Accueil IA et robotique Le Japon mise sur l’IA pour relancer sa natalité

Le Japon mise sur l’IA pour relancer sa natalité

par Arthur Toce
Japon natalité IA

[Le Japon a un sérieux problème de natalité. Malgré toutes les mesures mises en place ces dernières années, le taux de fécondité décline. C’est le plus bas du monde ! Pour le pays, relancer la natalité est une question de survie. C’est là qu’entre en jeu l’IA. Pour rebooster les naissances, elle se fait entremetteuse…]

Le pays du Kawaï (“mignon” en japonais) a un énorme problème : sa natalité est extrêmement faible. Malgré toutes les mesures d’encouragement du gouvernement, les naissances continuent de reculer et sont passées sous 900 000 en 2019. C’est le chiffre le plus bas depuis 1899… et le début des statistiques. Le taux de fécondité du Japon est le plus bas du monde : 1,44. Pour rappel, le renouvellement naturel de la population a besoin d’un taux à 2,08.

Dans un pays où la maternité et le temps passé à créer des relations sont mal vus, la plupart des jeunes japonais préfèrent se concentrer sur leur carrière. Ainsi, une femme a son premier enfant à 30,7 ans en moyenne. Les mariages sont passés de 800 000 en 2000 à moins de 600 000 cette année…

Relancer les naissances devient une question de survie pour ce pays de 126 millions d’habitants. Sans quoi, la population sera tombée à moins de 50 millions en 2100…

Natalité Japon

L’IA pour l’âme sœur

Il y a quelques semaines, le Japan’s Cabinet Office lié au Premier Ministre a annoncé investir 19,2 M$ pour développer des algorithmes d’intelligence artificielle dédiés aux rencontres.

En Europe, l’idée de voir le gouvernement influencer nos relations amoureuses paraît complètement incongrue. Mais, au Japon, le besoin est si fort qu’il est en train de devenir un service public ! 25 préfectures proposent déjà leurs propres services de rencontre pour favoriser les mariages et potentiellement l’arrivée d’enfants !

Surtout, face à cette situation grave, des verrous sautent.

Les sites de rencontre travaillent main dans la main avec le gouvernement

Non seulement, les algorithmes utiliseront les informations fournies par les utilisateurs qui s’inscriront au service, mais seront également “versées” dans l’application toutes les données que le gouvernement a sur eux : où l’utilisateur a-t-il voyagé ? Où a-t-il habité dans le passé ? etc. En fait, toutes les informations utiles pour créer des liens émotionnels entre les utilisateurs.

L’amour, c’est compliqué. Il ne suffit pas de quelques rencontres bien ciblées pour le provoquer. Notre fierté humaine nous pousse à penser que ce n’est pas un pauvre algorithme, même adaptatif (machine learning), qui va changer la donne.

Pourtant, peut-être devrions nous ravaler notre orgueil. Aujourd’hui, les sites de rencontre sont devenus le premier canal pour rencontrer l’âme sœur. 39 % des Américains se sont mariés suite à l’utilisation d’une appli de rencontre.

Tous les acteurs du secteur – de Tinder à OKCupid – se lancent dans le machine learning, mais il n’y a qu’au Japon qu’ils travaillent main dans la main avec le gouvernement.

Les Japonais sont-ils des précurseurs ou jouent-ils un jeu dangereux dans une situation désespérée ?

N’oublions jamais que ce que nous attendons quand nous payons un service, c’est qu’il fonctionne et résolve notre problème. Si jamais une IA était capable de nous faire rencontrer l’âme sœur, ne lui en serions-nous pas reconnaissants ?

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire