Accueil A la une La fine fleur du véhicule autonome réunie à Detroit

La fine fleur du véhicule autonome réunie à Detroit

par Ray Blanco
Autonomous Vehicles

40 000… C’est l’estimation du nombre de décès liés aux accidents de la route en 2018 aux Etats-Unis. Et en Europe, on l’estime à 25 000.

Les air bags, l’optimisation des déformations de la voiture lors des chocs et les ceintures de sécurité ne protègent que dans une certaine mesure les passagers des véhicules. Et si les progrès depuis 1970 sont immenses (nombre de morts divisé par 5 en France par exemple), l’erreur humaine est quelque chose que nous ne contrôlons pas.

Aux Etats-Unis, chaque jour, 200 à 300 millions de voitures sillonnent les routes. Or certains de ces conducteurs prennent de mauvaises décisions qui provoquent de graves accidents au cours desquels ils peuvent se blesser, ou blesser d’autres personnes, voire pire.

Si vous voulez connaître la principale raison pour laquelle les ingénieurs, programmeurs et concepteurs de voitures plébiscitent la voiture sans chauffeur, alors la voilà : un jour, les véhicules autonomes pourraient bien éliminer la notion-même d’accident de voiture. C’est d’ailleurs l’objectif de l’Europe pour 2050 : 0 mort sur les routes.

La tendance vers la conduite autonome est inévitable. Un jour prochain, les voitures sans chauffeur constitueront la norme.

Mais avant de parvenir à cette future réalité, il est important de savoir comment nous sommes arrivés à ce stade de l’histoire de l’automobile. Ensuite nous pourrons examiner vers où nous nous orientons. 

Motor City accueille la fine fleur de l’IA

La semaine dernière, j’étais dans le centre névralgique de l’industrie automobile américaine pour assister à la conférence sur les voitures autonomes organisée par Automotive IQ, juste aux portes de Détroit.

Détroit, que nous appelons également par ici “Motor City”, est le lieu approprié pour faire le lien entre le passé et l’avenir des voitures et des camions.

La conférence Autonomous Vehicles est une expérience unique. Rien à voir avec le Consumer Electronics Show (CES). On n’y trouve que des initiés du secteur qui “parlent boutique” avec d’autres initiés. C’est exactement l’endroit où il faut se trouver si l’on recherche d’excellentes opportunités passant encore inaperçues dans ce secteur automobile en plein essor.

J’y ai donc discuté avec des experts, des ingénieurs, des développeurs de logiciels et des fabricants de capteurs du secteur pour repérer la toute dernière – et la plus sensationnelle – technologie animant la révolution de la conduite sans chauffeur.

Je suis également allé à la pêche aux opportunités d’investissement. Mais j’y reviendrai plus tard. Aujourd’hui, parlons des événements (et comment nous sommes parvenus à ce stade) se déroulant actuellement dans l’univers technologique de la voiture autonome. 

Des avancées majeures dans le domaine de la conduite autonome

Lorsque vous songez à une voiture autonome, vous pensez probablement au système Autopilot de Tesla dont on parle partout. Mais Tesla est loin d’être le seul acteur dans ce domaine. C’est uniquement celui qui se fait le plus remarquer.

Les principaux constructeurs automobiles testent de nouvelles technologies – et dans certains cas collaborent – pour que se réalise l’avenir de l’automobile.

Le système Super Cruise de Cadillac, par exemple, associe des lasers, un radar et des caméras pour que la conduite sur autoroute soit relaxante et se déroule principalement sans avoir les mains sur le volant. Il est même équipé d’une technologie de surveillance du visage permettant de s’assurer que le conducteur n’est pas en train de s’endormir ou bien distrait.

Le Super Cruise est une option qui coûte 6 000 $ sur la berline Cadillac CT6, laquelle coûte déjà bien plus de 60 000 $, ce qui n’est pas bon marché. Selon Cadillac, les voitures équipées du Super Cruise ont parcouru plus de 4,8 millions de kilomètres en toute sécurité.

Et ce n’est pas tout… 

La prochaine fois que vous croiserez la nouvelle berline Mercedes-Benz Classe S, regardez attentivement la calandre. La partie obstruée, au centre, abrite des lasers, un radar et des caméras pour les fonctionnalités de conduite semi-autonome embarquées. Certes, cette voiture coûte plus de 100 000 $, avec toutes les options, mais grâce à une IA avancée et tous ces capteurs, elle peut ralentir, accélérer, stopper et éviter un danger.

Daimler, le propriétaire de Mercedes, teste la conduite en ville à San José avec une Classe S équipée d’un lidar [NDR : télédétection par laser]. En collaboration avec Bosch, Daimler teste la faisabilité de futurs services de VTC et de conduite autonome en ville. Via ce type de tests, les constructeurs pourraient contribuer à dessiner un avenir où les embouteillages appartiendraient au passé.

Les bienfaits potentiels de cette technologie sont révolutionnaires.

Qu’on le veuille ou non, la conduite autonome existera bien dans le futur. Nous ne savons pas trop quand vous pourrez grimper dans une capsule et vous faire transporter à toute allure, dans le flot de la circulation, vers votre lieu de travail.

Mais les entreprises technologiques et les constructeurs automobiles innovent constamment afin de découvrir ce qui fonctionne ou non en matière de conduite autonome.

Demain, nous nous immergerons dans ces innovations et analyserons les différents niveaux de conduite autonome et les avancées de cette technologie dans les dix années à venir.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire