Accueil A la une Huawei: la guerre de la 5G se précise

Huawei: la guerre de la 5G se précise

par Ray Blanco
5G Huawei

Alors que le Donald Trump et Xi Jinping étaient réunis à un dîner diplomatique, le Canada arrêtait Meng Wenzhou pour le compte des Etats-Unis. Meng est bien plus que la directrice financière de Huawei, c’est la fille de son fondateur et l’héritière de l’empire du géant de la tech chinoise.

La guerre commerciale est une guerre technologique

On parle beaucoup de guerre commerciale, mais au fond il vaudrait mieux parler d’une guerre technologique.

On parle beaucoup de guerre commerciale, mais au fond il vaudrait mieux parler d’une guerre technologique. L’enjeu est celui de la domination technologique alors que la 5G, l’intelligence artificielle et l’informatique quantique s’apprêtent à transformer le monde en profondeur.

Les Etats-Unis accusent la Chine de voler ses secrets technologiques par le biais de l’espionnage industriel et d’opérations de piratage informatique, ainsi que par des pratiques commerciales déloyales comme l’obligation d’un transfert technologique pour pouvoir s’introduire sur le marché chinois.

Ces accusations ne sont pas sans fondement. J’ai vu des entreprises américaines très prometteuses travailler sur des technologies de rupture et perdre 90 % de leur valeur suite au vol de leurs technologies par des partenaires chinois, qu’ils soient contrôlés directement ou non par le gouvernement. Les copies lancées leur ont rapporté des centaines de millions de dollars.

C’est ce qui est arrivé à l’entreprise American Superconductor (US0301112076 – AMSC) en 2010 et en 2011 quand son partenaire chinois à corrompu un de ses employés et que celui-ci a livré le code informatique pour optimiser le fonctionnement des turbines éoliennes.

L’entreprise chinoise avait alors refusé de payer les livraisons précédentes, avait intégré le code dans ses process et avait détruit la valeur d’AMSC.

ASMC graphe Bourse

Interdiction de Huawei : la liste des pays s’allonge

 D’autres pays s’alignent sur cette position en interdisant sur leur territoire le matériel de l’équipementier chinois.

Les Etats-Unis contre-attaquent et la guerre technologique s’intensifie alors que de nouveaux secteurs arrivent à maturité. La 5G sera l’une des tendances les plus importantes de 2019.

Huawei est le champion de la 5G chinoise. Mais souvenez-vous, un peu plus tôt cette année, une des petites sœurs de l’entreprise s’est presque effondrée lorsque l’administration Trump lui a interdit l’utilisation d’Android et des puces Qualcomm. En levant ces sanctions, Trump avait alors sauvé ZTE.

Désormais, il est clair que Huawei est interdit de séjour aux Etats-Unis. L’administration Trump considère que la 5G est un double enjeu : d’une part de sécurité nationale, d’autre part de compétitivité.

Et d’autres pays s’alignent sur cette position en interdisant sur leur territoire le matériel de l’équipementier chinois car il est potentiellement une porte dérobée qui permettra à la Chine d’espionner le monde entier.

Le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ont fait ce choix. Potentiellement, le Royaume-Uni les suivra, la Canada, l’Inde et l’Italie vont faire de même.

[NDLR : En France, si l’actuel ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a déclaré haut et fort que Huawei était le bienvenu, on constate que les équipements les plus sensibles, le cœur de réseau, n’ont jamais été confiés à l’équipementier chinois.]

Ce blocage de Huawei dans une grande partie du monde signifie que les compagnies américaines comme Qualcomm (US7475251036 – QCOM) et européennes comme Ericsson (US2948216088 – ERIC) ou Nokia (FI0009000681 – NOKIA) auront plus de facilité à dominer le marché aux Etats-Unis mais également dans d’autres grands marchés.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire