbonée, un temps considérée comme une lubie d’activistes ou comme une occasion facile de vendre des entreprises surcotées sous couvert de greenwashing, a gagné une légitimité incontestable.

Le producteur d’électricité verte Neoen a ainsi levé 600 M€ l’année passée. Afin de changer d’échelle, l’entreprise a procédé à une augmentation de capital qui lui permettra de financer de nouveaux sites de production d’électricité propre. Avec une valorisation boursière de plus de 4 Mds€ et une cotation sur Euronext, elle ne fait plus vraiment figure de jeune pousse… mais elle prouve que la décarbonation intéresse désormais les investisseurs en quête de plus-value.

La décarbonation intéresse désormais les investisseurs en quête de plus-value

Il faut dire que son modèle d’affaires est idéal dans le contexte actuel. La hausse continue des prix spots du kWh électrique va augmenter mécaniquement son chiffre d’affaires. En parallèle, sa production d’électricité d’origine renouvelable, donc non soumise aux tensions d’approvisionnement sur le gaz, le charbon et le pétrole, se fera à coûts quasiment fixes. Pour les actionnaires, c’est la garantie d’un cycle vertueux favorables et de marges croissantes.

Le même dynamisme s’observe dans le secteur de l’hydrogène. Les investisseurs semblaient jusqu’à récemment préférer les startups logicielles au financement des efforts industriels. Et les quelques entreprises tricolores spécialisées dans cette énergie verte avaient des valorisations anecdotiques par rapport à celles des jeunes pousses du web. Mais là encore, la tendance est à l’inversion.

Lors de leur IPO (introduction en Bourse) en 2021, Hydrogène de France et Hydrogen Refueling Solutions (HRS) ont levé respectivement 151 M€ et 84,5 M€. Sur le non-coté, Lhyfe, une startup nantaise spécialisée dans la production d’hydrogène vert, a levé 50 M€ en 2021 complétés par un tour de table de 17 M€ en février 2022. Si l’enveloppe peut sembler modeste par rapport aux levées des stars de la French Tech, le potentiel de croissance de Lhyfe est loin d’être négligeable.

Lhyfe, prochaine IPO française dans l’hydrogène ?

La startup a en effet développé un algorithme propriétaire de gestion de l’intermittence des énergies renouvelables pour produire de l’hydrogène au moment où l’électricité est la moins chère et la plus abondante.

Malgré son jeune âge, elle fait partie des entreprises sélectionnées dans le cadre du « plan hydrogène » du président Macron qui consacre 7 Mds€ à l’émergence de champions français. En outre, grâce à son partenariat avec le Norvégien Nel, Lhyfe a accès à des électrolyseurs parmi les plus performants au monde.

sites production Lhyfe

Sur terre comme en mer, Lhyfe utilise les sources d’électricité intermittentes pour produire de l’hydrogène décarboné (photos : Lhyfe)

Attendez-vous donc à entendre parler de Lhyfe de plus en plus souvent : la startup a remporté mi-mars le Trophée Hydrogénies 2022 dans le cadre du concours récompensant les sociétés hexagonales les plus prometteuses du domaine. Avec un doublement de ses effectifs tous les six mois, le statut de licorne et l’IPO ne sont certainement pas loin.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire

×

Hello!

Click one of our contacts below to chat on WhatsApp

× Comment puis-je vous aidez ?