Accueil A la une Intel profite de la pénurie de processeurs

Intel profite de la pénurie de processeurs

par Etienne Henri
Pénurie Processeurs Intel

Faut-il se préparer à un rationnement des produits électroniques ?

Une curieuse pénurie touche l’industrie high-tech depuis la fin de l’été.

Le géant Intel a annoncé fin septembre ne plus arriver répondre à la demande en micro-processeurs Core, ces puces électroniques qui donnent vie à nos ordinateurs personnels comme aux plus puissants serveurs informatiques du Cloud. 

La fin de la loi de Moore 

C’est désormais une certitude : la croissance exponentielle de la capacité des puces électroniques, telle que l’avait théorisée le co-fondateur d’Intel Gordon Moore, est terminée.

Les progrès d’Intel en matière de finesse de gravure, qui permet de mettre toujours plus de transistors (la brique élémentaire de la micro-électronique) sur une puce, sont en train de marquer le pas.

En effet, le fondeur a annoncé ne plus être en mesure de livrer ses clients en puces gravées avec une finesse de 14 nm. Afin de parer au plus pressé, une partie de sa production a été confiée à d’anciennes chaînes de gravure basées sur la génération 22 nm.

Ces deux annonces confirment que le nouveau processus de gravure en 14 nm n’est pas fiable, et que la direction n’espère plus régler ses problèmes à court terme.

Plus grave encore, la feuille de route d’Intel prévoyait il y a quelques années de maîtriser la gravure en 10 nm dès… l’été 2016 !

Voir, à l’automne 2018, le géant revenir vers sa gravure en 22 nm est un véritable aveu d’échec dont les répercussions seront multiples.

Pénurie Processeurs Intel

Alors que la gravure en 10 nm devait être prête il y a deux ans, Intel grave toujours certains micro-processeurs en 22 nm…
Crédit: Intel

Graver des processeurs moins finement rend ces produits plus gros, plus consommateurs d’énergie et moins puissants.

La taille accrue des puces diminue mécaniquement le rendement des chaînes de production qui travaillent à surface gravée constante, conduisant à une baisse de la production globale, et à la pénurie que nous connaissons actuellement.

Les puces du fondeur s’arrachent et les prix au détail ont explosés. Sur le seul mois de septembre, le prix des références les plus communes ont augmenté de 10 % à 40 %.

Quelles conséquences pour Intel ?

Comme souvent lorsque l’on assiste à des pénuries en début de chaîne de valeur, Intel (NASDAQ: INTC) ne sera pas le premier à souffrir à court terme de ces tensions sur le marché des processeurs.

Les puces du fondeur s’arrachent et les prix au détail ont explosés. Sur le seul mois de septembre, le prix des références les plus communes ont augmenté de 10 % à 40 %.

Sur l’entrée de gamme, la hausse est bien plus brutale : les processeurs Core i3 sont passés en quelques semaines de 109 $ à 175 $/pièce, soit une hausse de 61 % !

Visiblement, Intel n’a aucun mal à écouler sa production réalisée grâce à des technologies vieillissantes. Il ne s’agit donc pas, dans l’immédiat, d’une mauvaise nouvelle pour le fondeur.

A moyen terme en revanche, les choses pourraient être bien différentes.

Attention au passage de flambeau…

Comme je vous le disais en juillet, certains fondeurs commencent à produire en masse des puces gravées avec une finesse de 7 nm.

Il y a quelques années de cela, Intel était la référence mondiale en terme de finesse de gravure. Les autres fondeurs ne pouvaient que tenter de se battre entre eux pour la deuxième place.

Détrôner Intel n’était en aucun cas un objectif.

Aujourd’hui, Samsung et TSMC produisent de manière rentable des processeurs gravés en 7 nm. Les derniers iPhones d’Apple, qui se vendront sans aucun doute à des dizaines de millions d’exemplaires, utilisent notamment cette finesse de gravure pour leur processeur A12 Bionics.

Impossible pour Intel de prétendre que les lois de la physique rendent impossible toute gravure sous les 14 nm.

Si le fondeur reste assis sur ses lauriers du 22 nm, il risque fort de se faire détrôner par ses concurrents et de perdre son hégémonie sur le marché des ordinateurs personnels, des smartphones et des Data Center.

Fin août, AMD a annoncé faire des infidélités à sa propre spin-off Global Foundries au profit de TSMC pour assurer la gravure de ses prochaines générations de processeurs en 7 nm. Cette annonce, une véritable tempête dans le monde de la micro-électronique, est le signe que la course à la finesse sera l’élément déterminant de ces prochaines années.

En attendant qu’Intel, trop fier pour déléguer sa production à des tiers, rattrape son retard, les concepteurs de puces comme Apple et AMD pourront s’appuyer sur l’expertise de TSMC (US8740391003-TSM) pour vendre des produits ayant plusieurs générations d’avance.

Graphe Intel AMD Bourse hardware

L’inversion des tendances s’est confirmé cet été. Les investisseurs ont changé de camp, abandonnant Intel (en noir) au profit d’AMD (en rouge).

L’avenir s’annonce donc radieux pour le fondeur taïwanais qui – en hausse de +15 % depuis que nous vous l’avons recommandé –  continue de récolter les fruits de ses efforts de R&D.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire