Accueil A la une Le cannabis : notre prochain antibiotique ?

Le cannabis : notre prochain antibiotique ?

par Ray Blanco
cannabis cbg antibio

Rappelons-nous qu’il existe une menace infectieuse bien plus répandue et insidieuse, pour la santé… les infections bactériennes résistantes aux antibiotiques.

Aux Etats-Unis, le cannabis a déjà été officiellement autorisé par la FDA dans le cadre du traitement de l’épilepsie chez l’enfant. Mais, officieusement, le cannabis est employé pour traiter tout ce qui va du cancer à la sclérose en plaques.

Aujourd’hui, cependant, il semblerait que cette super plante ait plus d’un tour dans son sac, dans le domaine de la santé.

Dans un contexte où l’épidémie de coronavirus, qui a éclaté en Chine, fait les gros titres et agite les marchés, rappelons-nous qu’il existe une menace infectieuse bien plus répandue et insidieuse, pour la santé… les infections bactériennes résistantes aux antibiotiques.

Alors que l’on constate une pénurie de nouveaux antibiotiques, ces dernières années, les bactéries commencent à s’emballer, et il n’existe aucun moyen de les arrêter.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que ces super bactéries résistantes pourraient faire davantage de victimes que le cancer, d’ici 2050. Et pas plus tard que cette semaine, l’OMS a déploré la pénurie actuelle d’innovations – et de nouveaux médicaments – en cours de développement susceptibles de contrer cette menace.

Et c’est là que le cannabis entre en jeu !

On pense que le cannabis contient des composés, tels que les cannabinoïdes et les terpènes, qui agissent comme mécanismes de défense contre les attaques microbiennes. Or, il s’avère que, si ces composés sont capables de protéger cette plante, ils pourraient peut-être protéger les humains, également.

Les chercheurs ont récemment découvert que les composés du cannabis pourraient être sollicités pour combattre de super bactéries telles que le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) résistant à la méticilline (SARM).

Le SARM, cette bactérie redoutée qui “s’attaque aux chairs”, est responsable de l’une des infections résistantes aux antibiotiques les plus répandues.

Les souris infectées par cette souche mortelle ne peuvent être sauvées, normalement. Mais ces animaux de laboratoire ont été traités au cannabigerol (CBG), un composé du cannabis moins connu (bien qu’on en connaisse des centaines, en dehors du CBD et du THC). Ce cannabinoïde a tué les cellules du SARM, même les plus vaillantes et qui subsistent parfois après un traitement antibiotique. Le CBG a même éliminé les biofilms, un mécanisme de défense des bactéries capable d’empêcher les antibiotiques de pénétrer.

Cet antibactérien dérivé du cannabis a fonctionné aussi bien que nos antibiotiques de dernière ligne, utilisés en dernier recours.

De plus, lorsqu’il est associé à un antibiotique existant, le CBG a démontré qu’il pouvait traiter une classe différente de bactéries résistantes aux antibiotiques.

Les humains utilisent depuis longtemps des médicaments dérivés des plantes. Et le cannabis est étudié à l’heure actuelle dans le cadre de nombreuses affections, dans l’univers biopharmaceutique. Cette nouvelle application en tant qu’antibiotique pourrait sauver des milliers de vies.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire