Accueil Energies et transports L’hydrogène fossile existe

L’hydrogène fossile existe

par Edern Rio
L’hydrogène fossile existe Les Notes d’Edern Rio

Quiconque a un peu creusé le sujet à la mode de l’hydrogène comme énergie a compris qu’il fallait absolument le manufacturer. En effet, si l’hydrogène est la matière la plus abondante de l’univers, il est difficile d’en trouver dans l’atmosphère car sa légèreté l’envoie directement vers la stratosphère, puis vers l’espace.

Il faut donc le fabriquer d’une manière ou d’une autre, ce qui n’est pas très compliqué. Un simple électrolyseur alimenté par un courant électrique permet de décomposer de l’eau (H2O) en oxygène (O2) et hydrogène (H2).

Cependant, la question du coût de production se pose… et c’est là que les détracteurs de ce vecteur taclent, la production serait peu efficiente et trop coûteuse. Laissons pour l’instant ce débat de côté car… il y a de l’hydrogène dans les sous-sols !

Le premier sommet dédié à l’hydrogène naturel (H-Nat 2021) s’est tenu début juin et a permis de mettre en lumière cette réalité oubliée pendant des mois de débat. Nous le savons pourtant depuis les années 1980 où des gisements avait été constatés pour la première fois, notamment dans les champs pétrolifères. Mais comme personne n’en avait l’utilité, l’information était restée confidentielle.

Il existe pourtant déjà des sites d’exploitation, comme en Australie où le pétrolier Santos extrait du gaz naturel, de l’hydrogène et de l’hélium ; ou encore au Mali où un petit site exploité par Hydroma produit de l’hydrogène pur à 98% depuis 2011.

Avec l’engouement pour l’hydrogène propulsé par la transition énergétique, cette ressource qui était jusqu’ici perdue attise de nouveau l’intérêt. La preuve : ce sont plus de 750 professionnels issus de la recherche et de l’industrie qui se sont réunis au début du mois. L’enjeu est de taille car un hydrogène naturel aurait un coût d’extraction théorique autour de 1,3 € le kilo, bien moins cher que l’hydrogène gris (et polluant) qui coûte environ 2 €, sans parler de l’hydrogène vert dont le prix de revient est plutôt de 6 € aujourd’hui.

Reste à savoir s’il y en a beaucoup et s’il sera aisé de l’exploiter. En outre, il semblerait que l’hydrogène « naturel » serait assez différent d’autres énergies fossiles. En effet, sa génération se ferait beaucoup plus vite. On la compterait en dizaines d’années et non en millions, comme c’est le cas pour les hydrocarbures.

Alain Prinzhofer, géologue à l’Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (IFPEN), pionnier et spécialiste du sujet, déclarait lors du sommet : “Il faut considérer l’hydrogène naturel comme un flux et non un stock.” Cette caractéristique unique permettrait ainsi de le faire entrer dans la catégorie nouvelle des “énergies renouvelables fossiles” !

Quoi qu’il en soit, voilà une mission idéale pour des industriels spécialistes de l’extraction de gaz et de liquides dans la croûte terrestre. Gageons que nous en entendrons parler ! Pour aller plus loin sur ce sujet, le dossier consacré au sujet dans Industrie et Technologies est très bien fait.

La transition énergétique va modifier profondément nos sociétés et certains en sortiront beaucoup plus riches. Il suffit de savoir dans quelle entreprise.

 

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire