Accueil Innovation et vie quotidienne Ce qui fera les gros titres de la presse en octobre

Ce qui fera les gros titres de la presse en octobre

par admin

A ce rythme, c’est au plus tard mi-octobre que le compteur dépassera le plafond légal de 16 700 milliards de dollars, ce qui provoquera une nouvelle crise.

Comme à l’habitude commenceront alors des débats houleux au Congrès américain. Jusqu’ici, toutes les négociations budgétaires entre républicains et démocrates n’ont pas apporté la moindre solution. Les républicains sont fortement opposés à toute augmentation des dépenses et demandent même des coupes budgétaires, ce qui est rejeté par le gouvernement. La nouvelle année fiscale commence le 1er octobre 2013 et un accord devra être trouvé avant le 30 septembre prochain pour ne pas jeter un nouveau trouble sur l’économie.

Par expérience, on sait qu’un accord sera finalement trouvé à la dernière minute, après des négociations serrées. Ainsi les marchés seront impressionnés par la volonté de désendetter des Etats-Unis.

Ces négociations à court terme ne servent cependant qu’à éviter de discuter du véritable problème, catastrophique à long terme, posé par l’envolée de la dette publique. D’ici la fin du mandat du président Obama, dans trois ans, le montant officiel de la dette publique va probablement atteindre 22 000 milliards de dollars et 30 000 milliards en 2020.

D’après le bureau budgétaire indépendant du congrès (CBO), le gouvernement fédéral américain va payer cette année 220 milliards d’intérêts et 823 milliards en 2023. Le service de la dette (intérêts plus amortissements) va devenir un obstacle économiquement insurmontable.

Corrélation entre évolution prix dette américaine et prix de l'or

Depuis plus de 10 ans, on peut observer une corrélation étroite entre le plafond de la dette et les cours de l’or. Au cours des derniers 24 mois, cette corrélation s’est quelque peu distendue et le prix de l’or est à la traîne. Mais avec une dette publique prévue à 22 000 milliards d’ici fin de 2015 et qui continuera à grimper vers les 30 000 milliards d’ici 2020, cela poussera le prix des métaux précieux considérablement plus haut.

Conférence Bourse

Conclusion : les marchés doivent anticiper une remontée des rendements d’obligations et une volatilité accrue du cours des actions. L’évolution de la dette fera pression sur le dollar et fera monter le cours de l’or.

Pour aller plus loin aujourd’hui : le bain de sang sur les minières est-il terminé ?
– Les mines rebondissent… après avoir été massacrées depuis le printemps et la chute brutale des cours des métaux précieux. Ce rebond est-il durable ? C’est la question que se pose Simone Wapler dans sa dernière Stratégie. Je vous livre une partie de sa réflexion : « Les minières sont un jeu qui en vaut la chandelle car ce que nous visons, c’est un effet de levier par rapport au cours de l’or. L’effet de levier sera d’autant plus important qu’il y aura moins d’or physique disponible sur le marché au moment même où la demande va s’emballer. Je parle au futur alors que c’est ce qui est en train de se produire« .

« Les mines ferment les unes après les autres leurs projets rentables et gèlent leurs programmes d’exploration. Aujourd’hui le marché cote les minières comme si ces entreprises valaient zéro. Le marché est d’ailleurs parfaitement logique puisque le coût de revient d’extraction d’une once est de 1 500 $ (coûts d’extraction + exploration + maintenance + salaires de l’encadrement) et que l’once se vend moins de 1 400 $)« . La suite de l’analyse de Simone ainsi que ses recommandations pour profiter de la faiblesse des cours de l’or et des minières sont dans sa dernière Stratégie.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire