Accueil A la une Le marché du CBD a besoin de réglementation

Le marché du CBD a besoin de réglementation

par Ray Blanco
CBD cannabis

La semaine dernière, la FDA, le gendarme américain du médicament et de la santé publique, a ouvert le dossier du CBD. Les rencontres continueront jusqu’au 2 juillet, mais il est déjà clair que le régulateur veut mettre un terme à l’esprit Far West qui règne actuellement sur le secteur. Et ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle.

La FDA fait trembler le marché du CBD

Les nouvelles incertitudes en matière de réglementation font évidemment du mal au cannabis. Pour l’instant. La FDA étudie en ce moment le CBD et d’autres cannabinoïdes. Le CBD est de plus en plus populaire en tant qu’additif dans de nombreux produits – 64 millions d’Américains auraient essayé un produit en contenant ! Et les utilisateurs jurent qu’il fonctionne, ce qui fait encore augmenter l’intérêt du public à son égard.

Moi-même, souffrant d’insomnies, j’ai pris ce traitement sur ordonnance, et quelques connaissances qui l’ont pris également ont été tout aussi enthousiasmées.

Le cannabis ne semble pas provoquer les mêmes trous de mémoire que les somnifères traditionnels. Il ne provoque pas non plus d’hallucinations ou de crise de somnambulisme – ce phénomène agaçant qui pousse les dormeurs à se lever au beau milieu de la nuit, et à se réveiller tout étonnés et encore épuisés le lendemain matin, sans savoir ce qui a bien pu se passer.

Bien sûr, une anecdote n’est pas une preuve clinique, mais j’ai pu constater ce type d’effets adverses avec des somnifères habituels. Avec le cannabis, jamais.

Mais Ned Sharpless, nouveau commissaire de la FDA, s’inquiète de cet engouement : il a affirmé récemment qu’il était nécessaire d’acquérir davantage de preuves de la sécurité du CBD dans les produits de grande consommation. Ce genre de discours fait toujours très peur sur le marché du cannabis, mais à long terme, ce pourrait être une bonne chose pour le secteur.

Les produits à base de CBD ont besoin d’être régulés

Beaucoup de gens soulignent les périls d’une réglementation trop lourde et les risques d’asphyxie de l’activité économique. Mais, pour les entreprises du secteur du cannabis, des directives pourraient in fine être bien utiles.

Le mois de mai a été maussade pour la Bourse en général, et les entreprises du cannabis n’ont pas fait exception. D’autant que la dégringolade continue encore actuellement, même si nous avons assisté à un rebond hier.

Marijuana Index

Evolution du cours du Marijuana Index sur 3 ans. Source : Marijuana Index.

Reconnaissons que ce marché est aujourd’hui une sorte de Far West. La FDA a notamment présenté une étude qui prouvait que nombre de produits à base de CBD contenait aussi des ingrédients qui n’auraient pas dû être présents… Ou encore que les étiquettes n’étaient pas assez précises et induisaient en erreur sur le dosage en CBD.

Le problème est donc bien dans l’encadrement et les contrôles sanitaires de ces produits totalement nouveaux.

Il faut bien comprendre que les processus d’homologation de médicaments basés sur les molécules actives du cannabis n’ont rien à voir avec la pléthore de produits de grande consommation à base de CBD : crèmes, tisanes, nourritures pour chien, compléments alimentaires, boissons… Il s’agit ici de mesurer les risques d’intoxication.

Le cannabis est encore un marché tout nouveau, aux États-Unis comme ailleurs. Les acteurs doivent savoir quand et comment ils peuvent faire affaire en toute légalité. Le fait que la FDA commence à évoquer de possibles réglementations est donc un développement plutôt positif pour cette industrie à long terme. Le marché du cannabis, qui se structure actuellement sous nos yeux, a besoin d’un cadre légal pour pleinement se déployer.

Les déclarations de Sharpless sur la sécurité vont dans ce sens. Elles pourraient permettre d’initier de nouvelles études, lesquelles aideront à vérifier certains des bénéfices que les utilisateurs de CBD attribuent au composé.

Si cette incertitude continue de peser sur le cours des actions, le chargé de mission de la FDA, le Dr Amy Abernathy reconnaît qu’il est urgent d’encadrer ce marché “au vu de la vitesse à laquelle il se développe”. Il ne s’agit donc pas d’un retour en arrière mais bien d’une nouvelle étape dans le processus de légalisation actuellement en cours.

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire