Accueil Innovation et vie quotidienne Le grand saut

Le grand saut

par admin

L’été arrive tranquillement, la vie est douce, et les volumes échangés sur les marchés financiers sont de plus en plus faibles. Le temps des vacances est arrivé. Mais bientôt les marchés financiers anticiperont les grands événements que sont la rentrée et la nouvelle année.

En Europe, les problèmes persisteront autour du surendettement des Etats, mais il semblerait que, depuis peu, les marchés soient lassés et ne réagissent plus à ces mauvaises nouvelles. Gare au retour de bâton !

En Grande-Bretagne, les menaces qui pèsent sur l’économie du pays découragent les marchés qui comptent sur de nouvelles stimulations monétaires.

Rien de bon à attendre des perspectives économiques japonaises ou chinoises. Le Kabuto Cho se prépare au doublement de la TVA, et la République populaire pourrait voir se développer une crise immobilière.

Les Etats-Unis sont devant toute une série d’échéances importantes, dont la plus importante sera l’élection présidentielle. La course au coude à coude des deux candidats ne devrait pas particulièrement influencer les marchés boursiers.

L’augmentation du plafond de la dette d’environ 15 000 milliards de dollars actuellement à environ 17 000 milliards de dollars aura plus de conséquences. La limite est déjà presque atteinte et son augmentation déclenchera des discussions houleuses au Congrès qui ne manqueront pas d’attirer l’attention des marchés sur le niveau absurdement élevé de l’endettement public du pays. Le déficit budgétaire est financé exclusivement par la planche à billets.

En début d’année viendra le temps des “sauts de falaises”. Toute une série d’allégements fiscaux mis en place de manière temporaire pour stimuler l’économie vont prendre fin et, comme prévu, les coupes dans les dépenses vont automatiquement prendre effet.

Wall Street se demande si ce changement brutal, appelé “fiscal clip”, sera un frein pour la croissance, car cela pourrait coûter environ 4 à 5 points du produit intérieur brut. Cela va contraindre le ministre des Finances à faire quelques “sauts” qui pourraient s’avérer périlleux pour maîtriser cet écueil fiscal. Mais, sans doute, ce seront encore les assouplissements monétaires qui  seront considérés comme un moindre mal.

Le 27 janvier 2010, Obama avait proposé comme remède à cette déroute le doublement des exportations américaines jusqu’en 2015. Comment s’est traduite cette bonne idée dans la réalité ? Le graphe ci-dessous parle de lui-même.

Graphique du Dollar Index

Le solde net du commerce des biens et services (exportations moins importations), en terme réel (c’est-à-dire après la déduction de l’inflation) est profondément dans le moins (ligne rouge).

Même la baisse de l’indice du dollar pondéré (ligne bleue) n’y a rien fait. Le FMI s’attend à une croissance du PIB américain de, respectivement, 2% et 2,3% pour 2012 et 2013. Pour l’Allemagne, le FMI pronostique une croissance de 1% (contre 0,6% jusqu’à maintenant) pour 2012, et pour 2013, un plus de 1,4% (1,5%). Le gouvernement français a abaissé ses prévisions de croissance à 0,3% en 2012 et à 1,2% en 2013.

Conclusion : le surendettement ne permet pas d’espérer une meilleure croissance du PIB. La politique monétaire restera ultra-expansive. Prudence sur les marchés obligataires. Les marchés boursiers rencontreront de nouvelles difficultés. Les métaux précieux sont toujours une alternative de placement.

Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d’expérience des marchés et de l’économie. Vous pouvez retrouver ses analyses sur le site www.fairesearch.de

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire