Accueil Nouvelles technologies Quelles sont les armes du Japon face à la Chine ?

Quelles sont les armes du Japon face à la Chine ?

par admin

Savez-ce que l’on ressent lorsque se dresse devant vous un pays 25 fois plus grand que vous, 11 fois plus peuplé, et dont le taux de croissance a pu être 10 fois supérieur au votre ?

Au regard de ce tableau, on peut légitimement estimé que la France s’en sort bien. Par contre, le Japon est obligé de gérer cette situation au quotidien.

Nous avons observer l’essor de la Chine sur les marchés internationaux, en particulier des matières premières, à partir de l’année 2008, lorsque  les Jeux Olympiques de Pékin ont nourri nos fantasmes sur l’empire du milieu.

Mais pour ses voisins, la domination chinoise remonte à bien plus loin. Le Japon notamment a pris peur de l’essor de la Chine dès le début des années 2000. A l’heure où nous pensions tranquillement que l’Afrique était encore montre marché naturel d’exportation, où nous pensions ne pas avoir de problème de dette, et que la simple mot de guerre appartenait à l’époque révolue du XXème siècle, le Japon fourbissait déjà ses armes pour lutter contre les distorsions que la Chine allait créer sur les marché.

Aujourd’hui, je vous propose un portrait, celui du JOGMEC, le bras armé du Japon pour échapper à l’appétit chinois de matière première.

Une culture de la pénurie
On le sait, le Japon n’a aucune matières premières. Cela fait bien longtemps que les quelques gisements de charbon ont été épuisés. Le Japon est obligé de ne compter que sur son propre génie pour faire avancer son économie….quand la nature ne vient pas perturber ses plans. Je vous renvoie à mon edito de mercredi.

En 2004, Tokyo, voyant se dresser de l’autre côté de la mer de Chine son immense voisin, décide de créer le JOGMEC. Le JOGMEC, Japan Oil, Gas and Metals National Corporation, est le bras énergétique et minier du pays.

Il est doté d’un budget de 15 milliards d’euros, réparti entre métaux et énergie et recherche. Son rôle est simple.

  • 1 – Il soutient financièrement les entreprises japonaises à l’étranger

Pour citer que les projets les plus stratégiques, le JOGMEC a apporté sa garantie de prêt à la shosha (maison de trading)Marubeni pour acquérir 30 % de la mine de cuivre et d’or d’Esperanza au Chili, une des plus grande mine de cuivre du monde.

Il a également aidé la shosha Toyota Tsusho dans son investissement dans le salar de Jujuy en Argentine, aux côtés d’Orocobre pour produire du lithium, le metal indispensable aux voitures hybrides et électriques.

Le JOGMEC a été tout particulièrement actif pour sécuriser les approvisionnements en terres rares. Le pays a signé des accords au Kazakhstan, en Inde et au Vietnam. Le Japon devrait créer avec ce dernier un centre de recherche sur les terres rares basé à Hanoï. Il a également accompagné financièrement la société Sojitz pour conclure un accord avec la minirèe terres rares Lynas, ainsi que Sumitomo avec Molycorp, et Toyotsu (Toyota Tsuho Corporation) avec Matamec, qui développe un projet de terres rares lourdes au Canada.

  • 2 – Il passe des contrats de long terme

Ces contrats n’auraient sans doute pas intéresser tout de suite les entreprises, du fait de l’engagement à long terme nécessaire, et de l’incertitude financière du projet. Toutefois cet activisme permet au Japon de se positionner sur des marchés bien avant tout le monde, alors qu’aucune entreprises ne s’y intéresse.

Nous avons vu mercredi que le JOGMEC est un acteur clef dans la transition énergétique du pays, notamment pour l’aider à tourner la page du nucléaire. Mais le JOGMEC s’est engagé dans d’autres projets tout aussi innovant.

Ainsi à l’été 2013, le Japon a reçu un permis d’exploration de la part de l’AIFM, l’Autorité internationale des fonds marins, sur l’atoll corallien de Minamitorishima, situé dans les eaux internationales du Pacifique. Quelques mois plus tôt, des chercheurs de l’université de Tokyo, de l’Agence des sciences et technologies marines et terrestres et Mitsui Ocean avaient déclaré avoir identifier des gisements de terres rares qui seraient près de 20 à 30 fois plus concentrés que les concentrations des gisements chinois. Ni une ni deux, le JOGMEC est intervenu, notamment parce qu’il possède déjà le  navire nécessaire à l’exploitation de ces ressources, le HAKUREI, ainsi qu’un robot sous-marin, le Yomiuri Shimbun.

A côté de cet engagement, il gère les stocks stratégiques de métaux rares et indispensables (nickel, du chrome, du tungstène, du cobalt, du molybdène, du manganèse, du vanadium, de l’indium et du gallium ). Or à l’heure actuelle, aucune entreprise ne veut ou n’a les moyens de financer des stocks de matières. 

  • 3 – Il soutient la recherche

Il possède un centre de recherche sur les métaux, le Metals Technology Centre à Kosaka–Machi.

Mon conseil
Je vous conseille de suivre les grands investissements du JOGMEC dans le monde, c’est un bon indicateur des futures tendances sur le marché de l’énergie et des métaux.

S’il fallait choisir un investissement particulièrement important, je retiendrais l’investissement dans Lynas (LYSCF), la société australienne de terres rares qui espère produire des terres rares à partir du gisement de Mount Weld. Au capital de Lynas, vous retrouverez des noms connues, comme Rhodia.

Bon investissement !

 

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire