Accueil Innovation et vie quotidienne Avis de tempête sur les marchés obligataires européens…

Avis de tempête sur les marchés obligataires européens…

par eberhardtunger

Au cours des huit premiers mois de 2010 et malgré toutes les incertitudes, le Bund-Future a maintenu, sans failles, sa tendance haussière. Par la suite, sur les quatre derniers mois de l’année, cette tendance s’est inversée et la baisse a même été plus loin qu’une simple consolidation.

Les rendements sur le Bunds 10 ans sont passés d’environ 2% à environ 3%. L’évolution du début 2011, affiche déjà quelques signaux d’alerte qui doivent être pris au sérieux. Le Bund-Future pourrait baisser vers les 100%.

Graphique des banques américaines

Les nombreuses prévisions économiques optimistes pour la zone euro, en particulier pour l’Allemagne, peuvent jeter des doutes quant à la stabilité des prix. La politique monétaire ultra-expansionniste de la BCE pourrait finalement déboucher sur une hausse du taux d’inflation en 2011.

Le fait qu’on ait exagéré cette préoccupation en 2010, ne veut pas dire que l’inflation ne sera pas un problème en 2011. De février 2010 à aujourd’hui, l’indice des prix à la consommation (IPCH) a augmenté de 0,9% à 2,2%.

La forte hausse des prix des matières premières va aussi dans le sens d’une nouvelle augmentation.

C’est seulement une question de temps jusqu’à ce que les sensibles marchés obligataires commencent à anticiper une hausse des taux directeurs. En effet, la BCE pourrait bien traîner les pieds, mais les marchés anticiperont cette hausse bien à l’avance. Du temps du deutschemark, la Bundesbank aurait probablement enclenchée le mouvement depuis quelques temps.

Au cours du premier semestre 2011, les banques doivent se refinancer à hauteur d’environ 400 milliards d’euros. Dans le même temps, les gouvernements doivent refinancés, eux aussi, environ 500 milliards d’obligations qui arrivent à terme. Par ailleurs, plusieurs centaines de milliards d’euros d’hypothèques devront aussi être refinancés.

Ces milliards d’euros à placer avec, dans le même temps, une aversion au risque des investisseurs qui augmente, débouchera très certainement sur une hausse des taux. Cela aggravera encore, en Europe, les problèmes de surendettement des pays industrialisés. Si ces difficultés débouchent sur la mise en place « d’obligations européennes », les Bunds ne pourront plus faire office de placements refuges.

Conclusion : les placements en obligations des pays européens à moyen/long terme sont trop risqués. Achetez le court terme. Les obligations à taux variable sont un placement alternatif.

Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d’expérience des marchés et de l’économie. Vous pouvez retrouver ses analyses sur le site www.fairesearch.de


Photo : artemuestra – Flickr

Articles similaires

Laissez un commentaire