Accueil Santé et Biotech Les grands laboratoires insistent : il vous faudra une troisième dose de vaccin

Les grands laboratoires insistent : il vous faudra une troisième dose de vaccin

par Ray Blanco
vaccin Covid-19

[La vaccination devient obligatoire dans certains pays, et avance à un bon rythme dans d’autres. Mais les principaux producteurs de vaccins pensent déjà à la suite. Que faire, une fois tous les habitants des pays riches vaccinés ? Pfizer et Moderna prévoient déjà une troisième dose, mais avec appréhension. Elle pourrait en effet être un bon point d’entrée sur le marché pour des laboratoires concurrents. Les gagnants de la troisième dose seront-ils des nouveaux venus ? Rien n’est joué…]

Alors qu’environ 46% des Américains sont entièrement vaccinés, ils meurent tous d’envie de revenir à la normalité.

Et dans un contexte où les Etats lèvent l’obligation de porter le masque, on a l’impression de sortir enfin de cet épisode noir du COVID-19.

Mais les fabricants lancent des mises en garde… « Hep, pas si vite ».

Les PDG de Pfizer et Moderna ont communiqué combien de temps, selon eux, les vaccins contre le COVID-19 pourraient faire effet, et ils ont déclaré que les Américains auraient besoin d’un « booster » (un rappel) dès le mois de septembre pour prolonger l’immunité.

Ces deux laboratoires ont déjà commencé à tester les doses de rappel, afin de se préparer rapidement à un déploiement.

Toutefois, même s’ils ont aidé le monde grâce à leurs vaccins, je ne peux m’empêcher de me demander si ce rappel n’est pas simplement une occasion de gagner de l’argent.

Après tous, ils pourraient rapporter des milliards de dollars de profits.

Alors, est-ce qu’une troisième dose est nécessaire, ou bien est-ce une démarche visant à augmenter les ventes ?

Voici ce que nous savons…

La stratégie à long terme du « booster »

Je ne vais pas accabler Pfizer et Moderna sous prétexte qu’ils gagnent de l’argent grâce à leurs vaccins.

Ils ont pris d’énormes risques… Le développement de médicaments entraine des coûts financiers énormes, et si le vaccin n’avait pas fonctionné, cela aurait pu avoir d’énormes conséquences sur leur réputation.

Au bout du compte, les entreprises ont besoin de gagner de l’argent et rien, à cette échelle, ne peut être gratuit.

Pour autant, je comprends que les gens puissent être contrariés que Pfizer et Moderna aient vendu leurs vaccins moyennant un profit. Pfizer prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 26 Mds$ rien que sur les ventes de son vaccin, et Moderna de 18 Mds$, environ.

Alors que seulement 10% de la population mondiale a été entièrement vaccinée, et que 0,9% de celle qui vit dans les pays à faible revenu a reçu au moins une dose, on pourrait croire que Pfizer et Moderna ont encore de nombreux marchés dans lesquels puiser au cours des prochaines années.

Mais on ne dirait pas que ce soit la stratégie suivie par Pfizer et Moderna.

Au contraire, ils envisagent une méthode bien plus éprouvée, pour gagner de l’argent au cours des années à venir. Ni l’un ni l’autre n’a indiqué le coût d’un vaccin de rappel. Mais les prix actuels feraient augmenter leur chiffre d’affaires annuel de 50%, sur le long terme.

Bien que les experts pensent que les rappels pourraient être nécessaires, au bout du compte, certains scientifiques des CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, aux Etats-Unis) et de l’Organisation Mondiale de la Santé déclarent qu’il est trop tôt pour dire s’ils sont nécessaires. Surtout alors qu’une bonne partie de la population mondiale n’a pas été vaccinée du tout.

Le fait d’offrir une troisième dose alors que la plupart des gens n’en ont reçu aucune est d’une moralité contestable, sans aucun doute, mais prévoir de futures sources de revenus, et faire plaisir aux actionnaires, c’est ce que font les entreprises telles que Pfizer et Moderna.

Et même si vous ne détenez pas des actions Pfizer ou Moderna, les rappels représentent une opportunité de gain pour d’autres entreprises…

Une concurrence grandissante

Au moment où je rédige ces lignes, certains scientifiques testent l’efficacité du croisement de différents vaccins, ce qui veut dire que si vous deviez avoir un rappel, vous n’auriez peut-être pas besoin de conserver la même marque que celle de vos premières et deuxièmes doses.

Cela permettrait à d’autres fabricants de vaccin de se faufiler sur ce marché. Par ailleurs, les sociétés qui gagnent de l’argent grâce au coronavirus ont la quasi-garantie de voir leurs actions s’envoler.

Comme cela a été le cas pour Novavax… dont les actions ont flambé des alentours de 65 $ en juin, à plus de 300 $ lors de la publication de données positives concernant son vaccin en février 2021. Et il n’a même pas encore été lancé !

Alors il n’est pas surprenant que Pfizer et Moderna veuillent mettre la main sur la vente des rappels avant tout le monde.

Je ne suis pas médecin… Je ne peux dire si, oui ou non, vous devriez faire un rappel en septembre. La décision vous appartient.

Comme les données relatives au COVID-19 évoluent extrêmement vite, nous devrions savoir avec plus de certitude, dans le courant du mois prochain, si ces rappels sont ou non nécessaires.

Toutefois, le marché n’est pas révolu, pour les valeurs gagnantes de ce secteur.

Et, en fait, je pense que d’autres vont grimper, d’ici le déploiement des rappels.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire