Accueil A la une La confidentialité des données de santé est attaquée

La confidentialité des données de santé est attaquée

par Ray Blanco
données santé

La pandémie que nous traversons ne cesse de soulever cette question.

J’ai déjà abordé le sujet de la confidentialité des données récemment. J’ai fait part de mes inquiétudes concernant le fait que Google et Apple retracent les données des utilisateurs pour savoir s’ils ont été exposés au COVID-19.

Les données contenues dans un téléphone pourraient être transmises aux autorités de santé locales, qui pourraient indiquer à ces personnes comment se soigner et s’isoler des autres.

Et même si cela a pour vocation d’empêcher les gens de tomber malade… J’ai tiré la sonnette d’alarme.

Notamment sur la question de savoir ce qu’elles feraient de ces données, tant qu’elles étaient en leur possession, et ce qu’elles avaient l’intention d’en faire une fois qu’elles les auraient utilisées. (Vous pouvez y accéder en cliquant ici.)

Et maintenant que les Etats redémarrent doucement, une multitude de questions se posent à nouveau autour de la confidentialité.

Et cette fois, ce n’est pas aux grands acteurs technologiques ou aux gouvernements qu’elles se poseront… mais peut-être bien tout autour de vous.

La confidentialité des données médicales 

Clear, une entreprise spécialisée dans l’identité biométrique a développé un moyen permettant aux entreprises de vérifier si leurs employés sont porteurs du COVID-19 avant qu’ils ne retournent sur leur lieu de travail.

Cette société fournit à ses clients des appareils d’identification sans contact (“touchless”). Ce système d’identification a pu être utilisé pour faire avancer rapidement les files d’attente dans les aéroports ou dans les stades. Si vous avez déjà pris l’avion, ou assisté à un match de baseball, vous avez dû remarquer les bornes aux points de contrôle des billets.

Clear envisage d’utiliser cette technologie pour aider les entreprises à contrôler leurs salariés avant qu’ils ne retournent travailler.

Cela soulève énormément d’inquiétudes

Le nouveau Health Pass [NDR : passeport santé] vérifie l’identité d’une personne grâce à une technologie biométrique. Ensuite, il soumet cette personne à un questionnaire de santé en temps réel. Une fois que le questionnaire est complété, il télétransmet les résultats du laboratoire ainsi que la température au fournisseur du test.

Récemment, l’U.S. Equal Employment Opportunity Commission (Commission de l’égalité des chances au travail) a statué qu’il était permis de contrôler la température d’une personne.

Cela soulève énormément d’inquiétudes.

Selon Axios : “Même si Clear déclare que le Health Pass serait soumis au consentement des utilisateurs, on voit mal comment un tel système pourrait être réellement volontaire s’il est imposé”. Si votre entreprise a décidé que vous devez suivre ce processus, elle pourrait avoir le droit de le faire, légalement.

Et cela ne s’arrête pas à votre employeur…

Les partenariats actuels de Clear, avec les aéroports et les stades, suggèrent qu’il est possible de contrôler les gens avant qu’ils n’accèdent à certains stades et aéroports.

La société a déjà conclu un partenariat avec les New York Mets [NDR : équipe de baseball de New York].

Et voici ce que Clear indique sur son site Internet : “Une fois qu’un visiteur aura vérifié son [état de] santé et son identité via son visage ou son QR Code, vous déciderez s’il peut accéder au site.”

Et donc, on peut vous empêcher d’accéder à un stade ou à un concert, si vous êtes jugé à risque.

Et qui sait combien de temps cette obligation va rester en place ? On entend énormément dire que le COVID-19 pourrait revenir en fin d’année.

Et même si Clear déclare qu’elle ne partagera pas les données de santé avec les entreprises… nous savons tous comment cela s’est passé, par le passé : oui, je pense à Facebook…

Qui peut dire si ces entreprises tiendront parole, alors qu’il y a tant d’informations disponibles ?

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire