Accueil IA et robotiqueIntelligence artificielle Le 6e sens des voitures autonomes passe par la 5G

Le 6e sens des voitures autonomes passe par la 5G

par Edern Rio
Self-driving car

Les voitures autonomes sont équipées de très nombreux capteurs qui reproduisent et étendent le principal sens dont nous nous servons pour conduire : la vue. Pourtant, pour vraiment réduire les risques d’accident, elles doivent disposer d’une perception complémentaire. Ce 6e sens passe par la 5G et une norme technologique au doux nom de V2X : Véhicle-to-Everything. Avec cela, plus rien ne devrait pouvoir les surprendre.

Les capteurs de la voiture autonome

Une voiture autonome est bardée de capteurs pour percevoir et ensuite analyser son environnement. On croise dans sa carcasse :

  • des caméras qui lui permettent de voir comme un humain ;
  • des radars courte et longue portée, ceci permet de mesurer la distance avec un obstacle ;
  • un ou des lidars (également appelés télémètres laser) qui ont à peu près la même fonction que le radar mais en utilisant un faisceau laser ;
  • un odomètre qui mesure la vitesse de la voiture en comptant le nombre de tours des roues ;
  • éventuellement une centrale à inertie (trois gyromètres + trois accéléromètres) qui permet de connaître ses déplacements et son positionnement GPS sans connexion à un satellite ;
  • souvent des télémètres à ultrasons qui fonctionnent à peu près comme des radars mais à très courte portée. Idéal pour se garer par exemple ;
  • des capteurs infrarouges pour la détection dans l’obscurité.
Self-driving car voiture autonome radar longue portée, caméras, radars courte portée, télémètres à ultrasonsCrédits : Shutterstock - Publications Agora.

Pourquoi tous ces capteurs qui semblent se superposer ?

D’abord parce que certains sont complémentaires. Ensuite parce qu’il est impossible d’éviter les angles morts. Les fabricants multiplient donc les capteurs pour pouvoir offrir une perception optimale à la voiture autonome en les implantant en fonction de leur particularité… et de leur coût !

V2X, le 6e sens des voitures autonomes sans lequel rien ne serait possible

Mais tous ces capteurs ne suffisent pas à assurer une sécurité optimale et la voiture autonome a besoin d’un 6e sens.

C’est ce que les spécialistes appellent la “perception étendue”, un principe qui permettra aux véhicules autonomes de voir, si je puis m’exprimer ainsi, au-delà de leur champ de vision.

Le principe est proche de celui de la télépathie appliquée à la robotique. En termes moins mystiques, il s’agit tout simplement d’une connexion réseau ultra-rapide.

Avec le standard V2X, la voiture connectée peut communiquer avec tous les autres objets connectés, véhicules ou signalisation, et ainsi prévoir très en amont ce qu’il va se passer, l’anticiper, adapter sa vitesse, vous avertir.

C’est comme si tout ce qui vous entourait vous parlait et vous disait ce qu’il sait.

Le cas d’usage type est le carrefour aveugle ou encore le carambolage. Si un accident survient, la voiture qui en est victime peut instantanément émettre une alerte et avertir ses voisines qu’elles doivent freiner d’urgence.

V2X 5GCrédits : 5GAA / Publications Agora pour la traduction.

Mais pour être efficace, le V2X a absolument besoin d’un temps de latence réduit au minimum.

Seule une latence réduite au minimum permettra un V2X optimal

Cela tombe bien car la 5G prévoit de réduire cette latence à 1ms pour les applications critiques. Et la conduite autonome tombe évidemment dans cette catégorie.

L’association 5GAA (5G Automotive Association) réunit différents acteurs qui doivent collaborer afin de parvenir à implémenter la technologie V2X : des constructeurs de véhicules (PSA, Ford…), des opérateurs téléphoniques (Orange, Deutsche Telekom, AT&T…), des équipementiers téléphoniques (Huawei, Ericsson, Nokia…) et automobiles (Bosch, Continental…), mais aussi des acteurs incontournables du domaine des puces IA (Intel, Qualcomm, Samsung…).

Elle a annoncé mi-juillet avoir mené des tests grandeur nature et couronnés de succès. Les tests portaient sur des protocoles C-V2X (un dérivé de la norme V2X basé sur les normes 3GPP) avec des puces Qualcomm, des capteurs de la firme californienne Savari, des véhicules Ford, BMW ainsi que du Groupe PSA.

Le chantier du réseau 5G s’annonce immense et prendra sans aucun doute de nombreuses années, car pour obtenir une latence si faible, il faut non seulement un réseau d’antennes très concentré mais des data centers plus proches maillant le réseau.

Les premières expérimentations en taille réelle devraient avoir lieu en Corée du Sud où SK Telecom teste actuellement la 5G pour véhicules autonomes. Il devrait déployer un premier réseau en 2020 sur les principales routes du pays.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire