Accueil A la une GlobalCoin : Facebook s’entoure pour battre cryptomonnaie

GlobalCoin : Facebook s’entoure pour battre cryptomonnaie

par Etienne Henri
facebook globalcoin

Le projet de cryptomonnaie GlobalCoin pourrait être le plus important que Facebook ait mené depuis la vente d’encarts publicitaires qui a fait sa fortune…

La cryptomonnaie de Facebook, dont nous vous parlions dès l’année dernière, est sur le point de voir le jour.

Ces dernières semaines, les représentants de Facebook ont fait la cour aux institutions monétaires et aux administrations occidentales pour montrer patte blanche et s’assurer, autant que possible, de leur bienveillance envers leur futur GlobalCoin.

La prudence que déploie la direction de Facebook est à la hauteur des ambitions autour de GlobalCoin : ce projet pourrait être le plus important que Facebook ait mené depuis la vente d’encarts publicitaires qui a fait sa fortune.

Quand Facebook se rachète une virginité

Nous ne comptons plus les scandales autour de la gestion de la vie privée chez Facebook. Entre l’utilisation massive d’algorithmes pour sélectionner les informations qui apparaissent à l’écran, le stockage et l’étude systématique de tous les contenus mis en ligne (qu’ils soient publics ou privés) et la politique douteuse de revente de données personnelles à des entreprises tierces, la firme s’est taillé une réputation de Big Brother qu’il sera difficile d’effacer.

Il le faudra, cependant, pour convaincre les 2,3 milliards d’utilisateurs du réseau social de lui confier, après leurs informations les plus intimes, leur argent.

Récemment, Mark Zuckerberg s’est fendu d’annonces inhabituelles indiquant que le respect de la vie privée était la nouvelle priorité de son entreprise. Pour compléter ces déclarations de bonnes intentions, Facebook aurait décidé de déléguer à une fondation tierce la gestion du GlobalCoin.

Avec ce tour de passe-passe, M. Zuckerberg réussit un formidable numéro d’équilibriste. Impliquer une personne morale tierce permettra à Facebook de continuer à collecter et monétiser les données personnelles de ses utilisateurs, tout en clamant que sa monnaie virtuelle est complètement indépendante de ces pratiques régulièrement contestées par les autorités.

La mini-blockchain du GlobalCoin

 Et qu’y a-t-il de mieux qu’une entité extérieure pour garantir une totale indépendance ? Cent entités différentes !

La fondation qui gèrera le GlobalCoin distribuera sa base de données entre 100 acteurs (institutions financières, entreprises technologiques) qui pourront, en l’échange d’une contribution pécuniaire, héberger un des nœuds de la blockchain GlobalCoin.

La responsabilité de l’intégrité des transactions n’incombera donc pas à la fondation mais aux cent généreux hébergeurs.

L’usage de la technologie Blockchain aurait été inutile si Facebook avait gardé la main sur les données : PayPal, qui fournit un service équivalent, s’en passe très bien. Avec cette ébauche de décentralisation, Facebook justifie a minima l’implémentation d’une blockchain.

Solliciter cent entreprises n’est d’ailleurs pas qu’une manière de diluer les responsabilités, c’est aussi un formidable moyen de lever des fonds. Comme l’anticipait avec justesse Edern Rio il y a quelques semaines, le GlobalCoin sera présenté comme un stablecoin (un jeton numérique dont la valeur est garantie par des actifs tangibles).

Avec un ticket d’entrée à 10 M$ pour posséder un nœud de la blockchain, Facebook prévoit de lever 1 Md$ qui resteront au capital de la fondation et garantiront la valeur du milliard de GlobalCoin qui seront créés.

Quelles conséquences pour vos investissements ?

Pour Barclays, l’activité de paiement en ligne pourrait rapporter à Facebook jusqu’à 19 Mds$ par an…

Pour Barclays, l’activité de paiement en ligne pourrait rapporter à Facebook jusqu’à 19 Mds$ par an si elle se développe – un chiffre tout à fait crédible puisqu’il représente moins de 8 $ par an et par utilisateur actif. A moins d’avoir l’intention d’investir 10 M$ pour acheter un nœud de la blockchain, votre seul moyen de jouer le GlobalCoin est de parier sur Facebook et ses actions cotées sur le NYSE.

Je dois vous dire, cher lecteur, que cette diversification a piqué ma curiosité d’investisseur. Si je vous ai souvent mis en garde contre l’usage abusif de la technologie Blockchain pour des raisons marketing, l’euphorie du Bitcoin finalement utilisé au quotidien par peu de personnes, et le côté éphémère des réseaux sociaux, le GlobalCoin pourrait être la variable supplémentaire qui donne un sens à toute cette équation.

L’expérience asiatique montre que les paiements en ligne peuvent rapidement être adoptés par l’ensemble de la population et balayer en quelques mois des habitudes monétaires que l’on pensait immuables.

Le fait que Facebook soit un réseau social considéré comme ringard par les nouvelles générations n’est pas un problème, si elles continuent à l’utiliser pour échanger des messages… et bientôt des paiements.

Tant que la vente de publicités en ligne sera la seule source significative de revenus de Facebook, je resterai à l’écart de l’action qui est très chère pour un titre dont la croissance ne cesse de ralentir (+8 % d’utilisateurs actifs entre début 2018 et 2019, contre +17 % entre 2016 et 2017 et +13 % entre 2017 et 2018).

En revanche, si GlobalCoin voit le jour et que votre épicier préféré commence à l’adopter, n’hésitez plus : ce sera le signe que la révolution du paiement mobile arrive chez nous, et que Facebook a atteint le Panthéon des utilities avec un service indétrônable.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

1 commentaire

Ibrahim FERRER Nava 15 juin 2019 - 14 h 59 min

Excelente

Reply

Laissez un commentaire