Accueil A la une Les 3 IPO les plus prometteuses de 2020

Les 3 IPO les plus prometteuses de 2020

par Etienne Henri
investir IPO 2020

Comme nous l’avons vu hier, en matière d’investissement, et plus particulièrement quand il s’agit d’IPO, l’investisseur particulier à de moins en moins voix au chapitre – sauf quand il s’agit de le déplumer…

Pourtant, même si cela est de moins en moins conseillé, il est encore possible pour l’investisseur particulier de se positionner au début d’une entrée en Bourse.

Encore faut-il savoir repérer les opportunités. Et, comme je vous le disais hier, “quand tout le monde fait la fine bouche sur un canal d’investissement, c’est que les bonnes affaires ne sont pas loin…”

Voici donc les trois IPO que j’estime les plus prometteuses de 2020… Pour autant, la règle de base des introductions en Bourse reste d’actualité : laissez l’entreprise s’introduire et faire ses premiers pas, vous aurez ensuite tout le loisir d’investir quand elle aura fait preuve de sa pertinence boursière.

Snowflake : l’entrepôt des données numériques

Le big data est en train d’atteindre la maturité. Comme l’anticipaient les spécialistes, toutes les entreprises ne peuvent pas s’autoproclamer expertes en traitement de données et en tirer des sources de revenus.

Stocker et traiter des montagnes de données disparates est un métier et une activité qui ont un coût. Progressivement, le marché se structure entre les entreprises utilisant les données traitées et les petites mains de l’ombre.

Snowflake est l’une de ces dernières. Ce spécialiste du big data stocké dans le cloud offre ses services aux entreprises souhaitant sous-traiter la gestion de leurs données. Il est en passe de devenir le leader de ce métier : dans un marché mondial en croissance de 8 % (gage de pérennité de la tendance), Snowflake s’est offert sur son dernier exercice une croissance annualisée de 257 %. L’entreprise emploie désormais près de 1 000 personnes et a triplé son nombre de clients avec près de 2 500 références.

Snowflake Amazon Web Services

L’offre de Snowflake sur Amazon Web Services résumée en un graphique. Une activité incompréhensible pour les profanes, mais plébiscitée par les professionnels. Crédit : Amazon

Lors de sa dernière levée de fonds de 450 M$, la startup a vu sa valorisation portée à 3,9 Mds$ – une performance d’autant plus remarquable qu’elle n’a été créée qu’en 2015. A l’automne, son P-DG Frank Slootman a confirmé que Snowflake était prête à se lancer dans une IPO mi-2020, même si elle reste aujourd’hui bien capitalisée. Les investisseurs se prennent donc à espérer une crise de croissance qui viendrait assécher ses liquidités et l’inciter à faire appel à l’épargne publique.

Il faudra, le cas échéant, vérifier que la valorisation retenue et les conditions réservées aux actionnaires restent convenables. Si elles ne sont pas totalement délirantes (Wall Street a parfois tendance à perdre pied avec la réalité), Snowflake pourrait être le plus beau dossier growth de 2020.

Didi : le Uber chinois 

Vous n’êtes pas sans savoir que, pour toute startup californienne à succès, il existe un pendant chinois qui offre des prestations similaires – l’adaptation au marché local en plus.

Google, Facebook et WhatsApp ont tous leur équivalent dans l’empire du Milieu. Le dopplegänger d’Uber est Didi, une application de mobilité devenue en quelques années la coqueluche des Chinois. Comme son homologue américain, Didi a pour ambition de remplacer les taxis et de ne plus utiliser, à terme, de chauffeurs. Si le premier pari est en passe d’être gagné (les taxis disparaissent à toute vitesse des centres-villes chinois), le second reste en suspens tant que les véhicules autonomes ne sont pas une réalité.

Didi uber chine

Le service de Didi n’a rien à envier à celui d’Uber. Crédit : Didi

En attendant, Didi brûle du cash autant qu’Uber, et devrait bientôt arriver au bout des capacités de financement de ses actionnaires historiques. Une cotation semble inévitable pour l’entreprise déjà valorisée 65 Mds$ lors de son dernier tour de table. Tout a d’ailleurs été préparé en ce sens : la branche “véhicule autonome” de Didi a fait l’objet d’une scission l’été dernier, et sa filiale financière XXF Group Holdings a d’ores et déjà déposé sa demande de cotation à la Bourse de Hong Kong.

Dans ce secteur où le gagnant emporte tout, investir sur Didi revient à parier sur la fin des taxis au niveau mondial. Comme Uber, l’entreprise deviendra une machine à cash le jour où elle parviendra à se séparer de ses chauffeurs. Contrairement au Californien, elle pourra valoriser sa suprématie en Asie… avant d’attaquer, ne nous leurrons pas, le marché occidental grâce à sa participation dans Lyft.

Si vous pensez que le pari technologique qu’ont fait Uber et Didi a des chances d’être couronné de succès, investir sur ce dernier présente sans aucun doute un bien meilleur potentiel de gain à long terme. 

Megvii : la surveillance de masse qui rapporte

La très controversée Megvii, dont nous vous parlions il y a quelques semaines, a avancé dans son projet d’IPO et a déposé au début du mois une demande de cotation à la Bourse de Hong Kong.

L’entreprise, spécialisée dans l’intelligence artificielle appliquée à la reconnaissance faciale, entretient d’excellentes relations commerciales avec le régime de Pékin. Ses produits sont utilisés pour la surveillance en temps réel des piétons dans les lieux publics chinois. Elle intervient également dans des domaines plus consensuels comme la vente en ligne, l’investissement et l’électronique grand public en offrant ses services à Alibaba, Ant Financial et Lenovo.

Megvii surveillance automatisée

Le cœur de métier, très controversé, de Megvii reste la surveillance automatisée. Crédit : Shutterstock

La collaboration poussée avec le pouvoir local a contribué à faire entrer Megvii dans la liste noire des Etats-Unis au mois d’octobre dernier. La startup ne pourra donc pas compter sur les investisseurs américains dans l’immédiat.

Malgré tout, elle espère lever à l’occasion de son entrée sur le Hong Kong Stock Exchange l’équivalent de 500 M$.

Entre une technologie de pointe, des clients solvables, et l’impossibilité pour les grosses mains américaines de se positionner, le dossier Megvii pourrait être le plus intéressant de l’année pour les investisseurs européens. Il ne restera plus qu’à régler la question éthique d’un investissement dans la surveillance généralisée…

Soyez le premier informé des dernières Opportunités Technos directement dans votre boîte mail

Articles similaires

Laissez un commentaire