Accueil Santé et BiotechADN & génétique L’imprimante à ADN de DNA Script vaut déjà son pesant d’or

L’imprimante à ADN de DNA Script vaut déjà son pesant d’or

par Etienne Henri
impression 3D ADN

[Véritable code source des cellules, l’ADN est la base du vivant. C’est également un support incontournable pour bon nombre d’activités. Recherche scientifique, thérapie génique, vaccins et même stockage d’informations, le besoin en ADN sur mesure n’est plus à prouver. Problème : la production reste encore laborieuse et coûteuse. Mais l’impression 3D s’emploie à y remédier. Sur ce créneau une petite biotech tricolore se démarque et elle a déjà l’étoffe d’une licorne…]

L’impression 3D ne sert pas uniquement à imprimer des poignées de porte pour les particuliers en mal de pièces détachées, des pièces mécaniques impossibles à usiner pour l’industrie de pointe ou des armes à feu indétectables aux rayons X.

Elle peut également être utilisée pour créer des molécules organiques complexes. De la même manière que du plastique peut être fondu pour former, couche après couche, des structures en trois dimensions, les acides aminés peuvent être manipulés pour créer n’importe quelle séquence selon un programme établi à l’avance.

A la clé, la création sur mesure du code génétique du vivant : l’ADN.

Une entreprise française, DNA Script, a développé une machine clé en main permettant de créer à la demande des brins d’ADN à partir d’un simple séquençage génétique. Son objectif est d’offrir aux biotechs du monde entier la possibilité de produire en quelques heures des fragments génétiques pour mener à bien leurs expérimentations.

Tout cela est d’autant plus enthousiasmant que DNA Script vient de franchir cet automne une nouvelle étape dans son développement avec une levée de fonds d’ampleur inédite.

Les multiples usages de l’ADN 

Véritable code source des cellules, l’ADN est la base du vivant.

Sa production à la demande est la clé de nombreux usages : recherche scientifique, thérapie génique, vaccins ou même le très futuriste secteur du stockage d’informations sur ADN – réputé plus fiable que bien des supports informatiques.

Jusqu’ici, la production de brins d’ADN se faisait dans des bioréacteurs spécialisés

Basé sur l’utilisation d’acides aminés, le code génétique est en effet particulièrement simple et résistant. Mais, pour pouvoir le produire à l’envi, il faut être capable de manipuler les nucléotides (briques élémentaires qui le composent) à la demande.

Jusqu’ici, la production de brins d’ADN se faisait dans des bioréacteurs spécialisés. En pratique, les entreprises envoyaient à leur sous-traitant la séquence d’ADN souhaitée et attendaient plusieurs jours (voire plusieurs semaines) avant de recevoir les fioles contenant les précieux brins commandés.

Avec l’impression à la demande, il sera bientôt possible de produire de l’ADN sur mesure directement sur la paillasse du laboratoire. A la clé : une réduction drastique des coûts et des délais pour obtenir l’indispensable patrimoine génétique, ainsi que la possibilité de court-circuiter entièrement l’étape de production pour l’internaliser. 

C’est cet objectif ambitieux qui a conduit à la création de DNA Script.

Le succès de DNA Script 

La promesse de la startup est d’offrir à ses clients la possibilité de générer de l’ADN à la demande à partir d’un simple fichier informatique décrivant la séquence voulue. Son procédé, protégé par une centaine de brevets, est capable, après un temps de préparation d’un quart d’heure (seulement), de produire en quelques heures n’importe quelle séquence génétique. Nul besoin de vous préciser que c’est une vraie prouesse technologique.

Ainsi, les clients se bousculent. Parmi eux, on retrouve Moderna, entreprise devenue particulièrement célèbre après avoir créé l’un des premiers vaccins à ARN contre le COVID-19. Mais ce n’est pas tout. On trouve aussi des centres de recherche, des développeurs de tests diagnostiques et des laboratoires travaillant sur la technologie CRISPR.

Clairement, DNA Script tire son épingle du jeu en proposant que la production de matériel génétique à la demande se fasse en interne. Directement sur site. En effet, avec son système SYNTAX, qui contient l’imprimante à ADN ainsi que l’ensemble des réactifs chimiques nécessaires, elle permet à ses clients d’éviter la coûteuse phase d’envoi de séquence génétique et d’attente du produit physique.

 

imprimante ADN SYNTAX DNA Script

Le système SYNTAX, imprime de l’ADN comme d’autres du plastique
Photo : DNA Script

Comme l’impression 3D, l’impression d’ADN n’a pas nécessairement vocation à devenir un outil de production de masse. Qu’importe, les besoins de la recherche pharmaceutique sont suffisants pour justifier, à eux-seuls, l’achat de machines de production rapide.

Elles permettent en effet de raccourcir drastiquement les étapes de R&D. Or, à part lors des périodes de type « quoi qu’il en coûte » – comme ce fut le cas pendant la pandémie –, la recherche médicale est à la merci des coûts et des délais. Faire disparaître cette problématique permettra à de nombreux acteurs des progrès considérables tout en soulageant leurs budgets de fonctionnement.

Une valorisation qui s’envole 

DNA Script a bouclé fin octobre un tour de table de 142 M€. Il fait suite à une série B effectuée en deux étapes en 2019 et 2020, lors de laquelle l’entreprise avait levé 35 M€ pour affiner sa technologie. Cette nouvelle levée a été rendue possible par la pré-commercialisation en début d’année des premières machines SYNTAX. Pour son P-DG, Thomas Ybert : « Les retours sont très positifs sur la proposition de valeur centrée sur la vitesse, la productivité et le contrôle. » 

Au total, DNA Script a levé plus de 236 M€

Avec cet afflux d’argent frais, l’entreprise va pouvoir concentrer ses efforts sur l’exportation, et plus particulièrement pour les Etats-Unis qui représentent près de 50 % du marché mondial de l’ADN de synthèse. La biotech devrait utiliser ces fonds pour augmenter sensiblement la taille de son équipe avec le recrutement d’une centaine de salariés destinés à la force commerciale et la R&D.

Les futurs clients, qui vont pouvoir court-circuiter la phase d’attente du matériel génétique, ne seront pas les seuls à se féliciter des progrès de DNA Script. Au total, l’entreprise a levé plus de 236 M€. Nul doute que Sofinnova Partners, qui avait mené le tour de table d’amorçage à hauteur de 2,5 M€ en 2016, se frotte les mains d’avoir investi dans cette future licorne française à la croissance si rapide.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire