Accueil A la une GF vs TSMC : le combat de titans que tout le monde paiera

GF vs TSMC : le combat de titans que tout le monde paiera

par Etienne Henri
tsmc hardware

Des milliards de dollars, voire des dizaines de milliards, c’est l’enjeu de la bataille judiciaire qui s’est ouverte la semaine dernière entre le fondeur GlobalFoundries, ancienne fonderie d’AMD jusqu’en 2009, et son rival Taïwan Semiconductor Manufacturing Company (TSM -US8740391003).

GF a assigné TSMC en justice et a demandé l’interdiction immédiate de la vente d’un grand nombre d’appareils électroniques contenant des puces produites par ce dernier aux Etats-Unis et en Allemagne.

Il y a peu, le feuilleton judiciaire entre Apple et Samsung, qui se battaient pour la domination du marché des smartphones, avait déjà fait couler beaucoup d’encre. Il avait duré sept ans et conduit le Coréen à écoper d’une amende record de 1 Md$, avant de se solder par un accord surprise.

Vu les événements de ces derniers jours, la nouvelle escarmouche de l’Occident vers l’Asie risque de faire passer cette première joute judiciaire pour un simple malentendu industriel.

Une attaque d’une ampleur inégalée 

TSMC et GlobalFoundries sont les travailleurs de l’ombre de l’industrie électronique. Ils fabriquent les circuits électroniques qui sortent des bureaux d’études de presque toute la planète. La production de puces est une activité extrêmement concurrentielle, techniquement complexe et gourmande en capital : rares sont les entreprises ayant gardé ce savoir-faire qui s’est concentré depuis les années 1980 dans les mains d’une poignée d’acteurs mondiaux.

Mes contacts dans l’industrie du semi-conducteur n’ont eu qu’un nom à la bouche quand je les ai interrogés sur cette attaque-suicide de GF…

En tant que consommateur, vous n’achetez pas directement à TSMC mais vos poches, bureaux et tiroirs regorgent sans doute d’appareils électroniques qui contiennent des puces sortant de ses lignes de production.

Parmi les 460 industriels de renom qui s’appuient sur l’excellence de TSMC, on compte entre autres Apple, Nvidia, Broadcom et Qualcomm. Autant dire que l’ensemble de la filière tech est potentiellement concernée par la plainte.

Si la demande d’embargo était accordée par la justice, le coût annuel pour TSMC se chiffrerait en milliards de dollars… et le coût pour l’économie réelle en dizaine de milliards !

Quelle mouche a piqué GlobalFoundries ?

Les analystes du secteur restent pensifs face à une telle offensive. Ces derniers mois, les fondeurs se battaient plutôt sur le front de la course à la finesse pour obtenir une suprématie économique, et le consommateur était le grand gagnant de cette fuite vers l’excellence.

En déplaçant l’offensive sur le terrain judiciaire, GlobalFoundries fait le pari d’un match perdant-perdant où consommateurs, constructeurs de produits électroniques et économie réelle seront nécessairement des victimes collatérales.

Même en cas de gain de cause, il s’agira d’une victoire à la Pyrrhus qui laissera l’industrie high-tech exsangue et pourrait même conduire à des faillites. L’image de marque de GlobalFoundries en sortira nécessairement écornée.

Mes contacts dans l’industrie du semi-conducteur n’ont eu, lorsque je les ai interrogés sur cette attaque-suicide de GF, qu’un nom à la bouche en guise d’explication. Il s’agit, vous l’aurez peut-être deviné, de Donald Trump.

Qui d’autre serait capable, pour des raisons idéologiques, de nuire à des pans entiers d’une industrie pour le plaisir de faire souffrir un concurrent asiatique ? La firme de Sunnyvale, en Californie, était déjà le n°2 mondial de la fonderie et n’avait aucun besoin de s’attaquer au n°1 TSMC de manière aussi frontale.

Faut-il prendre la procédure au sérieux ?

Les insiders ne savent aujourd’hui pas comment interpréter cette action en justice. Etant probablement téléguidée par la Maison-Blanche, il est trop tôt pour savoir s’il s’agit d’un simple coup de bluff médiatique ou si l’administration Trump ira au bout de sa logique, quitte à nuire à sa propre économie.

Impossible aujourd’hui de savoir l’impact qu’aura cette procédure judiciaire…

Impossible par conséquent aujourd’hui de savoir l’impact qu’aura la procédure judiciaire sur GlobalFoundries, TSMC et ses principaux clients, Apple et Nvidia en tête. Même les traders ne savent pas sur quel pied danser : l’action TSMC est restée stable entre 246 et 254 TWD depuis le 1er août, tout comme celles d’Apple et de Qualcomm.

Il faudra certainement attendre les premiers retours de l’appareil judiciaire pour se faire une idée de la gravité de la situation. En cas de classement sans suite, l’industrie électronique pourra continuer à mener à bien ses petites affaires. Dans le cas contraire, les dégagements de traders pourraient être violents sur les titres des entreprises concernées.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire